RSS
RSS



 
Scénario Attendu
Prénom & Nom Natasha Romanoff.
Liens actifs 3 : Bucky Barnes, Steve Rogers, Peter Parker.
Groupe Comics.
Je viens de Marvel - Comics.
Attendue depuis le 11.04.2018.
Scénario Attendu
Prénom & Nom Samuel Wilson.
Liens actifs 3 : Bucky Barnes, Steve Rogers, Peter Parker.
Groupe Comics.
Je viens de Marvel - MCU & Comics.
Attendu depuis le 21.05.2018.
Scénario Attendu
Prénom & Nom Urbosa
Liens actifs 2 : Zelda, Link.
Groupe Jeux Vidéos.
Je viens de Zelda - Breath of the Wild.
Attendue depuis le 22.05.2018.
Scénario Attendu
Prénom & Nom Ganondorf
Liens actifs 2 : Zelda, Link.
Groupe Jeux Vidéos.
Je viens de Zelda - breath of the wild.
Attendu depuis le 22.05.2018.
Scénario Attendu
Prénom & Nom Douglas Hammond
Liens actifs 1 : Thomas J. Hammond.
Groupe City.
Je viens de Political Animals.
Attendu depuis le 27.05.2018.
Scénario Attendu
Prénom & Nom Charlie Scott-Cavendish
Liens actifs 1 : Chloe Cohen.
Groupe City.
Je viens de Snatch.
Attendu depuis le 30.05.2018.
Scénario Attendu
Prénom & Nom Severus Rogue
Liens actifs 2 : Lily et James Potter.
Groupe Fantastique.
Je viens de Harry Potter.
Attendu depuis le 18.06.2018.

Partagez|

ain't no sunshine when he's gone. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Sweet disaster
STATUT CIVIL : Le coeur pris définitivement, il était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché et vient de le retrouver
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 195
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 08.04.18 22:25

ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve

Steve ne voulait pas supposer à tort et à travers alors peut-être qu'il répondait un peu trop simplement à Bucky même si tout le poussait dans une seule direction ; Bucky se souvient d'eux. Pourtant il lui confie que pas une journée n'est passée sans que Bucky lui manque, sans que son homme lui manque cruellement. Et c'est bien là le problème, si Steve commence à s'emballer, à vraiment repenser à Bucky comme étant son homme, il craint de faire une erreur avec Bucky et d'aller trop loin, trop vite. Parce qu'il est prêt lui le super-soldat à foncer tête en avant pour reprendre leur relation et même si Bucky semble lui montrer qu'il n'a pas totalement tort en supposant que peut-être lui aussi...il ne veut pas s'emballer, il ne veut pas aller trop vite et risquer de perdre Bucky pour une connerie qu'il pourrait dire ou faire. Tellement confiant quand il s'agit d'aller au combat et de préparer des plans et des tactiques. Tellement hésitant pour sa vie privée pourtant il sourit à Bucky et à sa réponse, ça lui fait tellement du bien à entendre.

Bien qu'encore une fois cela soit triste et beau à la fois mais finalement toute leur histoire est ainsi depuis qu'ils ont cessé de se voiler la face et qu'ils se sont avoués être plus que les meilleurs amis du monde. Alors oui il comprenait les signes que Bucky lui envoie depuis tout à l'heure mais Steve préfère rester dans ses « peut-être que » plutôt que d'affirmer les choses ne serait-ce qu'en pensées. Garder l'esprit clair pour penser à tout ce qui pourrait encore entraver les choses entre eux. Bucky qui n'est pas prêt ou qui pourrait ne pas vouloir reprendre totalement. Bucky qui n'a certainement pas pu se reconstruire réellement, il suffit de voir comment il s'est tendu quand Steve a initié leur seconde étreinte. D'accord, il a compris tout seul que si Bucky est réveillé cela veut dire plus de code, plus de manipulation possible mais est-ce que Bucky a pu faire la paix avec lui-même ? A pu conjuguer l'homme et le Winter Soldier ? Cela semble étrange de différencier les choses ainsi mais pour Steve c'est ainsi, métaphoriquement parlant deux personnes dans le même corps qui doivent s'apprivoiser. Et oui surtout Bucky qui doit faire la paix avec lui-même et comprendre qu'il n'est responsable de rien même s'il pense le contraire. Est-ce qu'il le pense encore ? À ça et au fait qu'il ne mérite rien comme Bucky le lui avait dit. Pourtant Bucky a été plus que calme en lui répondant, comme apaisé et sûr de lui alors que Steve a surtout eu un Bucky énervé, grognon, distant, effrayé et il en passe depuis qu'il l'a retrouvé en Roumanie. Oui encore des suppositions mais ça l'aide à ne pas faire un pas de trop et à marcher à côté de Bucky plus sereinement.

Enfin si on oublie cette phrase qu'il pense et qu'il sort en le regardant. Si beau son soldat, encore plus quand il sourit ainsi, de ces sourires qui ne sont adressés qu'à Steve. De ceci, il en est certain, il connaît assez Bucky pour dire cela. Ce qui n'aide pas son cœur à ne pas faire n'importe quoi, c'est de justesse qu'il évite de lui répliquer « c'est plus que me plaire, tu es beau ». Bien trop conscient qu'ils vont devoir parler avant d'aller vraiment plus loin et...Steve ne s'y attendait pas aux doigts de Bucky dans sa main, bien qu'il y a songé à lui prendre la main en effet, il mentirait s'il disait le contraire mais il ne s'y attendait pas. Il ne dit rien pour autant, non, Steve se satisfait de ce geste, serrant juste un peu plus les doigts de Bucky dans les siens. Le regardant avec une certaine tendresse dans les yeux. Alors que dans sa tête c'est surtout un ; je l'aime tellement cet homme, mon homme. Mais aussi le fait qu'ils doivent vraiment discuter tous les deux, encore trop de flou, de zones d'ombre pour que les choses soient viables.

Ils avançaient et les bâtiments approchaient, une sorte de clairière dans la forêt, une zone dégagée. Steve ne voyait pas encore le point d'eau mais il pouvait voir que les bâtiments devaient être une ancienne fermette ; une maison et une grange. Bien tout était à l'abandon. Un point de réglé, pas de gens à croiser. Une nouvelle question, est-ce que ça tient encore assez debout ? Il semblerait que oui.

- Cela te va toujours de te poser là ?

Demander encore et toujours son avis à Bucky, peut-être un moyen de l'inciter à affirmer ses envies et opinions pour tout et rien.

- Si oui, je chercherai bien le point d'eau en premier, j'ai autant chaud que j'ai mal aux jambes.

