RSS
RSS



 

Partagez|

ain't no sunshine when he's gone. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : lallybroch (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 195
DOLLARS : 615
MULTIFACE : Emily Corpse Bride
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE : Surnommé le Soldat de l'Hiver, son bras gauche est fait en vibranium, il est noir avec des tracés dorés.


Message Sujet: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 31.03.18 17:55


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Première question qui lui vient ; qu'est-ce que c'est que ce bordel ? Seconde question ; où suis-je ? Et troisième question : où est Steve ?

C'était peut-être bête de se poser cette question, cette troisième, car il aurait surtout du prendre le temps de tout analyser autour de lui. Analyser les lieux et savoir comment s'échapper. Pourtant tout ce qu'il voyait, c'était des arbres et lui allongé au sol, avec ses même vêtements qu'au Wakanda. Il aurait pu être au Wakanda mais il faisait moins lourd qu'au Wakanda. Analyser les lieux, analyser la situation.

Il avait trouver de quoi se faire un feu, avait trouvé quelque fruits des bois à manger. Il avait surtout beaucoup marché pour trouver la sortie de cette forêt et il sentait qu'il en était proche, 24h après avoir marché. C'était à peine s'il avait dormi, évitant les serpents et araignées, évitant tout ce qui rôdait au mieux. Mais rien de très rassurant. Comment trouver la paix intérieure, au juste ? Que faisait-il ici ?

Il entendait des pas derrière lui, alors qu'il pensait à Steve. Qu'est-ce qu'il fait. Où est-il, que fait-il. Il n'était pas au Wakanda, il aurait déjà retrouvé son chemin si c'était le cas. Il relevait la tête. Il n'avait pas d'autres armes que ses poings mais Bucky était une arme de destruction à lui seule, alors il ne s'en faisait pas. Animal ? Il regardait autour de lui.

Comment faire cette fameuse paix intérieur en ces temps ? Comment pourrait-il se reposer, prendre sur lui ? Car même s'il n'avait que ça a faire dans cette forêt, il ne parvenait pas à prendre le temps de réfléchir convenablement. Et T'Challa ? Et Shuri ? Et Natalia ? Que faisaient-ils, eux aussi ? Etaient-ils dans la même situation que lui, quelque part dans cette forêt ?

Bucky finissait par baisser sa garde, jugeant qu'il avait peut-être entendu un animal passer, ce ne serait pas le premier à se dépêcher de marcher ou courir derrière lui. Il avançait, il verrait bien sur le tas, après tout. D'abord sortir de cette forêt, et si quelqu'un le suivait, il finirait bien par lui tomber dessus et avoir le dessus, ça il n'en doutait aucunement.

Pourtant, un pas de trop. Il se tournait, non pas violemment, mais presque. Il fallait aussi dire que dans la forêt, presque tout résonnait. Il pouvait entendre ce qu'il se passait au loin et croire que c'était près. Les seuls vrais bruits étaient ceux des insectes et des rampants et parfois, comme il songeait, des petits animaux se dépêchant de passer. Sauf que là, rien d'animal... Ou presque ?

Cette barbe qu'il n'aurait jamais cru voir, dans tous les sens du terme. Cette chevelure, plus longue qu'il ne l'avait jamais vu et si blonde. Un sourire étirait ses lèvres ; la voilà, sa paix. Mais ne rêvait-il pas ? Il avait tant pensé à Steve qu'il pouvait peut-être avoir une illusion. Penser à Steve et aux souvenirs qui lui étaient revenus au Wakanda, leur lien réel, leur proximité réelle, avant la seconde guerre mondiale, pendant la seconde guerre mondiale. Tout lui était revenu, chose qui ne s'était malheureusement pas fais les premières fois où Steve avait su briser son conditionnement. Là, il se souvenait enfin de tout, en détail. Du moins, comme n'importe qui se rappellerait de ses souvenirs de jeunesse. Il avait si peu vécu en 73 ans, mine de rien, qu'il était normale qu'il se rappelle vivement de tout ceci, non ? Pour le monde cela faisait 73 ans mais pour lui, cela faisait cinq, peut-être six années. Peut-être plus mais pas plus de dix années, il n'était pas resté éveillé si longtemps toutes les fois où on l'avait sorti de l'hibernation. Pourtant, dans un premier temps, Bucky n'avançait pas. Et si je rêvais ? C'était ce qu'il se disait jusqu'à présent, pour se retenir d'avancer. Si ce n'était qu'une hallucination, qu'un mirage ? Il se retrouvait bien en pleine forêt il ne savait où, sûrement quelque part en Afrique centrale, songeait-il, bien que le temps soit moins humide que ce à quoi il avait été habitué dans les forêts d'Afrique. Hm. Les arbres n'étaient pas les même non plus, d'ailleurs. Aucune idée. Alors oui, il hallucinait sûrement et son cerveau lui envoyait peut-être un signal d'apaisement, peut-être un signal de reste fort pour Steve . Car il se devait de le retrouver, Steve. Son Steve. Le retrouver et retrouver véritablement sa paix. Son esprit lui aurait-il envoyé par ce biais, le signe de ce qu'il lui fallait vraiment pour atteindre cette fameuse paix ? Il semblerait.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Heaven
STATUT CIVIL : En attente du bon ou de la bonne partenaire. Même s'il l'avait déjà trouvé et était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché.
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 118
DOLLARS : 403
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 31.03.18 19:53


ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve
Analyser les choses alors qu'il ne comprenait pas où il avait atterri, ni comment c'était possible. Ce n'était pas difficile de se rendre compte qu'il n'était plus en Europe comme il devait l'être, il était prêt à faire une apparition, attirer l'attention sur lui, toujours dans le but de détourner les soupçons du seul endroit au monde où personne ne devait regarder. Il avait marché, beaucoup et première surprise de taille, quand il avait enfin trouvé un semblant de civilisation : il était en sueur et claqué alors que ça n'aurait pas dû être possible aussi rapidement.

Découvrir dans quel coin du monde il se trouve, en Australie, ah. Voir aussi des regards de surprise sur les quelques personnes rencontrées, ce qui n'augurait rien de bon mais avec un peu de chance il aurait assez de temps pour se fondre dans le paysage. Il détestait ça mais il avait jouer la carte du mec perdu demandant un toit pour un soir au seul vieux motel miteux du coin où il a terminé. Promettant de revenir les payer dès qu'il le pourrait et cela avait fonctionné. Il n'avait rien mangé, à peine dormi quelques heures et encore comme d'habitude jamais sur ses deux oreilles, toujours à l'affût du moindre bruit. Il avait réussi à se rafraîchir avec une douche tiède, à croire que même l'eau froide est tiède par ici mais il n'allait pas se plaindre. C'est surtout cette courte nuit, passer énormément de temps à réfléchir et à continuer d'analyser les choses, à repasser en détails chaque seconde écoulée.

Suivre la route indiquée le lendemain pour se rendre à la première vraie ville qu'il pourrait trouver mais s'y rendre par un chemin en terre, plus rapide soit disant. Certes, il voulait bien le croire. Marcher en suivant ce chemin qui passait au beau milieu des arbres ou plutôt du bush s'il en croit les locaux. Se rendre compte à mesure qu'il progresse, qu'il fatigue plus vite que prévu, chose inhabituelle, s'en égarer dans ses pensées en mettant un pied devant l'autre pour remonter à une époque si lointaine et si proche à la fois. « Est-ce permanent », une des questions que Bucky lui avait posé en le découvrant sous sérum, s'il n'y avait pas eu cette lumière pour l'emmener ici, il aurait pu croire qu'il avait maintenant la réponse à cette question. Son esprit passant sur tout le reste, revoyant tout dans les moindres détails, sa mémoire ne lui laissant pas de place pour l'oublie même s'il l'aurait voulu certaines fois.

C'est entendre un bruit non loin qui lui fait redresser la tête, s'arrêter et observer autour de lui attentivement, sur ses gardes. Cette chevelure, cette silhouette qu'il pourrait reconnaître entre mille, est-ce parce qu'il pense à lui qu'il croit le voir ? Alors forcément, il s'éloigne un peu du chemin de terre pour le suivre, être sûr qu'il ne rêve pas, pourquoi ne l'a t-il pas appeler immédiatement ? Parce que c'est impossible que Bucky soit là, il est au Wakanda en sécurité et que ça doit rester ainsi. Parce qu'il l'a déjà perdu tellement de fois que même une illusion lui foutrait un coup au moral. Et en même temps il ne voit pas comment cela serait possible malgré tout ce qu'il a déjà vu dans sa longue vie.

Oui, d'accord le suivre ainsi n'était pas l'idée du siècle alors qu'il le voit se tourner vivement pour ne pas dire violemment et il en lève les mains devant lui, l'air de dire « je ne te ferai rien ». Et oui, plus de place au doute ou du moins presque pas mais ils ne vont pas s'observer en chien de faïence pendant des lustres, n'est-ce pas ?

- Bucky...

Le ton de sa voix est à moitié incrédule, à moitié heureux. Il ne sait pas trop en fin de compte mais autant mettre de côté toutes ses interrogations pour le moment, retrouver Bucky c'est un peu comme rentrer chez lui. « Even when I had nothing, I had Bucky », ce qui a toujours été on ne peut plus vrai, bien qu'en le disant ce jour là, cela avait une toute autre signification pour lui alors qu'il revoyait tout ce qu'il y avait eu avant la guerre et pendant la guerre.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : lallybroch (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 195
DOLLARS : 615
MULTIFACE : Emily Corpse Bride
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE : Surnommé le Soldat de l'Hiver, son bras gauche est fait en vibranium, il est noir avec des tracés dorés.


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 31.03.18 21:29


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Il aurait pu rester des heures ainsi à marcher mais ses jambes commençaient à lui faire sentir qu'il marchait de trop, qu'il forçait trop, sensation des plus curieuses pour lui qui savait pourtant ignorer ces choses là en temps normale. Qu'en temps normal, la douleur était son quotidien. Pourtant, tout semblait lui revenir, ici. La fatigue, les crampes. Peut-être que tout était revenu avec sa mémoire ? Shuri avait peut-être fait plus qu'elle ne croyait en le réparant. Peut-être qu'on le testait ? Tant de possibilités.