Chaud, c'est rien de le dire, sa tenue de Captain America ou plutôt de Nomad maintenant qu'il a lâché ses étoiles lui tient plus que chaud. Steve crève de chaud même, alors oui se rafraîchir un peu.

code by bat'phanie

~~~




Until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Hallows (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour et ils ont repris leur relation où elle s'était arrêtée... Mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier et grand amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 260
MULTIFACE : Lily Potter & Zelda.
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE :

Thanks for the memories.

❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️

You make me feel alive
And you're giving me everything
I've ever wanted in life
You make me smile
And I forget to breathe
What's an angel like you
Ever do with a devil like me



Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 09.04.18 12:31


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

A mesure que les minutes défilaient, il se rendait compte d'à quel point cela avait du être dur depuis qu'il était supposé mort. Affronter le deuil puis devoir vivre seul. Bucky était parvenu à ça uniquement parce qu'Hydra lui avait effacé la mémoire mais il avait pourtant cherché à compenser ce vide qu'il avait ressenti. Il n'avait jamais pu vraiment le combler et il comprenait aussi pourquoi ; qui dans ce monde pouvait égaler Steve ? On ne pouvait aimer comme il aimait Steve, qu'une fois dans une vie. On pouvait essayer d'aimer à nouveau mais ce ne serait jamais pareil. Cet amour était si beau quand il y songeait que ça le perturbait. Trop beau pour lui mais il ne pouvait pas repousser une telle chose. Il se contentait juste de se dire que Steve était fort mal tomber avec lui, qu'il méritait bien mieux qu'un homme déglingué, usé jusqu'à la moelle, détruit, qui n'était à ce jour plus qu'un puzzle, des pièces à rassembler. Et l'une des pièce principale étant Steve qu'il se devait de rassembler dans son esprit et son coeur avant de penser à quoi que ce soit de sérieux. Steve méritait d'être avec quelqu'un de sûr de lui, au moins sur ses sentiments et ses envies. Sauf que s'il savait qu'il l'aimait toujours et qu'il réalisait un peu plus à quel point à chaque instant passé à ses côtés, il ne savait rien de ses envies. Trop de choses à voir pour penser à ça, encore. Enfin. A part avoir envie de retrouver Steve évidemment, ce qu'il vient justement de faire, le retrouver. Il ne voulait rien de plus. Il avait Steve donc il avait tout.

Et voilà qu'ils s'échangeaient quelque mots doux, pourtant remplis de sous-entendus pour qui savaient les voir et entendre. Même lui parvenait à les comprendre, c'est dire. Non, ils ne se sont pas oubliés, bien au contraire. Depuis que Bucky avait retrouvé mémoire et paix, il n'avait voulu que retrouver Steve pour retrouver la paix totale et c'était désormais le cas alors qu'il tenait sa main dans la sienne et que Steve lui tenait la main, lui serrait même. Il souriait tendrement en serrant sa main à son tour. Un échange de regard et de sourire tendres ; tu m'as tellement manqué. Je t'aime tellement. C'était confortable de se dire que rien n'avait pu changer cet amour et qu'ils étaient toujours là pour l'autre en dépit des événements. Mais est-ce que cela allait durer ? Bucky voulait être sincère avec lui, le plus possible. Lui parler de son passé, non pas en détails car il estimait que Steve n'avait pas besoin de savoir ce qu'il avait subi. Mais il méritait de savoir certaines choses. Qu'il n'avait pas toujours été fidèle et loyal notamment, même s'il n'y pouvait rien à l'époque puisqu'on lui avait effacé la mémoire, il l'avait quand même fait, au final. Qu'il n'avait pas été si fort qu'il paraissait ou que Steve voulait le croire, Bucky avait eu ses faiblesses et les avait exprimé à nombreuses reprises et si on le targuait d'être le plus grand assassin qui soit, il n'en n'était pas moins qu'un pantin. Il l'avait été si longtemps et avait tué tellement de personnes. Il ne pouvait pas se pardonner ça non plus, même si on l'y avait contraint, c'était quand même lui au final qui avait tiré ou s'était servi de ses poings.

Comment n'aurait-il pas pu avoir des étoiles dans les yeux en regardant Steve alors qu'il était sa lumière dans cette obscurité qu'était sa vie ? Surtout qu'il pouvait se le permettre depuis qu'il avait entendu les mots de Steve et qu'il n'avait donc plus rien à cacher. Il pouvait se permettre ce sourire attendri, ces regards tout aussi tendre, plus capable que ses mots pour lui dire je t'aime, puisqu'il ne savait justement pas comment exprimer ça. La plus belle chose que j'ai vu, aussi. Steve et sa barbe, Steve et ses cheveux longs, de quoi le rendre plus admiratif encore. Il n'avait plus son style de gentil garçon de Brooklyn, propre sur lui mais un look plus viril et plus sauvage qui n'étaient pas pour lui déplaire. C'était plutôt ce qu'il avait du faire, en parti à cause de lui, qui lui déplaisait, dans cette histoire.

Ca te va, euh, ouais. C'est qu'une baraque, non ? Il haussait les épaules. Oui, ça ira. Il l'aurait suivi n'importe où les yeux fermés de toute façon, il ne se posait pas la question sur le lieu, voulait-il y aller ou non. Oui, il se contentait d'hausser les épaules l'air de dire, ok va pour ça si tu veux. Pour lui, tous les lieux se ressemblaient ; un toit au dessus de la tête, une couchette - ou par terre - et ça faisait l'affaire. Il s'y était habitué ces dernières années de cavale puis s'était habitué à la hutte qu'il avait au Wakanda, comme quoi, il était un homme simple qui n'avait pas besoin de grand chose pour vivre. Vivre ou survivre. Il n'avait pas de grandes envies, rien qui lui traversait l'esprit en tout cas. Il se laissait porter facilement.

Mal aux jambes ? Toi ? Qu'est-ce qui t'arrives ?

Un poil moqueur au début, ou plutôt taquin. Puis finalement inquiet que Steve puisse avoir mal quelque part, assez pour lui dire en plus de ça, son brave soldat qui ne se plaignait pratiquement jamais. Depuis quand Steve avouait avoir mal quelque part ? Bucky s'était arrêté, sur le coup, pour le regarder, le détailler. Limite s'il n'était pas prêt à le porter sur ses épaules alors qu'il avait mal aux jambes aussi à force de marcher. La chaleur, en revanche, il n'y avait pas songé, déjà parce que sa tunique était prévue pour mais aussi parce qu'il s'était accoutumé à la chaleur équatoriale du Wakanda et l'humidité de leur forêts. Habitué à tout ceci, c'était aussi pour ça qu'il avait été si confus en étant ici ; les arbres étaient différents, la densité aussi mais la chaleur était pratiquement la même, écrasante. Cela lui indiquait aussi qu'il fallait relâcher la main de Steve, ce qu'il faisait à contre coeur. Il aurait voulu déposer un baiser sur sa main avant de lui relâcher mais il préférait éviter ces gestes pour l'instant, avant qu'ils étaient une vraie discussion. De même qu'il aurait aimé l'enlacer une fois de plus mais se retenait pour ne pas trop le coller.

Pendant que tu vérifies, je vais regarder l'intérieur voir s'il y a des gens et l'état de la baraque.

Vérifier ce qu'il y avait, tout en espérant qu'il n'y ait personne mais en se disant aussi que s'il n'y avait personne, il n'y aurait probablement aucun meuble ni nourriture. Bon, il était débrouillard et aurait pu leur trouver de quoi se nourrir malgré tout, il l'avait fait pour lui la veille et dans la journée, il pouvait le faire à nouveau pour lui et pour Steve. Et comme dis avant, il pouvait aussi dormir par terre que ça lui était bien égal, il aurait pu dormir n'importe où et il y avait bien un siècle qu'il n'avait pas connu la douceur d'un matelas moelleux. Même chez Hydra les matelas, quand il en avait, étaient rigides, durs comme de la pierre et dormir à même le sol aurait eu le même résultat.

Alors il le relâchait à contre coeur pour aller vers la baraque pour vérifier celle-ci, effectivement abandonnée et délabrée. Une baraque au milieu de nul part il ne fallait pas s'attendre à grand chose non plus. Il vérifiait la maison avant la grange, se disant que c'était là qu'il aurait eu le plus de chance de croiser quelqu'un ou non. Mais la maison était vide d'habitant et de meubles. Il faisait rapidement le tour pour vérifier la grange et à part du foin et des boxes vides, rien. Ah, si, un chat sauvage, errant, endormi dans le foin. Soit. Il comprenait cette bête, en même temps. Ca devait être agréable d'être posé tranquillement quelque part sans personne pour venir les emmerder. Le chat s'étirait juste en voyant Bucky, prouvant à celui-ci par la même occasion qu'il était bel et bien vivant. L'animal se levant pour venir jusqu'à lui lentement. Belle bête. Chat sauvage, il ne saurait dire ce que c'était, juste que c'était plus grand qu'un chat domestique mais que le chat l'analysait avant de s'avancer davantage et venir frotter sa grosse - pour un chat selon lui - tête contre ses jambes. Comité d'accueil ? Bucky se baissait juste, lentement, regardant si la bête n'avait pas la rage ou des bêtes mais non. Lentement pour ne pas l'effrayer puis finalement venir lui caresser la tête de sa main droite. Sympa l'accueil, oui. Préférable à des humains, c'est sûr. Parce qu'avec le chat, il n'avait aucun compte à rendre.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Sweet disaster
STATUT CIVIL : Le coeur pris définitivement, il était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché et vient de le retrouver
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 195
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 10.04.18 0:11

ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve

Même si dans les faits, c'est tout pour Bucky, toutes ses pensées et réactions, Steve ne s'oublie pas pour autant. D'accord il freine ses envies, ses gestes et ses mots mais tant qu'ils n'auront pas discutés, il vaut mieux pour tous les deux. Les livrant à Bucky par petites doses, juste quelques mots qui pour lui veulent tout dire, peut-être en sous-entendus mais le résultat est le même. Il ne s'oublie pas et n'est pas à plaindre pour autant, il a toujours eu des goûts simples et besoin de peu de choses. Steve sait se contenter de trois fois rien pour être heureux et pour l'être, il l'est actuellement et pas besoin non plus, de partir dans des effusions de joie sans fin. Ce qui ne serait pas du tout lui et comment il peut être, il a encore des choses à rattraper sur cette époque moderne mais Steve est absolument certain qu'il gardera à jamais une certaine réserve, encore que le mot ne soit pas vraiment approprié. Pas plus que celui de pudique le serait, disons qu'en public si mais en privé il est à l'aise. Enfin ce n'est pas simple à expliquer que tout ceci. Le plus important à retenir c'est que oui, Steve est heureux à cet instant précis, que Bucky revienne de loin ou non ne change rien à la donne, le moindre petit geste, le moindre petit regard le satisfait et le rend heureux. C'est déjà énorme pour lui.

Justement se tenir la main pourrait paraître n'être rien du tout mais ça vient de Bucky, de la seule personne qui compte réellement à ses yeux donc c'est énorme. Si on ajoute à ça le passé de Bucky ça prend des proportions encore plus grande. Steve n'a qu'une envie c'est de pouvoir se poser vraiment et même s'ils doivent se parler, il a plus qu'envie que Bucky revienne se blottir contre lui et pouvoir le serrer dans ses bras. Quitte à ce qu'ils parlent ainsi, l'un dans les bras de l'autre. Est-ce qu'il pourrait contraindre Bucky à venir dans ses bras s'il le voit hésiter ? Non, bien sûr que non mais Steve tentera de le convaincre malgré tout, surtout que oui ils en ont envie tous les deux donc bon. Puis Bucky ne l'aide pas avec leurs échanges de regards avec les sourires qu'il peut recevoir, Steve n'a pas sourit ainsi ni autant depuis...à vrai dire depuis avant ce fichu train. Sans Bucky dans sa vie, plus de lumière dans son existence, il n'avait plus aucune raison de sourire n'est-il pas. Comment Steve a t-il pu continuer à vivre ? C'est bien là tout le souci, ce qui lui a fait avoir des gestes extrêmes déjà à l'époque, il avait fait son devoir, il avait venger Bucky, adieu le reste. Non, Steve n'est pas qu'un brave soldat et un gentil garçon comme Bucky le pense et le lui a dit. Donc oui il a retrouvé Bucky et donc sa lumière, celui qui a toujours su l'apaiser et lui réchauffer le cœur même quand ils n'étaient encore que des gamins. Impossible pour lui de ne pas vouloir le regarder encore et encore, gravant le moindre détail dans sa mémoire.

C'est tenter de le faire participer en arrivant, ça te va toujours. Un haussement d'épaules. Bon, Bucky va vraiment falloir que tu réapprennes à dire ce qui te passe par la tête. Steve fait peut-être mais il le voit ainsi, Bucky a été privé de liberté et pas seulement celle des mouvements mais celle de l'esprit aussi. Et puis lui-même sait ce que ça fait quand on ne sait pas de quoi on pourrait voir envie. Du coup essayer d'aller plus loin, tout en lui parlant, que Bucky participe à la conversation ne serait-ce qu'un peu. Le faisant réagir quand il laisse sortir qu'il a mal aux jambes mais ne le faisant pas pour se plaindre, à vrai dire, il n'y a pas prêté attention sur le coup. Steve le regrette d'ailleurs en voyant l'air inquiet de Bucky.

- Un peu de fatigue rien de grave.

Steve est claqué physiquement, il ne tient debout que parce que son esprit le veut et pour Bucky également donc oui, ce n'est rien de grave. Et trop tôt pour savoir si c'est vraiment lié à son arrivée ici mais rien que le fait de crever de chaud lui fait dire qu'en fait si, depuis quand est-il aussi sensible aux températures depuis qu'il est sous sérum ? Jamais. Bucky lui lâche la main et Steve n'insiste pas, le regardant simplement encore et toujours avec douceur et tendresse. Peut-être encore plus en voyant Bucky se lancer à planifier la suite.

- D'accord, j'en ai pas pour longtemps de toute manière.

Oui, trouver le point d'eau ne va pas lui demander cent ans, il compte juste vérifier qu'il y a de l'eau et son état, doutant du fait que la maison soit approvisionnée en eau. Et encore moins en eau venant de la ville, le coin est trop perdu pour ça, si ce n'est pas le point d'eau directement, il doit y avoir un puits ou autre d'eau potable. Mais oui d'abord vérifier cela, on verra après pour se rafraîchir plus concrètement. Regardant Bucky s'éloigner vers la maison avant de partir de son côté, finissant par mettre la main sur un petit étang caché dans les herbes hautes et compagnie. L'eau est basse mais il y a encore largement assez pour que le fond ne soit pas à l'air libre. Fouinant plus loin pour voir s'il a raison concernant l'eau potable et trouvant tout un système archaïque de pompe et le départ de tuyaux courant sous le sol vers la maison. Bien l'eau de l'étang est donc potable. Une chose de réglée, selon le temps qu'ils vont rester ici, il leur faudra trouver de quoi manger, bon ce n'est pas un problème ça, deux super-soldats, ils trouveront forcément à se démerder.

Prenant juste le temps de plonger sa main dans l'eau qui s'avère être relativement fraîche, se passant la main dans la nuque. On verra le reste plus tard, pour le moment aller voir où en est Bucky de son inspection. Non, Steve ne s'inquiète pas du silence ambiant, c'est s'il y avait du bruit qu'il pourrait s'en faire, que tout pourrait être possible. Donc il va jusqu'à la maison et en passe la porte, mais aucun bruit ici non plus, pas de Bucky. Bien la grange donc. Steve n'a pas beaucoup de chemin à faire avant de voir Bucky baissé entrain...de caresser un énorme chat. Attendri par cette scène devant lui et bien qu'il prenne le risque de l'interrompre.

- Lequel des deux a adopté l'autre ?

Bizarrement et allez savoir pourquoi, Steve a l'image mentale que Bucky est en réalité un chat lui aussi, il en a pas mal de réactions en tout cas. Le côté sauvage et grognon qui fait ça sans aucun doute. En tout cas il aura parlé à voix basse, rien ne sert de parler plus fort, Bucky peut l'entendre et il ne veut pas faire peur au chat.

- J'ai trouvé le point d'eau, c'est un étang et l'eau est visiblement potable en plus d'être fraîche. Tu as trouvé quelque chose dans la maison ou pas encore ?

Après tout Bucky aurait pu être attiré par le chat avant d'entrer dans la maison, Steve ne l'ayant vu que se diriger dans cette direction mais pas y entrer.

code by bat'phanie