Et il voyait soudainement Steve devant lui et pendant un instant, il oubliait la fatigue qu'il ressentait, ses jambes qui lui semblaient lourdes ou encore les doutes qu'il avait. Steve. Comment avait-il seulement pu oublier ce qu'il y avait eu entre eux ? Peut-être était-ce mieux pour Steve d'oublier tout ceci. Bucky n'était pas prêt pour tout ça, encore moins à s'imposer à Steve de cette manière. Et pourquoi Steve n'avait jamais rien fais, de toute façon ? Il se devait de balayer ces souvenirs pour aller de l'avant. Ou du moins, pas les balayer, juste les accepter, faire avec et aller de l'avant, comprendre qu'il ne reviendrait jamais en arrière. Il n'en voulait pas à Steve de ne pas avoir agis en ce sens. Bucky avait été si brisé que cela aurait pu empirer son état et ce pour nombreuses raisons ; l'incapacité d'aimer comme il aurait du aimer Steve pour commencer, car il était tout sauf en état d'aimer, de donner, de faire quoi que ce soit, complètement bousillé. Il devait se reconstruire pleinement avant de penser à ces choses là. Ensuite, si bousillé tait-il, pourquoi Steve aurait fait un pas vers lui en ce sens ? Cela faisait 70 années, tout ça. C'était peut-être plus loin pour Steve que ça ne l'était pour lui, Steve avait été conscient pendant plus longtemps, avait eu le temps de passer à autre chose. Il ne lui en voudrait jamais pourquoi que ce soit de toute façon, son brave soldat faisait juste ce qu'il pouvait pour survivre, comme ils le faisaient tous, pas vrai ?

Alors il ferait comme si de rien était, pourtant le voir face à lui et l'appeler... C'était lorsqu'il entendait cette voix si familière et réconfortante, qu'il se décidait à s'avancer d'un pas, avant de s'arrêter.

Steve.

Se retrouver ici avait au moins cet aspect rassurant ; ils étaient à deux dans cet endroit. Un sourire étirait ses lèvres. Un véritable sourire, comme ceux qu'il avait avant que tout ceci ne commence, un sourire comme il n'avait pas pu en avoir depuis 73 années. Il n'y avait que Steve pour le faire sourire ainsi, de toute façon. Il s'était à nouveau avancé, peut-être un peu trop rapidement. Qu'importait s'il donnait l'impression de lui foncer dessus. Il l'avait juste pris dans ses bras, l'avait serré contre lui après avoir glissé ses bras autour de sa taille. Comme un vieux réflexe. Passer ses bras autour de sa taille et non plus autour de ses épaules comme lorsque Steve était encore tout petit et maigrichon, mais autour de sa taille comme depuis qu'il était aussi grand. Apaisé, ce serait le mot pour décrire Bucky. Plus calme qu'il ne l'était ces dernières années, plus sûr de lui, un peu. Il inspirait profondément, posant son menton sur l'épaule de Steve, ne donnant désormais plus l'impression de se cacher comme quand il aurait niché son visage dans son cou. Les vingt quatre heures perdu en forêt ? Oubliées. C'était derrière lui, il avait vraiment besoin de prendre sur lui et apprendre à différencier ce qui était grave de ce qui ne l'était pas, apprendre à relativiser comme on dit, ne pas s'énerver sur tout et surtout sur rien. Et surtout, profiter de retrouver Steve après des mois de séparation. Retrouver Steve rien qu'un peu, même si ce ne serait pas comme il y a 73 ans. En même temps, lui avait-il déjà foncé dessus de la sorte pour l'enlacer ? Non. C'était peut-être aussi pour cela qu'il se contentait de lui frotter le dos puis de se reculer. Prendre ses distances. Steve a avancé, je dois avancer aussi, passer à autre chose. Et puis, Bucky n'avait rien de bon à lui offrir et cela ne changerait sûrement jamais. C'était mieux ainsi. Amis.

Que fais-tu ici ? Que fait-on, ici ? Cela fait une journée et une nuit que je cherche à sortir d'ici et trouver de la civilisation mais toujours rien. Et qu'est-ce que tu fais ici, oui ? Tu n'étais pas parti loin du Wakanda ?

Même si dans les faits, il restait certain de ne pas être au Wakanda, il restait dans l'idée : prends sur toi, ne soit pas paranoïaque. Renseigne toi avant de chercher à gueuler ou tuer.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Heaven
STATUT CIVIL : En attente du bon ou de la bonne partenaire. Même s'il l'avait déjà trouvé et était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché.
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 118
DOLLARS : 403
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 01.04.18 1:19


ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve
Sa tenue lui tenait chaud mais il n'avait rien sous la main pour se changer, il ne l'avait revêtue que parce qu'il voulait être aperçu et ne pensait pas se retrouver ici. Mais là encore il n'allait pas se plaindre même quand sa barbe et ses cheveux le gênaient plus ou moins, il se devait de continuer d'avancer. Retrouver de la vraie civilisation et trouver le moyen de partir de là, il devait suivre son plan coûte que coûte et être coincé ici n'en faisait pas du tout partie. Sauf qu'il y a cet imprévu, la silhouette de Bucky qu'il aperçoit, qu'elle soit vraie ou non, il devait en avoir le cœur net de toute manière. C'était impossible qu'il s'en détourne, impossible pour lui de pleinement se dire « c'est un tour de ton esprit », quand bien même il pourrait être manipulé d'une manière ou d'une autre.

Finalement, Steve a vraiment Bucky devant lui, peinant encore à y croire pourtant, c'est lui sans être lui, plus de barbe peut-être, les cheveux plus longs on dirait. Mais surtout ce bras flambant neuf que Bucky n'avait pas quand il l'a laissé au Wakanda. Mettant de côté ses interrogations, le pourquoi ou le comment Bucky pourrait être ici, pourquoi il est ici, comment tout ça est possible. Faisant taire cela et bien plus encore pour souffler son surnom, le laissant venir à sa manière pour ne pas le brusquer, ne sachant pas dans quel état d'esprit peut être Bucky. Certainement pas très bon alors qu'il se retrouve là lui aussi et qu'il est peut-être encore plus perdu que Steve ne l'est. Le laisser faire un pas en avant et avoir un sourire sur le visage en l'entendant, au moins Bucky ne l'a pas de nouveau oublié même s'il ne se souvient pas vraiment d'eux.

- Oui.

Le trouvant plus beau que jamais en le voyant sourire ainsi et avoir en même temps l'impression de retrouver le Bucky d'autrefois par ce simple sourire. Bien que Steve sache très bien qu'il ne pourra plus jamais être le même et ne le lui demanderait pas non plus. Voir Bucky lui foncer dessus n'est pas forcément très rassurant mais Steve ne cille pas, juste un demi pas en arrière pour maintenir ses appuis sur le sol. Pour mieux se retrouver avec un Bucky qui l'enlace et pose son menton sur son épaule, il en a une seconde de flottement avant de passer ses bras autour de lui, lui retournant son étreinte, se demandant depuis quand Bucky lui fonce dessus de cette manière. Jamais mais si c'est nouveau, il veut bien que ça se reproduise encore même si Steve ne le serre pas contre lui comme il aimerait le faire. Mais pour cela faudrait-il que Bucky se souvienne de leur histoire, de leur couple hors Bucky n'a jamais rien montré dans ce sens là jusqu'à présent. Regrettant de ne rien pouvoir lui dire sur eux, de ne pas pouvoir faire un geste vers lui pour le retrouver vraiment. Il a regretté ceci chaque jour qui est passé depuis qu'il a retrouvé Bucky vivant et se souvenant de lui, il le regrette encore plus à cet instant précis qui lui ravive bien trop de choses dans sa mémoire. Dans son cœur aussi. Mais non, Steve ne dira rien encore et ne fera aucun mouvement allant dans ce sens, vers ce eux d'autrefois. Il fera encore comme si de rien était, Bucky a besoin de se reconstruire après ce qu'on lui a fait subir, il n'a pas besoin que Steve ajoute un poids sur ses épaules. Ou que Bucky pense que Steve attend quelque chose de lui. Pourtant quand Bucky se recule, c'est avoir la main qui descend de son dos vers sa hanche et s'attarder sans doute une seconde de trop dessus avant de le laisser s'éloigner.

Ah, avalanche de questions, Bucky n'a pas eu le temps de comprendre ce qu'il en est. Steve se passe une main dans les cheveux pour les remettre en arrière tout en se disant qu'il n'y a pas de bonne manière de lui annoncer les choses.

- Je ne sais pas ce qu'on fait ici, ni pourquoi. Mais oui, j'étais loin du Wakanda, j'étais en Europe quand il y a eu une vive lumière et je me suis retrouvé quelque part ailleurs. J'ai marché un moment hier avant de trouver un brin de civilisation, assez pour savoir qu'on est en Australie.

Ce n'était pas la peine qu'il en ajoute plus, de toute manière, Steve n'avait pas grand chose de plus à dire, rien qui pourrait les aider. Si ce n'est indiquer à Bucky où il a trouvé la civilisation et où il comptait aller avant de le voir. Déjà que Bucky se fasse à ce qu'il vient de lui dire, le reste on verra après.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : lallybroch (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 195
DOLLARS : 615
MULTIFACE : Emily Corpse Bride
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE : Surnommé le Soldat de l'Hiver, son bras gauche est fait en vibranium, il est noir avec des tracés dorés.


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 01.04.18 4:07


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Il inspirait profondément ; ne panique pas. Mais facile à dire et pas à faire ; qu’est-ce qui lui assurait qu’il n’était pas en danger imminent ? Aucun moyen de le savoir. Mais si Steve était là ?