~~~




Until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Hallows (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour et ils ont repris leur relation où elle s'était arrêtée... Mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier et grand amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 260
MULTIFACE : Lily Potter & Zelda.
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE :

Thanks for the memories.

❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️

You make me feel alive
And you're giving me everything
I've ever wanted in life
You make me smile
And I forget to breathe
What's an angel like you
Ever do with a devil like me



Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 10.04.18 12:37


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Bucky n'était plus amateur d'interactions sociales. Là où autrefois il était un charmeur, parfois à la langue bien pendue, il avait perdu de sa verve au fil des années et moins il parlait et mieux il se sentait. Ce n'était pas qu'il se sentait incapable de parler, juste qu'il n'en ressentait ni l'envie ni le besoin et qu'il évitait donc tout ce qui pouvait le faire trop parler jusque là. Aussi parce qu'il n'avait pas grande conversation, il avait tant loupé ces dernières années, qu'aurait-il pu seulement dire ? Il avait certes récupéré sa mémoire mais elle ne tenait qu'à ce qu'il avait vu et vécu ce qui constituait principalement Hydra et non ce qu'il se passait en dehors, sauf en mission. Même ses années de cavales n'avaient pas été suffisante pour combler le vide. Et pourtant, il sentait que Steve allait l'y pousser, à parler, ce qui le mettait quelque peu mal à l'aise. Il y avait parler et parler, pas vrai ? Parler quand c'était utile ; raconter à Steve tout ce qu'il s'était passé et essayer de mettre des mots sur où j'en suis désormais et il y avait les futilités comme parler de la pluie et du beau temps. Parler à Steve pour faire le point sur lui, sur eux, il s'en sentait prêt mais le reste, pas certain de l'être. Pas d'intérêt selon lui, du moins pour l'instant. Il pouvait écouter, pouvait regarder, pouvait sourire mais ça s'arrêtait là. Ni envie ni besoin de faire plus.

Bucky avait ces deux personnes dans son esprit et devait composer avec. Le Winter Soldier qui le poussait à se méfier de tout et tout le monde, à garder ses réflexes de tueur conditionné, un vrai requin. Puis le gentil Bucky, bienveillant qui voulait voir le meilleur chez les gens même quand ils faisaient des conneries. Celui qui le poussait à se dire c'est Steve, tu peux y aller les yeux fermer, tu peux le suivre n'importe où, n'importe quand, il sera toujours là . Toujours là pour le guider à travers l'obscurité, toujours là pour l'aider et le soutenir. Parce que c'était ça aussi leur amitié . C'était cette loyauté sans faille que certains ne pouvaient pas comprendre. Car il est vrai que ça pouvait paraître absurde, chacun avait ses limites même dans l'amitié et l'amour, ce point de non-retour, ce "non, c'est trop pour moi" ou "ça va trop loin pour moi" ce "je peux plus". Pourtant, eux ? Non. Bucky savait qu'il ne retrouverait jamais une chose pareil et il ne cherchait pas non plus. Sans pour autant minimiser son passé avec Natasha mais Steve était au dessus de tous et le serait toujours et ça, même le Winter Soldier le savait. Même le Winter Soldier ployait le genou devant Steve, même lui s'avouait vaincu.

Il réfléchissait à tout ceci en arrivant de la maison abandonnée à la grange tout aussi abandonnée dont l'odeur était à soulever le coeur, pas besoin d'être un expert pour se douter que nombreux animaux avaient du mourir en ces lieux. Pourtant il y avait ce gros chat. Gros chat qui venait à lui, curieux, ses oreilles étaient toutes poilues. Il lui donnait l'impression d'être moitié panthère moitié lion, tiens. Il y allait doucement avec lui, ayant quelque peu l'impression de se voir. Créature dangereuse, un prédateur sauvage qu'il fallait laisser venir mais qui pouvait être si doux qu'essayer de vous tuer à la seconde où vous feriez le mauvais pas même sans vous en rendre compte. Il entendait pourtant Steve venir après quelque minutes et il se redressait, le chat continuant à frotter sa grosse tête contre ses jambes, marquant probablement son odeur sur lui.