Et quel Steve il avait devant lui, plus beau que jamais avec cette barbe. Depuis quand il avait une barbe ? Lui-même n’aurait pu inventer une telle chose, Steve avec une barbe. On aurait pu croire qu’il était facile pour lui de rester à distance mais c’était tout l’inverse, maintenant qu’il savait. Cette envie de reprendre où ils avaient été forcés de s’arrêter. Steve le serrant dans ses bras et lui, lui assurant qu’il serait toujours là pour lui, jamais assez grand et fort pour se dispenser de sa présence et ses talents pour couvrir ses arrières - et quelles arrières. Il était beau, Steve, tellement beau avec cet air sauvage. Il ne pouvait résister à cette pulsion de le prendre dans ses bras, lui qui avait tant refusé le moindre contact. D’une part, c’était Steve, d’une autre part, il avait déjà fait un certain chemin vers l’apaisement, assez pour se permettre ça avec Steve. Presque un ; « tu m'as retrouvé ». Son Steve qui avait tant sacrifié ces dernières années juste pour lui. Il l’avait pris dans ses bras, oui. Il l’avait serré, peut-être un peu trop fort. Il aurait peut-être aimé l’embrasser mais il se faisait violence pour reprendre ses distances. Il n’était pas prêt et ne voulait pas perdre Steve parce qu’il ne savait pas ce qu’il voulait. Et Steve semblait être passé à autre chose, là encore il était incapable de lui en vouloir. Pas alors qu’il avait connu Natalia entre deux. Mais cette main sur sa hanche ? Parano, sûrement. Il devait apprendre à analyser les gestes, à apprendre à savoir ce qu’ils voulaient tous dire. Les gestes affectueux des dangereux aux douteux. Les gestes affectueux étant probablement ceux qu’il connaissait le moins. Mais c’était Steve, son Steve. Son premier amour. Son premier homme, aussi. Il l’avait tellement aimé et cela lui était revenu à l’esprit, toutes les raisons le poussant à l’aimer. Même si, même lorsqu’il manquait de souvenirs, son instinct le poussait à l’aimer et ne pas lui faire de mal. Pas trop de mal. Rien de fatal. Là il savait juste pourquoi il l’avait aimé et il l’aimait d’autant plus. Peut-être que cela se voyait dans son regard ? Aucune idée.

Ça l’embêtait d’avoir à se reculer mais cela valait mieux ainsi pour l’un comme pour l’autre. Rester à distance respectable comme on dit. Même si cette époque et ses mœurs étaient nettement différents et qu’ils n’auraient plus à cacher leur amour aujourd’hui comme ils étaient obligés de le faire en 39/45. Là n’était pas le problème. C’était lui, le problème. Pourtant il y serait volontiers resté un moment dans ses bras, juste pour souffler et avoir la véritable impression que tout est derrière eux, que Steve l’a enfin retrouvé, vraiment retrouvé. Mais non.

Bucky avait déjà beaucoup changé depuis que Shuri l’avait réparé. Steve le verrait peut-être ? Il n’avait pas juste un nouveau bras. Il lui posait finalement les questions fâcheuses sur leur situation. Hein ? En Europe ? Et là en Australie ? Mais. Qu’est-ce qu’il s’était passé ?! Bucky marquait un temps de pause. Comme figé sur place alors qu’il se perdait dans ses pensées. Lumière vive oui. Australie ? Qu’est-ce qu’ils foutaient en Australie ?!

What the hell.

Que dire de plus ?

J’étais au Wakanda encore hier, c’est quoi ce bordel... Je suis le premier des nôtres que tu croises ? Je cherchais Shuri et T'Challa, ne serait-ce qu’eux.

Oui, rien qu’eux. Mais rien. Bon au moins il avait Steve alors en soit... il avait tout, pas vrai ? Il posait sa main droite sur l’épaule de Steve.

Tu vas bien ? Tu as réussi à trouver de quoi manger ? Dormir un peu ?

Bucky le retour voulait aussi dire ça ; tu peux te montrer agacé, être adulte et indépendant, je reste à veiller sur toi et ça ne changera jamais. Ce geste là, poser sa main, cela était encore un grand exploit il y a quelque semaines à son réveil et maintenant, quelque uns de ses réflexes revenaient, comprenant leur signification et l’importance qu’il avait un jour pu donner à tout ceci.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Heaven
STATUT CIVIL : En attente du bon ou de la bonne partenaire. Même s'il l'avait déjà trouvé et était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché.
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 118
DOLLARS : 403
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 01.04.18 21:39


ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve
Cette envie de le garder dans les bras, de ne pas le laisser reculer quand Bucky amorce ce mouvement arrière, elle est violente cette envie. Celle de se montrer un peu égoïste, de penser à ce qui lui ferait plaisir à lui et pas à ce qu'il convient de faire. Laisser Bucky faire les choses à sa manière comme il en a envie. Cela le perturbe d'autant plus que oui, c'est bien la première fois que Bucky vient l'enlacer ainsi et que forcément ça a un goût de trop peu. Steve ne peut pas se montrer égoïste, pas avec Bucky, son Bucky, il ne peut rien lui dire, rien lui montrer, il se doit de penser à son bien être avant tout. Tout pour Bucky, ça a toujours été et le sera toujours, Steve est prêt à tout et même au pire pour lui, pire qui a failli avoir lieu d'ailleurs en Sibérie dans cette base.

Il n'a pas l'impression de se sacrifier en disant cela, pas alors qu'il n'a jamais pu l'oublier, qu'il n'a jamais eu le temps de faire son deuil de lui, de eux. Il ne l'a jamais voulu non plus, c'est à peine s'il a tenté de donner le change depuis qu'il a été sorti de la glace, quelques baisers par-ci, par-là avec des femmes mais rien de plus. Pas le temps de toute manière et même s'il avait pris le temps, il n'en avait ni l'envie, ni le courage. Et quand Steve a retrouvé Bucky, c'était fichu. Son premier et son seul dans bien des domaines. Son premier véritable ami, même s'il a eu d'autres amis depuis comme Sam. Son premier amour et le seul. Son premier homme et le seul. Son premier amant et là encore le seul, ni homme, ni femme n'aurait pu arriver à la cheville de Bucky.

Alors oui, c'est laisser sa main traîner une seconde de trop, une seconde de pas assez surtout pour lui mais qu'importe ses états d'âmes. Steve ne dira rien, ne fera pas de geste vers ce eux d'autrefois alors même que Bucky lui donne l'impression de revenir autrefois en lui ayant sourit ainsi. Si un jour Bucky se souvient de tout et le lui montre d'une manière ou d'une autre alors Steve sera là, ils pourront au minimum en parler mais en attendant Steve sera son meilleur ami. Ce qui n'est pas difficile à faire, ils ont commencé leur histoire ainsi. Prendre sur lui donc et lui expliquer ce qu'il en est du peu qu'il sait et voir Bucky se perdre dans ses pensées quelques instants.

- Oui, tu es le premier.

Et le seul qui importe. Encore une chose qu'il ne dira pas mais pense, couvant Bucky du regard encore et toujours, là encore peu de changement pour Steve, Bucky a toujours été un modèle pour lui.

- On les trouvera et on trouvera ensemble ce qu'il se passe.

Oui, hors de question qu'il puisse s'éloigner de Bucky maintenant, Steve n'avait réussi à le faire que parce qu'il était en sécurité au Wakanda, parce qu'il était caché. Tiens, d'ailleurs T'Challa aurait dû l'appeler pour lui dire que Bucky était réveillé, ce qui voulait dire qu'il y avait du changement chez lui. La famille royale lui avait promis qu'il l’appellerait si une solution était trouvée, est-ce que ça veut dire que Bucky ne sera plus jamais soumis à ce code ? Cela en a l'air alors que plus Steve le regarde, plus il note de légers changements. Un nouveau sourire à cette main sur son épaule, la sensation d'avoir de nouveau son Bucky en face de lui.

- Je vais bien oui, j'ai pu dormir quelques heures et toi ?

Manger, non et rien ne servait de le cacher à Bucky qui ne serait pas dupe normalement, cette manie qu'il avait de toujours veiller sur Steve alors même qu'il pouvait le faire seul. Oui, même quand il était encore une crevette, il pouvait et savait se débrouiller seul.

- Quant à sortir d'ici, il y a un chemin de terre pas loin, j'étais dessus quand je t'ai aperçu.

Revenant en arrière sur ce que Bucky lui avait dit maintenant qu'il semble avoir intégré la nouvelle d'être en Australie. Sortir de là, trouver un endroit pour les abriter tous les deux et veiller sur Bucky, le programme que Steve se fait mentalement. Lui montrant, d'un signe de tête, la bonne direction, celle qui pourra les emmener ailleurs sans se perdre.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : lallybroch (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 195
DOLLARS : 615
MULTIFACE : Emily Corpse Bride
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE : Surnommé le Soldat de l'Hiver, son bras gauche est fait en vibranium, il est noir avec des tracés dorés.


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 02.04.18 3:16


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Il essayait tant bien que mal de tout replacer dans son esprit, tout analyser. D'abord, Steve était là, c'était son point de repère le plus important de toute façon. A deux, ils surmonteraient absolument toutes les épreuves. Ensuite, ils sont en Australie. Bon, ok, ça aussi c'est intégré. Autre chose à intégrer, la barbe et la chevelure de Steve qui lui donnaient des airs de mauvais garçon et qui n'étaient pas pour lui déplaire, même s'il savait que dans le fond, Steve devait être toujours ce même gentil garçon, les airs plus virils que jamais qu'il dégageait le faisaient presque frémir. Comment ne pas attarder son regard ? Son visage lui avait manqué, il lui avait manqué. C'était aussi l'impression de pouvoir le voir à nouveau, correctement. Vraiment le voir. Là où ces dernières années, Steve avait été plutôt flou mais avait surtout été un rayon de lumière dans les ténèbres qu'étaient sa vie. Et sa lumière apparaissait de nouveau alors que tout ne semblait être que ténèbres. Steve était son sauveur, une fois de plus. Il lui racontait aussi sa situation. Pas vraiment dormi. Tu m'étonnes. Et toi ? Ah.

Une heure ou deux, tout au plus. Je ne comptais pas me laisser faire mordre par une araignée ou un mamba. J'ai atterri en pleine ... forêt. Je ne fais que marcher depuis, tu es le premier être humain que je croise.

Au final, Australie ou centre-Afrique, les animaux restaient les même en forêt, à quelque détails près. D'où sa confusion aussi, son où suis-je. Ils trouveront ce qu'il s'est passé, il le faut. Ca n'allait juste pas l'aider à se remettre mais soit. Il devenait soudainement bavard, le Bucky. Ce qui ne lui ressemblait pourtant pas, là où il aurait pu émettre un petit grognement, répondre deux trois mots histoire de donner le change. Là, il parlait comme un être humain. Autre travail sur lui qu'il avait commencé à faire, celui de la communication, ce je donne le change mais je peux aussi faire un peu plus . Mais il y avait encore beaucoup de chemin à faire puisqu'il ne poussait pas à répondre à Steve sur comment il se sentait.