Crois-tu qu'on puisse adopter un animal sauvage ?

Il haussait les épaules et souriait un peu, le chat ronronnant contre ses jambes, s'amusant sûrement en passant entre ses jambes et la chatouillant par la même occasion. Il ne lui demandait pas ça comme un "peut-on l'adopter ?" mais comme une question qui valait aussi pour lui. Un animal sauvage peut-il vraiment se faire apprivoiser ? Même à force de temps et patience ? Il restera sauvage au fond de lui, c'était sa nature.

Lit et canapé déglingués et sûrement bouffés par les mites. C'est tout ce qu'il reste. Le reste ne sont que les meubles accrochés aux murs et évier et baignoire.

Il haussait les épaules une fois encore, ça ressemblait à ce qu'il avait dans ses fuites, les appartements qu'il squattait ressemblaient à ça. C'était le chat qu'il délaissait finalement pour retrouver les bras de Steve, dans un élan curieusement affectueux qui lui avait pris. Entourer sa taille de ses bras, poser ses mains dans le bas de son dos, le rapprocher de lui. Je t'aime tellement. Le serrer tout contre lui. Il en avait besoin. Se rassurer, se dire qu'il était là, enfin. Avec lui, contre lui. Qu'il pouvait le serrer tout en essayant de ne pas le heurter, qu'il pouvait poser sa tête sur son épaule, mieux encore, dans son cou. Je t'ai enfin retrouvé, vraiment retrouvé. Il faudrait parler, oui, mais il avait aussi besoin de ça, là. Des bras de Steve. Privé si longtemps d'affection et d'amour, privé si longtemps de sa moitié, de l'homme qu'il aimait. Il ne voulait pas non plus qu'il pense qu'il n'était qu'un jouet ou objet de consolation, qu'il ne lui servirait que le temps de se remettre d'aplomb. C'était pour cela qu'après cette brève étreinte, il caressait son dos de sa main droite, sa main gauche étant à peine posée sur lui. Se reculer juste assez pour le regarder dans les yeux pour lui parler.

On doit parler...

Sa main droite se retirant de son dos pour venir contre sa joue, comme pour s'assurer qu'il était réel et bien là. Si beau, si parfait. L'admirer encore, dans le moindre détail. S'assurer qu'il était là, oui, qu'il ne rêvait pas. Que ce n'était pas un énième cauchemar. Car il en avait fait de ces cauchemar, qui lui semblait si réaliste et beau au début puis tout lui était repris dans la violence et le sang. Combien de fois avait-il rêvé d'Hydra achevant Steve ou de lui-même pressant la détente ? C'était toujours violent et angoissant et il se détestait toujours quand il faisait ces cauchemars affreux. Il se demandait toute fois comment il avait fait pour tenir toutes ces années de cavales sans presser la détente, contre sa propre tempe. Steve, sûrement. L'espoir. Le revoir. Son Steve. Le seul qui comptait vraiment. Si égoïste et désespéré, il savait compter pour lui, même s'il en doutait parfois, si la plupart du temps il songeait que Steve serait mieux sans ce boulet à son pied. Ce lourd bagage qu'il devait traîner, endurer. Steve méritait tellement mieux que ça, rien ne pouvait lui ôter ceci de l'esprit.

Il caressait pourtant sa joue de son pouce, c'était plus fort que lui. Sa main remontait jusque dans ses cheveux, aussi. Il les avait vu mais c'était une autre manière bien à lui de s'assurer qu'il était toujours là, avec lui. Il s'était juste finalement reculé pour reprendre sa main gauche et l'entraîner avec lui vers la maisonnette. Ils n'étaient que deux, donc, autant parler librement, pas vrai ?

Je tiens d'abord - et quoi que tu puisses en dire ou râler - à m'excuser pour tout ce que je t'ai fais subir. Le deuil puis mon retour de cette façon, que tu aies du te détacher de tes amis. Mais aussi tout ce que j'ai pu faire dans le passé et qui te concernaient, même si indirectement et sans le savoir.

Toutes les vérités n'étaient pas bonnes à dire. Il y avait des choses qu'il fallait garder pour soi. Mais c'était Steve, que pouvait-il lui cacher ? Il devait tout savoir, avant que lui-même ne sache s'il pouvait espérer retrouver leur relation d'avant. Comme Steve devrait sûrement lui parler aussi de son côté et ce qu'il s'était passé pendant ce temps. Pendant son absence.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Sweet disaster
STATUT CIVIL : Le coeur pris définitivement, il était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché et vient de le retrouver
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 195
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 10.04.18 21:29

ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve

Steve est dans ses pensées tout en cherchant le point d'eau, avec l'impression que les choses ne font que tourner en rond dans sa tête, qu'elles repassent toutes en boucle. La seule différence est que les détails pouvaient varier, il se souvenait toujours de tout mais pas forcément de tout à la fois. Une nouvelle venant s'ajouter en repensant à la dissociation qu'il fait ; Bucky d'un côté et le Winter Soldier de l'autre. Mais en y regardant de plus près, Steve fait exactement la même chose avec sa propre personne, lui d'un côté et Captain America de l'autre côté, même s'il ne veut plus se faire nommer ainsi. Le privé et le public. L'homme et le soldat pour ne pas dire le super héros. On pourrait dire qu'il n'a qu'un seul mode de pensées pour les deux et ça serait vrai mais en même temps il y a des différences entre les deux. Des différences qui n'existent plus quand il s'agit de rapidement se rafraîchir la nuque, le minimum à faire avant de partir retrouver Bucky mais avec Bucky, il est Steve et non l'homme public.

Il n'aurait pas songé une seule seconde retrouver Bucky en compagnie de cet énorme chat, sauvage à première vue, lequel adopte l'autre, lequel apprivoise l'autre. La réponse pourrait être simple mais ne l'est pas, son soldat de l'hiver s'est montré tellement sauvage et distant que oui lequel a adopté l'autre dans la situation présente. C'est attendri qu'il les regarde alors qu'il ne cache pas sa présence, au moins ne fait-il pas peur au chat en parlant. Est-ce que Bucky songe à adopter un animal pour lui demander cela ? Non, la question est bien plus profonde que ça n'est-il pas.

- Je pense que oui on peut mais que le dit animal sauvage doit aussi nous adopter.