Il comptait donc suivre Steve, suivre ses pas vers le chemin. S'ils étaient en Australie, il allait sûrement faire sacrément tâche avec ces vêtements qu'il portait. Qu'importe. Le plus choquant, les vêtements ou le bras ? Ou alors les airs de sauvage qu'il devait avoir avec ses cheveux et sa barbe qui avaient nettement poussés depuis son réveil ?

Puis, il remarquait l'état de Steve, sa tenue bousillée surtout.

Qu'as-tu fais tout ce temps ?

Il culpabilisait toujours d'avoir imposé ça à Steve. Car c'était la sensation qu'il avait, avoir imposé ses malheurs à Steve qui avait pourtant tant de son côté, il avait eu les avengers, il avait gloire et succès, il avait eu le confort d'un appartement avec tout le confort qu'on pouvait avoir dans un appartement de super soldat - car il se souvenait de cela maintenant, puisqu'il y était entré par effraction. Et maintenant ? Il lui semblait être plus farouche. D'un autre côté, demander à Steve de parler de lui, cela focaliserait la conversation sur autre chose que lui-même, ce qui était ce qu'il voulait, justement. Parlons de toi, surtout pas de moi. Pas encore prêt. Pas tout à fait. Puis plus simplement ; parle. Ca faisait du bien d'entendre à nouveau le son de sa voix, un son si familier et réconfortant qui pouvait le sortir de sa torpeur.

En marchant, il s'efforçait de rester à une certaine distance. Ne rien laisser paraître, ne pas montrer cette envie de faire l'inverse justement et se rapprocher. Il se devait de protéger Steve de lui. Trop instable encore pour l'instant et surtout ne lui donner aucun possible espoir, Bucky restait déglingué même s'il y avait un gros mieux depuis le passage de Shuri dans sa tête. Plus de code, plus de manipulation mais des souvenirs à encaisser et accepter. Faire avec, comme on dit. Faire le point sur lui, sur ses sentiments et sur qui il est, sur qui il veut être désormais, ce qu'il veut devenir. Tant de sujets de réflexions et plus de conseiller à ses côtés, le malaise. Car il ne voulait pas encombrer Steve avec ça non plus. Et il ne pouvait guère demander de l'aide à un psychologue d'ici, il savait d'avance qu'on essaierait de l'interner avec aucune chance de sortir s'il racontait la moindre chose sur ce qu'il avait pu vivre. Le moindre détail aurait été une raison de l'interner et le juger fou. Cause perdue. Enfin, même s'il avait l'impression de ne pas l'être pour Steve ni pour la famille royale du Wakanda. Il inspirait profondément, songeant de nouveau à ses jambes lourdes et aux crampes qu'il pouvait avoir à force de marcher comme il marchait. Il l'avait dit à Steve ; depuis que je suis ici, je marche, je marche et je remarche. Pourtant ces forêts ne lui rappelaient un rien ses doux souvenirs, rien ne faisait écho aux souvenirs qu'il avait d'une guerre et d'instants volés dans des tentes de fortune. Pourtant il avait Steve et c'était sa seule présence qui suffisait à lui rappeler tout ceci. Tous ces baisers, ces câlins. Ces promesses qu'ils n'ont pas pu tenir. Celle d'une guerre qui s'achève et d'eux qui pourraient profiter ensuite. Loin des yeux curieux mais Bucky savait que pour eux, ce n'était pas juste une histoire, à l'époque, d'un "ce qu'il se passe à la guerre reste à la guerre", que ce n'était pas juste deux hommes qui s'étaient trouvés dans des instants de peur, d'incertitude et de désespoir, mais qu'ils avaient surtout été deux meilleurs amis qui s'aimaient profondément et avaient décidés d'arrêter de se voiler la face, si anormale soit leur relation selon les moeurs. Dire qu'aujourd'hui, tout ceci ne serait plus un problème. Pourtant, ça, il l'ignorait. Il n'avait jamais eu le temps d'apprivoiser ce siècle, n'avait jamais eu le temps de l'analyser, de tout découvrir, vraiment. Il ne connaissait rien aux moeurs et ce qu'il connaissait de la technologie, c'était parce qu'Hydra lui avait enfoncé ça dans le crâne. Il n'était qu'un fantôme, un étranger. Incapable de dire quelle musique était à la mode, ce qui faisait danser les gens aujourd'hui, incapable de dire quel film était à l'affiche ni quel acteur était désigné comme vedette. Aucune idée sur rien, pas sûr qu'il sache qui était le président de son propre pays, c'était dire. Tout ce qu'il savait c'était comment tuer, comment le faire bien et avec quelles armes. C'était aussi ce qui l'angoissait, à force de marcher alors que Steve lui avait parlé de civilisation. Est-ce qu'il était seulement prêt à voir le monde et laisser le monde le voir ? Gros doute sur le sujet. Il avait bien envie de dire que non, il n'était pas prêt. Juste qu'il savait qu'il le devait, qu'il en avait besoin pour des choses élémentaires comme se laver, manger, dormir, qu'il lui faudrait trouver de l'argent et appartement, un lieu où se reposer. Le temps de retrouver T'Challa et retourner au Wakanda en tout cas. Il jetait quelque regards à Steve, c'était plus fort que lui.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Heaven
STATUT CIVIL : En attente du bon ou de la bonne partenaire. Même s'il l'avait déjà trouvé et était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché.
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 118
DOLLARS : 403
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 02.04.18 20:16


ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve
Steve est attentif à ce que lui dit Bucky, ce qu'il lui demande et il lui répond sans temps mort mais en même temps il réfléchit. À la situation, repassant en revue les quelques maigres détails qu'il a eu et doit bien avouer qu'en dehors de la lumière vive il n'y a rien de plus si ce n'est ce lieu commun. Analysant que si Bucky est réveillé, cela doit vouloir dire qu'il y a du mieux dans le sens qu'il ne pourra plus jamais être manipulé mais pour le moment cette information est mise de côté. Steve n'ira pas lui en parler, pas tout de suite en tout cas. Ne le quittant pas du regard, le couvant même, un regard doux et bienveillant, la prunelle de ses yeux. C'est sourire un peu plus alors que pour une fois Bucky ne se contente pas d'aligner juste trois mots mais lui donne une vraie réponse. Il ne devrait pas sourire alors que la situation est sérieuse et pourtant entendre Bucky parler réellement lui fait cet effet. Même si bien évidemment, Steve note qu'il ne lui dit pas comment il se sent, se contentant de parler de ce qu'il a fait, de donner le change. Il n'ira pas le pousser plus loin, il n'insistera pas, c'est déjà un énorme progrès, une petite victoire, oui Steve le voit ainsi. Hochant simplement la tête aux propos de Bucky.

Toujours sur leurs gardes, ça leur ressemble bien en effet, Steve était pourtant à l'abri cette nuit mais pareil, à l'affût de tout en plus de ses réflexions qui l'ont empêchées de dormir. À deux ils vont pouvoir se reposer plus facilement, enfin si Bucky accepte ou plutôt arrive à lui faire assez confiance pour veiller sur lui pendant qu'il dort. Bien qu'ils n'en soient pas encore là pour l'instant, retourner sur ses pas en premier puis retourner sur le chemin et se fier aux marques laissées par ses pas sur le chemin de terre pour reprendre la bonne direction. Réflexe ou instinct, allez savoir, mais Steve se met ensuite à la hauteur de Bucky pour l'avoir sur sa gauche, toujours sur sa gauche, ils l'ont fait tellement de fois de marcher ou même se tenir ainsi côte à côte. Quand il était encore une crevette, c'était déjà présent, Bucky à sa gauche, sa place.

- Je suis reparti loin du Wakanda, éloigner le gouvernement de là, qu'ils ne puissent pas se douter de où tu étais, ne pas attirer des problèmes à T'Challa non plus.

Même si T'Challa est plus que apte à faire face à tout, c'était un moyen peut-être de le remercier pour tout ce qu'il avait fait.

- Je me suis assuré que les autres allaient bien, qu'eux aussi ne risquaient rien pour m'avoir suivi ainsi.

Au passage, est-ce que Steve est dupe sur la manœuvre de Bucky ? Le faire parler pour ne pas avoir à le faire, non, il s'en doute mais qu'importe, encore une fois si Bucky a besoin de ça, ça sera ainsi.

- Je ne pouvais pas rester sans rien faire alors j'ai retracé un peu partout des caches d'Hydra, les détruisant avant de filer de là. Arrêter certaines personnes aussi, passant le relais à certains Avengers qui ont signés les accords eux. Je reste un fugitif pour tout le monde mais il me reste quelques contacts, autant en profiter et ils finiront bien par se mettre en tête que je ne signerai jamais les accords mais que ça ne fait pas de moi, de nous tous des personnes mauvaises.

Tout en marchant, Steve lançait des regards vers Bucky, une certaine fierté d'être à ses côtés, heureux aussi de le retrouver mais surtout l'observant. Cherchant à essayer de voir jusqu'où les changements, qu'il note depuis tout à l'heure, vont loin et en quoi ils consistent vraiment ces changements. Se demandant aussi s'il verrait des signes sur Bucky qu'il a retrouvé sa mémoire, espérant ne pas passer à côté si ça arrive ou plutôt quand ça arrivera. Confiant là dessus, Bucky lui a déjà prouvé qu'il avait retrouvé certains faits de leur passé mais encore une fois, Steve n'ira pas le brusquer, se doutant qu'il ne doit pas récupérer que des bons souvenirs. Il restera juste attentif, une épaule sur laquelle Bucky pourra se reposer, le temps qu'ils sortent de là, de voir si Bucky veut retourner au Wakanda ou non. Attentif à tout, comme à l'entendre inspirer profondément ou le voir presque partir dans ses pensées, du moins Steve le prend ainsi.

C'était aussi avoir son propre corps qui se rappelle à lui et le fait ralentir petit à petit, fatigué, las comme jamais il ne l'a été, comme si sa fuite perpétuelle depuis plus d'un an lui tombait dessus d'un coup. Se rapprochant légèrement de Bucky sans en avoir conscience, être plus proche de lui, sa source de courage, de repos, oui il peut dire ça ainsi même en ayant un Bucky presque amnésique, il reste une source de bien être pour Steve. Pour un super soldat ne comprenant pas ce qui lui arrive, si c'est bien lié à cette arrivée étrange en Australie et ne voulant pas en parler avec Bucky malgré tout. Si jamais lui ne ressent rien ainsi, ça ne fera que l'inquiéter et si lui aussi ressent les mêmes choses, les pointer du doigt n'aidera pas là. D'autant plus qu'il a la sensation que plus ils avancent, plus Bucky est nerveux mais pourquoi est-il nerveux ? C'est là toute la question alors Steve décide de quand même tenter quelque chose.

- On devrait trouver un endroit pour se reposer un peu, de ce que je sais on aura du mal à rejoindre la ville avant la nuit. Qu'en dis-tu ?

Se reposer, avoir plus de temps tous les deux seuls en tête à tête, essayer d'être moins sur les nerfs. C'est perdre un peu de temps, certes, peut-être que Bucky a juste envie de partir rapidement, que c'est pour ça qu'il est nerveux. Ou alors c'est tout le contraire et ça ne sera pas une perte de temps.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : lallybroch (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 195
DOLLARS : 615
MULTIFACE : Emily Corpse Bride
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE : Surnommé le Soldat de l'Hiver, son bras gauche est fait en vibranium, il est noir avec des tracés dorés.


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 06.04.18 2:22


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

En réalité, cela ne faisait pas quelque jours ou semaines que Bucky était réveillé, mais trois mois. Trois mois qu'il était réveillé et réparé, trois mois qu'il travaillait sur lui et sa paix intérieure ; mais il y avait tant à faire. Et revoir Steve lui rappelait tant de choses, c'était le remettre face à une réalité compliquée à assumer. Le fait de l'avoir abandonné toutes ces années, la honte de ne pas avoir reconnu Steve et leur véritable lien et véritable passé alors qu'il avait eu nombreuses occasions pour ça. Il mentirait s'il disait qu'il n'avait pas envie de retrouver ses bras, car c'est en les quittant de lui-même qu'il se rendait compte ô combien ces étreintes lui avaient manquées. C'était Steve, c'était forcément différent des autres. Tellement plus rassurant aussi. C'était aussi un tu m'as retrouvé , aurait-il été plus émotif qu'il aurait pu en verser une larme de savoir qu'il l'avait retrouvé. Il ne pouvait s'empêcher de le regarder, c'était curieux ce nouveau look, les cheveux comme la barbe d'ailleurs. Voulait-il passer inaperçu ?

Steve lui racontait donc, à sa demande, ce qu'il avait fait tout ce temps. Il avait un léger pincement au coeur là encore, tous les risques que Steve avait pris pour lui alors qu'il ne méritait pas le millième de ce qu'il avait fait pour lui. Mais c'était Steve, un fonceur, une tête de mule. Sa tête de mule. Prend moi à nouveau dans tes bras, pour voir, avait-il envie de lui souffler. J'ai senti mon coeur battre à nouveau, pourrait-il continuer à dire.

Mon brave soldat. Tu as toujours fais ce que tu avais à faire, Steve. Je suis désolé de t'avoir rajouté tout ce poids sur les épaules.

Une pointe d'ironie et plaisanterie alors qu'il était surtout désolé de lui avoir infligé toutes ces peines en plus de ces fameux accords à signer, tout avait explosé en même temps, au pire moment. Il s'excusait à nouveau aussi parce qu'il pouvait le faire désormais, il y avait un certain recule pris mine de rien, sur la situation. Bucky redevenait lui mais devait faire avec son passé de Winter Soldier. Redevenait lui tout en sachant qu'il ne serait jamais vraiment lui à nouveau, juste une pâle copie. Juste un homme qui avait besoin d'apprendre à gérer ces deux parts de lui pour devenir un homme à part entière ; pas le Bucky qu'il était ni le Soldat de l'Hiver, mais celui qu'il pensait devoir être. Bon tout en sachant qu'il réagirait vivement selon les situations, distant, grognon, peu bavard, peu apte à la discussion, ça, il ne pourrait pas changer ces faits. Puis Steve, le protéger de lui-même, le protéger de ses indécisions perpétuelles, le protéger de ses pensées qui voguaient ça et là, le protéger de lui. Et quel intérêt de lui avouer qu'il se souvenait de tout si Steve était allé de l'avant ? Parce que Steve n'avait jamais montré le moindre signe autre que de l'amitié envers lui donc, pour lui, Steve était passé à autre chose et en avait le droit. Le croire mort d'abord puis le retrouver et le voir complètement perdu, détruit. Non il ne pouvait pas lui en vouloir. Mais Bucky retrouverait bien vite ses vieux démons, d'autres à apprivoiser, cet homme obsessionnel qu'il était devenu avec le Winter Soldier. Ce côté qui n'était pas encore ressorti mais qui ne tarderait pas à pointer le bout de son nez.

Comme tu le souhaites, je te suis.

Si tu veux marcher, on marche, si tu veux qu'on s'arrête, on s'arrête. Pas incapable de réfléchir, juste qu'il préférait suivre Steve. Son regard remontait souvent pour se rebaisser aussitôt. Rester à distance était plus difficile qu'il n'y paraissait alors qu'il ne souhaitait qu'une simple étreinte, rien que ça. Un geste affectueux. Il n'en n'avait plus reçu depuis... Depuis les années 50, voir 60. Ce qui remontait à un sacré bout de temps mine de rien. Et il était un homme désormais, plus juste une machine à tuer. Un homme qui redécouvrait absolument tout, qui voyait tout d'un nouvel oeil. Il n'y avait que Steve qui lui était familier et apaisant. Il retrouvait cette impression, peu à peu, ce chez soi . Et il comprenait aussi bien mieux pourquoi Steve avait réussi à briser ses conditionnements et pourquoi Hydra était toujours mis en échec : ils pouvaient lui laver le cerveau autant qu'ils voulaient, l'amour qu'il éprouvait pour Steve était plus fort que n'importe quelle technique de torture ou de lavage de cerveau. La force de ses sentiments lui revenait aussi en plein visage alors qu'ils restaient l'un à côté de l'autre. Reste loin, Barnes, ça vaut mieux pour lui. Protéger Steve était une chose qu'il avait toujours fais, mais là, il devait juste le protéger de lui, ce qui était assez rude mais nécessaire, malheureusement. Ne pas lui faire payer tout ça. Car James savait aussi qu'il passerait par des phases d'indécisions où il ferait tout et n'importe quoi, ça lui prenait déjà parfois.

Se reposer où ? La question qui fâche. Ou pas. Ca ne lui importait pas, tout compte fait. Il s'approchait juste de Steve, un léger sourire sur les lèvres en voyant ses cheveux, il n'allait pas s'en remettre. Où était son gentil garçon, son gentil soldat ? Il passait sa main droite dans une mèche rebelle pour la replacer, attardant peut-être ses doigts trop longtemps contre lui, le bout de ses doigts caressant sa peau. Il savait que c'était mal mais c'était de ces choses qu'il devrait apprendre ; la différence entre vouloir et pouvoir. Les limites à ne pas dépasser. Ne pas céder à tout ce qui lui traversait l'esprit juste parce qu'il le pouvait, désormais.

Ca te donne des airs de vilains garçons, ces cheveux et cette barbe, il va me falloir un moment. J'étais habitué au gentil soldat propre sur lui.

Ce n'était pas un reproche mais une constatation. Il haussait finalement les épaules, il s'habituerait. Peut-être qu'il le trouvait encore plus craquant ainsi. C'était bien le problème, d'ailleurs, maintenant qu'il se souvenait de tout, il se souvenait aussi pourquoi il l'avait tant aimé et s'il l'avait toujours trouvé magnifique, il ne mentirait pas, le Steve grand et musclé lui plaisait énormément. Trop, peut-être. Il retirait sa main, finalement, un peu tardivement peut-être mais il finissait par retirer sa main.

Tu veux qu'on se repose où ?

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Heaven
STATUT CIVIL : En attente du bon ou de la bonne partenaire. Même s'il l'avait déjà trouvé et était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché.
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 118
DOLLARS : 403
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 06.04.18 16:29


ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve
Rester sans rien faire, jamais Steve n'aurait pu agir ainsi, sa physiologie déjà l'en empêche, ce besoin de mouvement, de dépenser son énergie encore et toujours. Mais aussi parce que le monde n'allait pas, il y avait bien des choses à faire, Steve avait conscience, cette fois, qu'il n'en avait pas terminé avec Hydra. Le choc que ça avait été pour lui de découvrir cela, lui qui pensait s'en être débarrassé en même temps que Crane rouge était tombé. Égoïstement, il pensait aussi avoir vengé la mort de Bucky, démolir Hydra, retrouver Crane rouge est en finir, il ne l'avait pas fait que pour libérer le monde. Ce n'était même pas sa motivation première en réalité, faire son devoir de « super héros », non c'était l'impression qu'il avait donné à tout le monde mais il l'avait fait pour Bucky avant tout. Double choc de ce fait, Hydra toujours bien debout et plus vivace que jamais, la mort de Bucky qui n'était finalement pas vengée. Et on ne parlera pas de son choc en retrouvant Bucky vivant, conditionné et sans mémoire. Tout ce que Steve a pu faire depuis peut sembler étrange aux yeux des autres mais personne n'a jamais su ce qu'il en était vraiment, têtu oui mais il avait ramené Bucky à lui, l'avait libéré des griffes d'Hydra. Pas assez, pas comme il l'aurait voulu puisque Bucky avait disparu dans la nature et il n'avait pas pu veiller sur lui. Puis il l'avait défendu quoi que ça puisse lui en coûter et l'aurait défendu contre le monde entier et le ferait encore s'il le fallait.

Est-ce qu'il tique un peu au « mon » employé par Bucky ? En effet. Je serai toujours le tien, a t-il envie de lui répondre mais ce qui le fait surtout réagir ce sont les excuses de Bucky.

- Shtt, tu n'as pas à être désolé Bucky, tu ne m'as rien ajouté de plus. C'était mon choix, c'était ce que je devais faire, comment j'aurai pu les laisser t'accuser de quoi que ce soit ? Je n'aurai déjà pas laissé un inconnu prendre pour quelqu'un d'autre, toi encore moins.