Je t'ai adopté Bucky mais toi, est-ce que tu m'adoptes ? C'est au figuré mais pourtant c'est un peu comme ça que Steve agit avec Bucky, en le laissant venir de lui-même, en songeant qu'il ne doit pas le brusquer de crainte de le voir « fuir » ou d'avoir un mouvement de défense pour un geste innocent mais trop rapide. C'est agréable d'entendre le ronronnement de ce chat même à distance et de voir Bucky sourire encore une fois, qu'il semble être un peu plus détendu.

- On a vu pire.

Rien que pendant la seconde guerre mondiale, ils n'ont pas toujours eu des tentes et des lits de camp, ça leur est arrivé de dormir en forêt à même le sol et ils ont survécus à ce genre de manque de confort. Steve préfère ne pas imaginer dans quelles conditions Bucky a dû dormir quand il n'était pas en cryo et encore dans les griffes d'Hydra. Par contre il se doute des conditions pendant la cavale de Bucky, ayant certainement eu à peu près les mêmes depuis qu'il est un fugitif. Certes, Steve a connu le confort d'un appartement, le moelleux d'un vrai lit et peut-être que oui cela lui manque un peu mais pas tant que ça au final et il ne pense pas à ça ainsi de toute manière.

Hum. Bucky détendu...Ou pas tant que ça en le voyant délaisser le chat pour venir dans ses bras et l'enlacer de cette manière. Oui Bucky, je suis là. Steve passant ses mains autour de lui, le gardant dans ses bras, il le lui a dit de toute manière ; autant que tu en as envie. Est-ce que Steve fait attention au fait que Bucky semble se servir plus de sa main droite que de la gauche ? Oui, il ne loupe pas le fait que sa main gauche est à peine posée sur lui mais le pourquoi du comment lui échappe. Il ne dira rien là dessus de toute manière, il comprendra bien assez tôt de quoi il en retourne vraiment. Steve le serrant doucement contre lui, un peu plus fermement pour lui faire sentir ce « je suis là » mais tout en délicatesse. C'est surtout sourire tendrement à Bucky à ses trois mots.

- Je sais.

Oui ils doivent parler tous les deux, son soldat a peut-être des choses spécifiques à lui dire mais Steve en a aussi à dire. Il n'anticipe juste pas la teneur exacte de la conversation, il faut être deux pour en faire une n'est-ce pas, ce qui veut dire échanger et réagir en fonction des paroles de son vis à vis. Sa main gauche quittant le dos de Bucky, quand il vient lui caresser la joue, pour la poser sur la hanche de son homme, oui il pense ainsi. Sentant peut-être les questionnements de Bucky, lui tenir alors la hanche comme un point d'ancrage, comme un « tu vois je suis là ». La main droite de Steve, restant posée à plat dans le dos de Bucky, le retenir contre lui, le soutenir sans pour autant l'empêcher de reculer s'il en ressent l'envie. Le laissant faire autant qu'il le veut, comme il veut, au delà de ce qui peut passer dans la tête de Bucky, c'est juste plus qu'agréable de se laisser toucher ainsi. Des caresses et en provenance de Bucky, que demander de mieux, lui qui n'a laissé personne le toucher réellement depuis qu'il a été sorti de la glace, pas le temps et pas l'envie alors oui c'est mille fois mieux parce que c'est Bucky. Parce que cela vient de la seule personne au monde avec qui il peut en avoir envie. Steve lui sourit et l'admire, la prunelle de ses yeux, l'homme qu'il aime profondément depuis pratiquement toujours.

Ah, Steve se laisse entraîner mais ; grrr tête de mule va, tu as fini de t'excuser oui. Est-ce que ça sert à quelque chose de lui redire qu'il n'a pas à s'excuser ? Oui et non mais surtout.

- Je maintiens que tu n'as pas à t'excuser pour quoi que ce soit Bucky. Je n'ai jamais pu faire ton deuil, je ne l'ai jamais voulu non plus de toute manière.

Voilà, ça c'était dit. Une autre manière de lui dire « je ne t'ai jamais oublié ».

- Et j'ai eu raison du coup. Quant à mes amis, Sam est toujours là, ce de lui dont je suis le plus proche. Plus que de Natasha ou que de Tony en tout cas. Nat c'est assez compliqué avec elle mais on est resté en contact et Tony, c'était tendu entre nous depuis le départ. Ce sont les accords qui nous ont vraiment séparés.

Sous-entendu, ce n'est pas toi et les révélations sur ses parents. Mais oui tendus entre eux et Steve comprend parfaitement qu'en plus Tony doit digérer les informations sur ses parents, c'est normal mais Steve ne pouvait pas le laisser n'en faire qu'à sa tête. Natasha, ça reste compliqué, Steve a eu du mal à lui faire confiance, assez confiance pour la voir comme une amie. Son passé trouble et le fait qu'il l'ait surprise plusieurs fois à mentir ou cacher des informations n'a pas aidé du tout.

- Tu veux dire quoi par contre avec le ce qui me concerne ?

Bucky parle t-il de Maria et Howard ou est-ce qu'il y a autre chose dont il ne serait pas encore au courant ? Steve a certes lu le dossier du Winter Soldier que Natasha lui a remis mais est-ce que pour autant il était complet ? Il se l'est toujours demandé alors que visiblement Bucky a changé « de mains » plusieurs fois au cours des décennies.