Avec quelqu'un d'autre, Steve aurait sans doute été moins...extrême dans ses réactions mais il se serait battu à la fois contre les accords et à la fois pour défendre une personne injustement accusée. Il a toujours fait ce qui lui semble juste à faire, suivant les règles du SHIELD ou même du gouvernement tant qu'ils allaient dans le même sens que lui. Mais à partir du moment où plus rien n'allait comme il le voulait, que les choses prenaient une tournure allant contre la liberté de chacun, contre la justice telle que lui la voit, Steve n'a jamais hésité à emprunter sa propre voie. Quoi qu'il puisse lui en coûter et si en plus on ajoute Bucky à l'équation...Plus généralement, pour Steve, Bucky n'est responsable de rien du tout, il n'a jamais agit selon sa propre volonté, il n'a fait que subir des horreurs qui auraient brisé n'importe qui. Steve sait que jamais son Bucky n'a pu vouloir tout ça, il était comme lui un homme juste et bon et il l'est encore, ça ne fait aucun doute. À jamais changé, on ne peut revenir indemne de ce qu'il a subit mais Steve est persuadé que l'homme juste et bon est toujours là.

C'est le sentir nerveux et lui proposer de se reposer un peu, de prendre le temps de souffler avant de poursuivre, ils en ont besoin tous les deux. Sans pour autant savoir si Bucky le voudra et en avoir rapidement la réponse, comme Steve souhaite. D'un côté ça le rassure, Bucky n'est pas pressé de partir, de le « fuir » mais d'un autre côté sa formulation ne le rassure pas. Tu as le droit de me dire non. Tu as le droit de me dire ce que toi tu veux. Le laisser approcher et passer sa main ainsi dans ses cheveux, le laisser attarder ses doigts contre sa peau, ça le remue en même temps, un peu trop sans doute. Est-ce que... ? Serait-il possible que... ?

- C'est plus pratique quand je suis en civil, je passe plus facilement inaperçu.

Steve sourit en disant cela, plus à cause de la réaction de Bucky que pour ses propres paroles mais il sourit oui. Mais surtout, il se cède à lui-même en attirant doucement Bucky contre lui, cédant à son envie mais en pensant malgré tout à ne pas le brusquer, ne pas déclencher un quelconque mouvement de défense. L'attirant doucement contre lui, lui frottant le dos d'une main avant de se laisser aller à déposer un baiser sur son front.

- Mais je reste le même malgré tout.

Oui, il n'a pas changé, il reste le même homme que Bucky a connu alors qu'ils n'étaient encore que des enfants. Steve est peut-être un peu plus dur qu'il ne pouvait l'être, il a un peu perdu de cette naïveté qui lui faisait penser que le bien triomphe toujours facilement. Moins rêveur aussi, sans doute et il n'est plus un « enfant » finalement, il est un soldat qui en déjà bien trop vu mais globalement il reste le même. Gardant Bucky contre lui quelques secondes de plus avant de le relâcher, ne voulant pas se montrer pesant, envahissant ou il ne sait quoi. Déjà que ce geste et ce baiser, ne peuvent pas vraiment être qualifié de geste normal entre deux amis.

- Il y a des bâtiments plus loin et un point d'eau, on peut voir là ?

Mémoire absolue, Steve avait regardé la carte que lui avait montré la gérante de l'espèce de motel de la veille, elle lui avait seulement indiqué le chemin de terre coupant à travers la forêt, il avait retenu tout le reste. Il ne sait juste pas si les bâtiments sont en état, s'ils sont habités ou non, si le point d'eau est toujours alimenté mais c'est un point de départ.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : lallybroch (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 195
DOLLARS : 615
MULTIFACE : Emily Corpse Bride
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE : Surnommé le Soldat de l'Hiver, son bras gauche est fait en vibranium, il est noir avec des tracés dorés.


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 06.04.18 18:33


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

S'il s'était douté qu'en s'excusant, Steve lui sortirait des "tu n'as pas à t'excuser" "tu n'y es pour rien" ? Oui, il s'y était attendu, il l'avait vu venir à des kilomètres, d'ailleurs. Mais au moins il s'était excusé et Steve le saurait, c'était le principal ; il saurait qu'il était désolé. Qu'il pouvait ressentir ces choses là à nouveau, aussi. Qu'il n'était plus l'homme qui ne ressentait rien et se moquait de tout. Et il se sentait coupable de tous les maux, y compris la destruction de l'amitié de Steve avec Stark ; Steve avait pris son parti avant même que lui-même ne le sache. Il l'avait appris en même temps que Stark et le je ne le mérite pas lui venait à nouveau. Il avait tué des parents, normal que leur enfant pète un câble et cherche à venger ses parents de leur assassin, quand bien même n'avait-il été que le bras armé d'Hydra, le résultat restait le même, pas vrai ? C'était lui qui avait broyé la nuque de Maria Stark, lui qui avait tiré une balle sur Howard Stark. Cette loyauté le dépassait dans ces moments, comment Steve pouvait le soutenir et se montrer d'une loyauté sans failles dans ces moments là alors que tout montrait que Bucky était en tort.

Cette main dans ses cheveux, il ne l'avait pas contrôlée car avec ses souvenirs, revenaient aussi certains gestes qu'ils avaient pu avoir l'un envers l'autre, des gestes que des amis ne sont pas supposés avoir mais qu'eux ont malgré tout. C'était aussi se dire qu'à leur époque, il semblerait que la sexualité n'était plus un problème, du moins, lui semblait-il. Il voyait Steve en sourire et voilà que son coeur lui jouait de drôles de tours, battant bizarrement, à croire qu'il hésitait entre s'arrêter totalement ou battre à la chamade, que ne sachant pas, il faisait les deux à la fois. C'était l'arrêt total quand Steve le prenait dans ses bras pour le serrer contre lui, lentement certes mais c'était ce qu'il faisait, le tenir contre lui. Bucky se figeait d'abord, car ce n'était pas lui cette fois qui avait commandité ce geste mais Steve. Il se figeait parce que cela lui donnait une drôle d'impression, ça lui faisait bizarre d'être ainsi tenu sans y être forcé, sachant aussi de lui-même qu'il aurait été libre de se défaire de cette étreinte qui n'était qu'affectueuse. Il inspirait profondément. Tant pour se calmer que pour sentir son odeur. Se détendre et passer finalement ses bras autour de lui, plus timidement. Le laissant lui frotter le dos alors que Bucky se contentait de non pas se blottir, mais presque, contre Steve. Il fermait les yeux au baiser sur son front, se mordillant l'intérieur de la joue. C'était apaisant. Curieux, inhabituel, mais apaisant. Il savait que rien ne pouvait lui arriver dans les bras de Steve, qu'il y était en sécurité comme nul part ailleurs. Rien ne pouvait lui arriver, là. Si seulement il avait l'impression que ce "je reste le même" était plus significatif que parler de son look. Mais pour lui cette réponse ne valait que pour son apparence physique et non sur les sentiments. Les bras de Bucky restaient autour de lui, osant à peine le toucher comme s'il pourrait le salir ou le briser, ses mains étaient à peine posées sur Steve. Il ne cherchait pas à s'en défaire, bien au contraire, cette étreinte était même trop douce à son sens, trop douce pour ce dont il avait besoin ; être vraiment tenu, soutenu. Physiquement autant que mentalement. L'homme qu'il était faisait moins le fier, là, quand toutes les barrières qu'il avait commencé à se construire, tombaient lâchement. Pourtant il sentait Steve commencer à le relâcher, lui rappelant la distance qu'il avait voulu, lui-même, mettre entre eux, par principe et pour Steve. Tu dérailles, Barnes. Evidemment qu'il déraillait.

Si tu veux, oui.

Ils pouvaient aller voir, même si cela voulait dire quitter les bras réconfortant de Steve. Comment Steve faisait pour se montrer toujours si costaud, si solide ? N'avait-il pas ses faiblesses lui aussi, envie de tout abandonner et de dire merde ? Parce que même s'il ne se montrait ainsi qu'avec Bucky, si fort, cela restait une certaine retenue qu'il avait et qu'il s'efforçait d'avoir. Pourquoi se montrer si fort ? Quel était son secret, pour ça ? Comment rester droit et solide pour deux ? Il n'y parvenait plus et il admirait Steve de réussir à le faire encore maintenant. Il admirait que Steve ne retourne pas de son côté mais parte directement du principe qu'ils resteraient à deux, qu'il parle d'aller quelque part, non pas seul, mais oui, à deux, l'un avec l'autre sur la route. Avait-il quelqu'un à aller retrouver ? Il ne semblait pas pressé si c'était le cas, sinon il n'aurait sûrement pas proposé de se reposer. Bucky, lui, espérait juste que Shuri soit avec T'Challa ou Okoye, ne serait-ce que l'un d'entre eux. Si elle était seulement là, évidemment. Il fallait partir mais Bucky grognon refaisait son apparition en affichant une mine boudeuse et peu décidé à se reculer de là. Chacun sa façon de se reposer, lui, il venait de trouver les bras de Steve comme véritable refuge. Et la faute à qui, il avait découvert ça, hm ? Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Ah, oui, les apparences. Il soupirait et se reculait. Ses jambes lui faisaient curieusement mal et lui semblaient si lourdes contrairement à avant où il ne ressentait pas ces choses là ou du moins, les ignorait totalement. Soit un peu adulte et mature pour une fois, se disait-il pour reculer. Cesser d'être un ado ou du moins agir comme tel.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Heaven
STATUT CIVIL : En attente du bon ou de la bonne partenaire. Même s'il l'avait déjà trouvé et était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché.
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 118
DOLLARS : 403
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 06.04.18 22:35


ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve
Steve essaye de se fier aux signes que Bucky peut lui envoyer, qu'il en ait conscience ou non, de comprendre ses réactions ou encore ses paroles. Comme là avec ses cheveux qu'il vient lui remettre en place, ses doigts qui restent trop longtemps. Se demandant si Bucky se souvient d'eux ou non mais depuis quand Bucky agirait ainsi sans souvenirs, il doit bien y avoir quelque chose n'est-ce pas. Cela le perturbe grandement et lui fait céder à cette envie de le tenir contre lui, de lui donner un peu de douceur. Malgré que Steve se freine encore dans ses mouvements pour agir lentement, pour laisser le temps à Bucky de saisir ce qu'il se passe. Que Steve ne va pas lui faire du mal, ne cherche pas à l'attaquer. Il aurait aimé pouvoir l'enlacer plus fermement, avoir ce « je t'ai retrouvé, je te garde » mais se freine oui et visiblement il a bien fait alors qu'il sent Bucky se tendre et hésiter. Steve pourrait se vexer que Bucky agisse ainsi alors qu'il est la dernière personne au monde qui pourrait lui vouloir du mal. Mais il a surtout bien intégré que Bucky ne se tend pas par plaisir, qu'il n'a connu que violence ces dernières décennies, qu'il doit réapprendre qu'il n'y a pas que les coups dans la vie, que tout n'est pas mauvais. Du moins Steve le voit ainsi, une des raisons pour laquelle il n'a jamais fait un pas vers ce eux d'autrefois. Pourtant il le fait presque ce pas là en le serrant contre lui, en l'embrassant sur le front, des amis ne font pas ça normalement. Bucky se tend mais il se détend aussi et l'enlace, Steve ne peut qu'en sourire un peu plus encore, le voir accepter cette étreinte « surprise » ne peut que faire plaisir à Steve. Lui indiquer qu'il ne fait pas fausse route en ne se privant pas totalement des gestes qu'il aimerait avoir envers Bucky. Parce que oui autant il connaît par cœur Bucky, autant il le redécouvre sous un nouvel angle et en marche un peu sur des œufs, c'est à lui de s'adapter à Bucky, non l'inverse et ça quoi qu'il se passera ou ne se passera pas entre eux.

De ce fait, en effet son « je reste le même » est plus profond qu'un simple changement de look, Steve s'en rend compte en le disant. Pour autant, il se contente de dire cela ainsi, sans aller plus loin dans sa vision des choses alors qu'il garde Bucky encore un peu contre lui avant de le relâcher, le laissant se reculer bien qu'il pouvait le faire même avec le bras de Steve autour de lui. Lui expliquant pour les bâtiments et obtenant encore un simple oui, Steve fera avec pour le moment alors qu'il note plus important il dirait. Notant la moue boudeuse de Bucky alors qu'il l'a relâché, alors qu'ils vont devoir reprendre leur marche, alors qu'il se recule et soupire. Steve le trouvant adorable au passage mais surtout il hésite à mettre « les pieds dans le plat », s'il fait erreur et que Bucky ne se souvient de rien. Mais si au contraire Bucky se souvient d'eux et n'ose pas le lui dire ou le montrer plus que ça. Ou encore si le nouveau Bucky est du genre « câlin » quand il se sent en confiance. Steve n'est pas forcément plus à l'aise en société qu'avant mais il n'est plus timide comme il a pu l'être et surtout c'est Bucky avec qui il a partagé tellement de choses. Optant alors pour un entre-deux.

- Bucky ?

Être sûr d'avoir sa pleine attention, juste quelques secondes avant de poursuivre.

- Tu pourras retrouver mes bras autant que tu en as envie et ça dès qu'on sera posé quelque part.

Sérieux en lui disant ça, bien qu'il garde un sourire sur les lèvres, un sourire un peu trop confiant sans doute alors que finalement ce n'est pas une question ou une proposition mais bel et bien une affirmation. Je vois que tu en as envie, j'en ai envie aussi donc faisons le. Même si la nature même de l'envie peut différer de l'un à l'autre comme Steve n'est pas entièrement sûr de ce que pense Bucky et de ce qu'il se souvient. Encore une fois, il se fie aux signes que Bucky lui envoie.

Steve s'y fie tellement, qu'il n'attend pas tellement plus longtemps avant de se remettre en route, pressé de se poser encore plus maintenant, oui en effet mais sait-on jamais aussi si d'un coup Bucky décide de discuter ce qu'il vient de lui dire. Surtout que s'il ne se trompe pas, les bâtiments dont il a parlé, ils ne vont pas tarder à pouvoir les voir au moins et savoir ce qu'il en est.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : lallybroch (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 195
DOLLARS : 615
MULTIFACE : Emily Corpse Bride
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE : Surnommé le Soldat de l'Hiver, son bras gauche est fait en vibranium, il est noir avec des tracés dorés.


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 07.04.18 1:25


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

C'était un câlin surprise et pourtant très agréable. Quand il se détendait assez pour en profiter, évidemment. Il n'avait pas connu ça depuis si longtemps, cette douceur. Être tenu non pas pour être maintenu pour qu'on lui inflige quelque chose, en fait à bien y réfléchir, à part Natalia, il n'y avait guère eu que Steve pour le tenir ainsi et c'était rassurant, autant que ça lui faisait se dire que ça faisait presque un siècle qu'il n'avait pas reçu ce genre d'affection. Mais comme il avait oublié ses sentiments pour Steve, ses réels sentiments, il culpabilisait d'avoir oublié Natalia. Alors que ça n'avait pas été rien ce qu'ils avaient partagés ; ils avaient été dans le même bateau et avaient voulus s'enfuir. Il devrait en parler à Steve, si jamais les choses déviaient trop. Qu'il sache exactement où en étant Bucky dans le bordel qu'était sa tête ; tout s'était assemblé mais il devait apprendre à gérer le tableau sanglant qu'était sa vie. Il ne pouvait désormais plus laisser croire à Steve que sa vie n'avait été que longue douleur, il avait eu des moments de joies et des moments où il s'était complu dans cette vie. Mais comment en parler, là ? Il ne savait pas alors il gardait le silence pour juste profiter de l'étreinte. Trop brève à son goût, ceci dit.

Mais il avait raison, il fallait trouver un lieu pour se poser avant de penser à tout ça. "Bucky" hm ? Il relevait la tête vers lui pour le regarder, curieux de ce qu'il aurait à dire. Oh merde. Sérieusement, Steve ? Merde. Il se figeait sur place quelque secondes.

Puis, finalement... Les joues légèrement colorées, un sourire timide et surtout ; il détournait le regard. Il agissait bêtement, un peu comme un adolescent pris en flagrant délit. Que dire ? Que faire ? Il se raclait alors la gorge, se mordait l'intérieur de la joue. Passer inaperçu avait été son but premier et il semblerait que ce soit foutu, ou presque. En même temps, Steve l'invitait clairement à venir et rester dans ses bras, il fallait juste que l'endroit soit plus propice à ça et il ne pouvait pas lui en vouloir de vouloir passer par là avant, lui-même ayant envie de poser ses fesses quelque part et surtout, étendre ses jambes douloureuses.

Il ne demandait pas mieux que retourner dans ses bras, ceci dit. Se sentir soutenu de nouveau, vraiment soutenu. Ces sensations qu'il avait oublié mais qui revenaient peu à peu. Mieux comprendre ses souvenirs aussi, mieux comprendre les flash qu'il avait, les flash qui lui revenaient. Mieux comprendre comment en temps de guerre il s'était abandonné dans les bras de Steve, pas juste son capitaine mais son homme déjà à cette époque. Il comprenait mieux pourquoi et il voulait ressentir tout ça à nouveau, il voulait s'en souvenir comme si c'était hier. Mais si Steve lui disait ça ? Ce n'était pas anodin, pas vrai ? Honnêtement, à ce stade, Bucky ne savait plus ce qui était conventionnel de ce qui ne l'était pas, ce qu'on pouvait dire en public de ce qu'on ne devait absolument pas dire. Alors oui il bloquait un peu ; attends, ça se dit, ça ? Ou alors il voulait juste se voiler la face sur Steve et ses sentiments en pensant que c'était plus confortable ainsi que lui imposer... s'imposer et imposer son mode de vie, en fait. Et trop de choses dont ils avaient besoin de discuter avant qu'il ne se sente suffisamment à l'aise pour vraiment se laisser aller.

... Ca me va. Tu m'as manqué, Steve.

Un peu maladroit, un peu timide, une voix un peu cassé mais c'était vrai ; tu m'as manqué. Il s'en rendait compte à quel point désormais, voilà tout. Puis le sourire de Steve ne l'avait pas aidé, ce sourire fier voir même un poil arrogant. Grr, petit idiot. Steve allait-il seulement comprendre, lui, à quel point il lui avait manqué ?

Bucky le suit. Il lui avait dit, si tu veux qu'on marche, on marche. Alors en voyant Steve recommencer à marcher, il marchait, tant pis pour ses jambes, il souffrirait maintenant pour mieux se reposer après. En même temps il n'était pas spécialement envieux de trouver un lieu où dormir, pas envieux de dormir tout court, c'était toujours les pires moments pour lui. Se rappeler de tout ce qu'Hydra avait fait, aussi, cela avait de grosses conséquences. Des choses si grave que si Steve les apprenait, il en aurait le coeur brisé et il ne voulait pas lui infliger une telle chose. Disons juste que Bucky avait tellement souffert en une vie que c'était à se demander comment il pouvait encore vivre, justement, là où n'importe qui serait mort, se serait abandonné, n'aurait plus eu aucune volonté à vivre. Il ne savait lui-même pas comment il avait fait pour tenir jusqu'à présent, il avait juste tenu. Et bizarrement, toute cette douleur aurait du le préparer à cette marche, cela n'aurait du être qu'une marche tout ce qu'il y a de plus normal, surtout quand on prend aussi en compte le sérum qu'il avait reçu. Pourtant oui, mal aux jambes, mal au dos. Aucune idée de pourquoi maintenant. Pourtant il marchait, comme si de rien était. Se disant que la douleur c'était tout dans le mental. Qu'il devait mettre ça de côté pour continuer à avancer comme si de rien était, comme si tout était normal. Au moins, sa tenue était légère et il pouvait profiter vu la chaleur qu'il faisait.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Heaven
STATUT CIVIL : En attente du bon ou de la bonne partenaire. Même s'il l'avait déjà trouvé et était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché.
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 118
DOLLARS : 403
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 07.04.18 21:51


ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve
Son sourire et son attitude étaient presque rendues à de l'arrogance en disant cela à Bucky. Alors que deux secondes avant, Steve hésitait sur la marche à suivre mais en même temps il n'y avait pas cinquante solutions pour qu'il, qu'ils puissent avancer. Être attentif à Bucky est une chose mais à un moment donné, il fallait poser des mots sur ce que Steve pense avoir vu comme signes. Poser des mots pour savoir, tout en jouant sur un certain flou artistique, la réaction de Bucky lui dirait bien des choses. Et surtout ne pas reculer, mais plutôt foncer comme s'il avait déjà toutes les réponses à ses doutes intérieurs, mieux encore faire comme s'il n'avait aucun doute tout court. Au pire que pouvait-il arriver là ? Que Bucky ne comprenne pas ce qu'il veut lui dire ou qu'il lui réponde que Steve se fait des idées ou encore qu'il l'envoie bouler. Cela serait un faux pas certes mais pas encore irrattrapable du point de vue de Steve.