code by bat'phanie

~~~




Until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Hallows (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour et ils ont repris leur relation où elle s'était arrêtée... Mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier et grand amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 260
MULTIFACE : Lily Potter & Zelda.
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE :

Thanks for the memories.

❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️

You make me feel alive
And you're giving me everything
I've ever wanted in life
You make me smile
And I forget to breathe
What's an angel like you
Ever do with a devil like me



Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 11.04.18 2:24


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

C'était curieux de se mettre aux sous-entendus avec Steve, eux qui pouvaient se montrer si franc l'un envers l'autre par le passé. Mais il est vrai qu'en public les sous-entendus avaient été de mise, des remarques que personne n'avait jamais remarqué mais qu'ils comprenaient parfaitement grâce à leur complicité. A moins que tout le monde à cette époque soit au courant et préférait se leurrer ou alors ils savaient mais, c'était la guerre, ils allaient peut-être tous crever à chaque instant alors on vivait tous nos derniers instants comme on le pouvait. Ils avaient été nombreux sur le terrain, les camarades de guerre qu'on retrouvait dans des lits et pouvait-on seulement leur en vouloir à de tels moments ? Le désespoir, le froid, la solitude, la mort qui nous fait face à chaque putain de seconde. Tant que ça se passait dans le dos des supérieurs, qui pouvait le savoir et à la limite, qui pouvait leur reprocher ? Ce qu'il se passait à la guerre restait à la guerre. Nombreux étaient été les hommes mariés et délaissés par la guerre, ils avaient trouvés réconforts comme ils pouvaient. Steve et Bucky auraient pu faire parti de ces hommes apeurés cherchant du réconfort comme ils pouvaient mais, eux, avaient toujours été plus que de simples amis et cela datait d'avant cette foutue guerre. Il avait suffit de petits baisers cachés, ça et là. Puis d'un Steve métamorphosé, sans problèmes de santé et ils avaient pu réellement se retrouver mais cela aurait fini par arriver tôt ou tard, ce rapprochement physique entre eux. Mais pas besoin de ce rapprochement à l'époque, tant qu'ils étaient là l'un pour l'autre c'était tout ce qui comptait. Tant qu'ils pouvaient s'enlacer, se parler, se soutenir, alors c'était tout ce qui comptait.

Curieusement, c'était au tour de Bucky d'être de la sorte. Peu apte à un rapprochement physique autre qu'un câlin, du moins, il ne s'en sentait pas encore prêt. Il avait beau adorer Steve, il n'était simplement pas sûr d'être prêt pour quelque chose qu'il savait, serait très intense. Des retrouvailles, ça le serait forcément. Il pensait surtout à un baiser, là. Il ne voulait pas que Steve puisse penser à un quelconque moment que Bucky pouvait se jouer de lui, un baiser, ce serait concret et il ne voudrait le faire que lorsqu'il saurait vraiment où il en était avec Steve comme avec lui-même. Ce serait comme une autorisation concrète à reprendre leur vie d'avant, pour lui, comme un, c'est bon, ça y est, on peut recommencer, reprendre à la chute du train. Du moins, juste avant.

Les paroles de Steve le faisaient réfléchir un petit moment. Hm. Soit. Il le voulait bien, il fallait juste mettre de l'ordre dans ses pensées et dans sa vie. Puis lui parler de l'état des lieux, il lui dit qu'ils ont vu pire, c'est clair. Il hochait la tête, il ne se plaignait pas de toute façon, il faisait juste l'état des lieux. Soit des lieux déglingués, limite si le foin ne serait pas plus confortable mais soit. Puis, ce câlin qu'il venait chercher, cherchant à avoir les bras solide de Steve autour de lui. C'était rassurant. S'il pouvait ne pas être fan du fait que Steve soit celui qui prenne le contrôle des choses - il avait surtout l'habitude du fait que ce soit à lui de veiller sur Steve et non l'inverse, ça revenait aussi avec ses souvenirs - là, ça lui allait. Pour l'instant, ça lui convenait, les choses pouvaient rester ainsi. Puis finalement se reculer, on doit parler. Le laisser poser sa main sur sa hanche et le maintenir ainsi. C'était un geste curieux qui le faisait quasi sursauter au début, se raidir quelque secondes avant de se dire que ce geste n'avait rien d'anormal, surtout venant de Steve. C'était des souvenirs inappropriés, surtout, qui lui revenaient, de Steve lui tenait les hanches. Mais ça aussi, il n'était pas prêt. La façon dont Steve le regardait le perturbait soudainement, étant donné ce qu'il souhaitait lui confier, ça avait de quoi agiter le soldat. Un mélange de profite, c'est la dernière fois qu'il te regardera ainsi et de je dois vraiment lui dire ? Il a l'air si naïf, encore . Naïveté qui n'était pas une mauvaise chose selon lui, il lui enviait cet attrait, d'ailleurs, lui aussi aurait aimé voir les choses de la même façon. Sauf que ça ne reviendrait plus jamais.

Il savait qu'en s'excusant, Steve allait contre attaquer mais il l'avait fait quand même. Hmpf. Tu n'as pas fais ton deuil mais tu aurais du, mon amour. Tu aurais du m'oublier ou du moins, passer à autre chose. Et là il reparlait. Sam. Natasha. Tony. Pauvre Steve, si tu savais. Et tu sauras.

Natalia ne t'a jamais raconté ce qu'il s'est passé ?

Sous-entendu, elle ne t'a jamais parlé de nous ? Pas dans l'espoir que Natasha veuille remettre ça, juste par ; je dois raconter l'histoire ou pas ? Bucky s'était reculé, attrapant de nouveau la main de Steve pour sortir de la grange et l'emmener vers la maison pour se poser. Il restait silencieux le long du trajet et ce jusqu'à s'asseoir sur le porche, s'asseoir sur des planches en bois, soit. Il tapotait la place à côté de lui.

Je ne m'en suis souvenu que lorsque Shuri m'a rétabli. Car, oui, Shuri y est parvenu comme tu dois déjà le savoir. J'ai ... J'ai retrouvé toute ma mémoire et quelque améliorations. Au Wakanda, on m'a beaucoup aidé. Cela fait trois mois que je suis réveillé et trois mois que l'on m'aide avec le contre-coup, la reconnaissance puis l'acceptation. Je me suis donc souvenu de tout.

Pour lui, c'était encore Natalia et non Natasha, vieille habitude.

En 1954, Hydra et le KGB travaillaient ensemble. Pourquoi ? Aucune idée. Peut-être avaient-ils le projet Black Widow à cette époque, je peine à me souvenir de tout ça et pour cause, je n'étais pas vraiment concerné. J'étais déjà le Soldat de l'Hiver, j'excellais. On m'a passé instructeur pendant un certain temps, quand on ne m'utilisait pas pour des missions. Je n'étais pas un robot total à cette époque là, j'avais encore des réflexes normaux, on m'avait juste fait oublier tout mon passé pour me remodeler selon leur image. J'ai été chargé d'entraîner Natalia. Enfin, Natasha. Elle était promise à cette époque et notre relation n'était, normalement, que professionnelle. J'étais son instructeur et elle mon élève, point. Pourtant...

Il était gêné d'avouer ça à Steve. Parce qu'il ne savait pas comment l'exprimer mais qu'il voulait rester sincère sur ce qu'il avait vécu et ressenti, Steve méritait la vérité mais la vérité risquait surtout de le faire souffrir. Natasha était une de ses amie, la preuve il n'avait cité que trois noms, dont le sien, pour lui parler de ses amis.