Donc oui, il se lançait et la réaction qu'il obtient lui dit bien des choses et lui en fait penser tout autant. Oui Bucky, j'ai compris ton manège. Le voir être gêné et se figer avant de le voir rougir ? Il n'en est pas sûr mais on dirait et le voir détourner les yeux, tout simplement adorable comme réaction. Ce qui engendre hélas le fait que Steve a de nouveau envie de se rapprocher de lui et de le reprendre dans ses bras, juste ça, une étreinte ou plutôt un câlin sans même chercher autre chose. D'abord pour chercher plus qu'un câlin, il faut encore qu'il soit sûr à 100% d'être sur la même longueur d'onde que Bucky, Steve se disant qu'il va falloir qu'ils en parlent réellement de tout ça. En partant du principe que Bucky a bel et bien retrouvé tous ses souvenirs, ça ne veut pas dire qu'il a envie de vraiment retrouver leur ancienne relation ou juste qu'il est prêt à cela. Ou plus simplement oui, qu'ils ne peuvent pas agir sans se parler, sans vouloir les mêmes choses.

L'envie de le reprendre dans ses bras va devoir attendre rien que pour un fait, rien que parce qu'ils ont besoin de se reposer, de vraiment le faire, Steve a mal aux jambes, il n'y pense pas ou ne veut pas y penser mais son corps le lui dit. Quant à Bucky, il lui a dit n'avoir fait que marcher ou presque depuis la veille. Et voilà que maintenant c'est son cœur qui se met à faire n'importe quoi et à battre la chamade pour les quelques mots de Bucky mais quels mots aussi. Des mots tristes et magnifiques à la fois, qui veulent dire tant de choses et marquent un pas de plus vers le ; oui Bucky a retrouvé ses souvenirs. Et sans doute des choses bien plus profondes encore alors qu'en disant cela Bucky lui donne l'impression d'être plus que chamboulé et remué. Ne voulant pas non plus supposer à tort et à travers.

- Toi aussi Bucky, toi aussi.

Tellement manqué même, que pas un jour n'est passé sans que Steve n'ait une boule dans la gorge. N'arrivant à donner le change que devant les autres, que les moments pendant lesquels son cerveau était trop occupé et le laissait en paix au lieu de lui repasser détail par détail toute leur relation. Donnant le change également devant Bucky pour le préserver, ne rien lui ajouter de plus sur les épaules, il avait déjà tellement de choses à gérer son soldat de l'hiver. Steve ne pouvant malgré tout pas retenir sa phrase suivante, arrivant après seulement une seconde ou deux.

- Pas un jour n'est passé sans que tu me manques.

Pas une heure, pas une seconde, Steve pourrait pousser à cet extrême là mais il l'a dit quand il était en mission parmi les Avengers ou même depuis qu'il est un fugitif son esprit lui laissait du repos et n'avait pas le luxe de se focaliser sur sa vie privée. Un seul faux pas au combat et tout pouvait mal tourner, pour lui comme pour les autres.

Se rapprochant de Bucky en recommençant à marcher et en lui disant cela, là encore Steve ne cherche pas plus loin que simplement marcher à sa hauteur, côte à côte. Son corps le heurte, il a mal aux jambes et est fatigué et pourtant il a la sensation de retrouver un second souffle en étant proche de Bucky. Alors que lui-même est fatigué et le lui a dit ou plutôt Steve l'a vu ainsi, même sous sérum et sans savoir s'il est le seul à voir ses capacités diminuées, Bucky est forcément touché aussi. Même pour un super-soldat, marcher presque 24h non stop ne se fait pas sans fatigue voir sans douleur. Au moins ils sont ensemble et progressent, une dernière ligne droite normalement avant de pouvoir se reposer.

- Cela te va bien les cheveux longs et la barbe.

C'est sorti comme ça tout seul ou presque, juste parce que tout en marchant Steve continu à lui lancer des regards, à l'observer sans pour autant vouloir être insistant, d'où le fait qu'il le regarde brièvement. Du coup ça sort, alors même que le silence n'était ni lourd, ni pesant, c'est juste une réflexion qu'il s'est faite et qu'il dit à voix haute, n'attendant même pas de réponse. Cela te va bien. Tu es beau comme ça. Steve mentirait s'il disait que ça ne lui a pas déjà traversé l'esprit rien que le retrouvant en Roumanie ou peut-être plus honteux encore quand Bucky n'était que le Winter Soldier ne se souvenant pas de Steve. Il est beau avec les cheveux longs. Idiot n'est-ce pas mais eh un homme amoureux qui n'avait pas fait son deuil et n'a jamais voulu le faire.

Puis c'était surtout un virage du chemin et à sa sortie pouvoir enfin voir les bâtiments à une centaine de mètres environ devant eux. Steve parvenant à ne garder son attention que sur eux pour voir s'ils allaient enfin pouvoir souffler ou non, il voulait des bâtiments vides et non pas voir des gens. Il voulait rester seul avec Bucky et doutait du fait que Bucky pourrait vouloir voir du monde lui aussi. De loin, ça semblait être bon mais ils ne le sauraient qu'une fois vraiment plus proches.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : lallybroch (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 195
DOLLARS : 615
MULTIFACE : Emily Corpse Bride
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE : Surnommé le Soldat de l'Hiver, son bras gauche est fait en vibranium, il est noir avec des tracés dorés.


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 08.04.18 1:41


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

A tout bien y réfléchir, il n'avait pas envie d'être gêné ou intimidé. Il connaissait Steve comme lui le connaissait. Certes, Steve ignorait bien des choses sur lui, qui pourraient lui faire changer d'avis et de droit. Mais il n'avait pas envie d'être gêné en sa présence, autant assumer ce qu'il ressentait. C'était un autre pas ; assumer. Le reconnaître, puis assumer. Oui, je l'ai vécu, oui je l'ai ressenti, il faut assumer. Il avait juste tant de questions qu'il se posait. Steve ne lui répondait qu'un "toi aussi" mais il ne le prenait pas mal. Au moins c'était réciproque et quelque chose lui disait que Steve avait peut-être compris à quel point il lui avait manqué. Peut-être.

Pas un jour n'est passé sans que je ne pense à toi.

Pas un jour, pas une heure, pas une minute. Il était curieusement apaisé en disant ça, curieusement calme, un calme auquel Steve n'était peut-être pas préparé venant de lui. Parce qu'en un sens, il comprenait ce qu'il en était de Steve. Steve ne lui aurait jamais dis une chose pareille s'il avait quelqu'un dans sa vie, il n'aurait jamais agit comme il agissait. Il aurait cherché son compagnon ou sa compagne, il n'aurait pas été si tranquille en ne voyant que lui. Il ne lui aurait pas dis une chose pareille au vue de leur passé, même si Bucky n'était pas forcément sensé s'en souvenir. Pas Steve. Trop loyal, trop honnête, trop droit dans ses bottes. Alors oui, ça l'apaisait parce qu'il savait à quoi s'en tenir. Il se souvenait lui aussi, ne l'avait pas oublié non plus. Alors il souriait aussi. Il avait rêvé ces retrouvailles, il avait rêvé de le revoir et oui, que tout se passe comme avant, qu'ils reprennent où ils s'étaient arrêtés avant ce foutu train, c'est vrai. Il mentirait s'il disait l'inverse. Mais tant de choses avec lesquelles faire le point, tant de choses à lui dire avant d'essayer quoi que ce soit comme un baiser. Ce n'était pourtant pas l'envie qui lui manquait pour lui indiquer ce qu'il ressentait, que c'était toujours là. C'était aussi ce qui l'apaisait, la force de leur sentiment au travers des événements et des siècles, visiblement même des pays. Tout les réunissait toujours. Fait pour s'aimer. Oui, c'était apaisant de savoir ça, qu'il avait toujours Steve même après toutes ces années. Il pourrait douter, il pourrait se dire qu'il fabulait, qu'il voyait trop loin. Mais il avait l'impression, la conviction, de connaître Steve assez pour savoir ça.

Il marchait à ses côtés en lui jetant quelque regards et quelque sourires. Attendri, oui. Des sourires qu'il n'avait que pour lui. Il souriait davantage aux compliments adressés par Steve, bien que ce sourire soit plutôt coincé et timide, cela en restait un. Il passait machinalement une main dans ses cheveux pourtant attaché, à croire qu'une mèche se serait défaite alors que ça n'était pas le cas. Hm.

Si ça te plaît... C'est le principal.

Il lui souriait puis finissait par détourner le regard vers le chemin qu'ils empruntaient. Il l'aurait suivi aveuglément peu importait où donc, oui, qu'importait où ils allaient, il ne regardait vraiment que maintenant, pour voir les bâtiments qu'ils approchaient. Bizarre. Bientôt ils pourraient se poser tranquillement et parler, il en avait besoin, ils en avaient besoin. Est-ce que sa main venait chercher la sienne ? Oui. Du bout des doigts, un geste simple. Venir chercher la main de Steve de deux doigts se glissant entre les siens. Pas que sa main soit inatteignable ou trop loin pour lui, c'était juste un geste qui valait nombreux mots qu'il ne saurait lui dire à cet instant. Pas prêt à un autre rapprochement pour l'instant, pas prêt à vraiment toucher ou être toucher mais il avait cette alternative. Songeant que Steve comprendrait, si vif d'esprit qu'il était. Et parfois incroyablement lent à voir l'évidence. Il avançait pourtant, comme si de rien était, sa main dans la sienne, vers ces fameux bâtiments dont il ignorait tout.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

ain't no sunshine when he's gone. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» << Let the sunshine in >> { PV Aroz }
» Let the Sunshine in! [pv Olychounette]
» Ains't no sunshine when she's gone (31/05, 17h29)
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]
» sunshine kiwi ♦ keep on believin'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♚ WE'RE ALL MAD HERE ♚ :: ♚ Queensland ♚ :: Outback Queensland-