Je suis tombé amoureux d'elle à cette époque. On m'avait fait oublié ma véritable existence, je n'étais plus Bucky, je n'agissais que selon des codes et quand j'agissais bien, on me laissait un peu de mou. Tant que j'obéissais, ça allait. Mais déjà à l'époque dormir était terrible, les cauchemars étaient constamment là, chaque nuit. J'ai commencé à occuper mes nuits avec Natasha à cette époque là. On s'est vite rendu compte que l'on s'aimait mais nous avons mis bien plus de temps à nous rendre compte que nous avions besoin l'un de l'autre. Nous étions tout deux pris au piège par Hydra et le KGB. Pour eux pendant quelque années, tout était normal, j'étais juste instructeur et elle élève. Puis ils ont finis par comprendre à nos comportements qu'il se passait quelque chose. Quand nous avons nous-même remarqués qu'ils savaient, nous avons essayés de fuir. Nous ne savions pas où ni comment exactement. On aurait volé des objets, des véhicules. Mais Hydra nous a mis la main dessus avant que nous puissions fuir. Mémoires effacées. Je ne sais pas ce qu'ils lui ont fait, mais l'on m'a cryogénisé et ... Et je ne me suis souvenu de tout ça qu'à mon réveil il y a trois mois. J'ai eu le temps d'y réfléchir, ces derniers temps. J'avais juste une hutte, calme, paisible, tout mon temps pour réfléchir et me ressourcer. J'ai fini par comprendre que nous recherchions surtout une bouée de sauvetage, quelque chose à quoi nous raccrocher pour survivre face à ce qu'on nous imposait, face aux horreurs qu'on nous faisait faire. On cherchait une porte de sortie, quelqu'un à qui parler, quelqu'un à qui se confier, quelqu'un à qui se raccrocher. On l'avait retiré de sa famille, on lui avait imposé des choix tout comme on m'avait retiré à toi, on m'a effacé la mémoire, torturé pendant des mois et... Bref.

Il ne voulait pas lui parler des tortures, Steve devait déjà se douter de tout ça et cela n'avait aucun intérêt d'être cité ou raconter sinon blesser inutilement Steve. Natasha, elle, était une de ses amie et il ne voulait rien cacher à Steve sur ces choses là.

Natasha ne s'en souvient probablement pas. On s'est combattu comme si nous étions deux étrangers essayant de s'entre-tuer, nous nous sommes combattus à plusieurs reprises. Pourtant une partie de moi me dit que si j'avais voulu la tuer je l'aurais fais. Et si elle avait voulu me tuer, elle l'aurait fait. Alors je ne sais pas ce qu'il en est de son côté mais voilà ce qu'il en est du mien. Je ne te mentirai pas, Steve. Je l'ai aimé, c'est vrai. Aujourd'hui, maintenant que je me souviens de tout, que j'ai pu commencer à mettre toute ma vie et mes souvenirs en ordre, je sais que cet amour s'expliquait et qu'il était plutôt rationnel mais se basait plus probablement sur nos instincts de survies mutuels que sur un amour concret. Je ne te ferai pas l'affront de te dire que ce n'est rien, qu'il ne s'est jamais rien passé et que j'oublierai tout ça. Car je l'ignore. Je sais toute fois que je t'aime d'autant plus et je me souviens de tout, surtout de toi, surtout de nous. Je me souviens de tout ce que nous avons vécus et par respect pour notre passé, je souhaitais te parler de tout ceci. Je ne sais plus où j'en suis, désormais. J'ai besoin de temps, encore, pour me remettre tout ça en place. Je sais juste qu'il n'y avait que toi que je désirais retrouver. Toi, tes bras. J'espérais que toi, tu ne m'aies pas oublié, égoïstement que tu n'aies pas fais ton deuil. Tu voulais savoir ce que je voulais, je te le dis. Ce n'était pas Natasha que je cherchais dans la forêt, c'était Shuri, c'était T'Challa, c'était toi. Voilà où j'en suis.

En un sens, il savait aussi Natasha très débrouillarde pour ne pas avoir à la chercher, elle s'en sortirait forcément, elle s'en sortait toujours, la preuve. Mais si Steve pouvait s'en sortir seul aussi, ce n'était pas pareil. Il voulait le retrouver, il voulait le voir. L'avoir, aussi, sûrement.

Je ne veux pas que tu crois que je te dis tout ça pour te garder à mes côtés parce que tu me fais beaucoup de bien. Je veux juste que tu saches où j'en suis, qui je suis désormais et si je vaux vraiment ce que tu prétends, si tu te rends vraiment compte de qui tu as devant toi. J'aurais aimé te rester loyal et fidèle comme tu l'as été avec moi, j'aurais aimé t'être du loyauté sans faille, ne pas me laisser aveugler par quiconque, mais il faut croire que je n'ai pas ta force. Mais tu es ainsi, tu l'as toujours été, fort, solide, loyal. Le meilleur.

Maintenant, si tu veux bien m'excuser, j'en ai marre de parler. Ce qu'il se retenait de dire en tout cas. Il massait brièvement sa mâchoire d'une main d'ailleurs. Trop parler. Et pourtant Natasha n'était que la partie immergé de l'iceberg.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Sweet disaster
STATUT CIVIL : Le coeur pris définitivement, il était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché et vient de le retrouver
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 195
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 11.04.18 18:08

ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve

Ses amis, il aurait pu parler de Clint mais Steve le voit plus comme un allié précieux qu'un véritable ami. Wanda, il la voit plus comme une gamine à protéger qu'autrement. Scott, il n'avait rien contre mais ne l'avait rencontré que récemment et il s'était montré un peu trop « fanboy » de Captain America. T'Challa est à cheval entre l'allié auquel il est redevable et l'ami, ils n'ont pas passé assez de temps ensemble pour ça. Vision, bah c'est Vision quoi tout comme Rhodes. Non pour Steve ses amis sont Sam, Natasha et Tony même si c'est plus que tendu entre eux pour le moment. Il mentionne Natasha et Bucky lui répond Natalia, le lien est plus que rapide à faire n'est-il pas, surtout que Steve savait déjà que ce n'est pas le vrai nom de l'espionne. La bonne question est est-ce vraiment Natalia mais surtout pourquoi Bucky parle d'elle ainsi, comme s'il la connaissait bien. Alors que Steve sait juste la rencontre entre Natasha et le Winter Soldier, la balle dans la hanche qu'elle a pris. Perplexe la dessus, il se contente d'un signe de négation de la tête, non mais je t'en prie raconte moi. Se laissant entraîner avant de s'asseoir à la droite de Bucky attendant la suite qui arrive rapidement.

Shuri qui l'a rétabli, qui a fait donc plus que ce qu'elle avait dit à Steve, elle ne lui avait parlé que de lui retirer ce fichu code de la tête, qu'il ne pourrait plus jamais être manipulé quand elle aurait terminé. Trois mois...Steve n'était même pas là pour Bucky alors qu'il aurait dû si T'Challa l'avait prévenu comme ils avaient convenus. Trois mois de perdus où Steve n'a pas pu être présent...Il n'aurait pas pu rester les trois mois pleins, toujours dans l'idée de ne pas traîner le gouvernement jusqu'au Wakanda mais il aurait pu passer, être près de Bucky. Comment ça se fait qu'il ne l'ait pas su ?! Il grimace mais acquiesce d'un signe de tête, oui j'en suis arrivé à ses conclusions.

54. Attends, quoi ? Bucky qui parle et parle sans ralentir qui lui sort un peu trop d'informations d'un coup, beaucoup trop d'informations d'un coup, surtout une. Pas besoin de dire laquelle alors que Steve serre des poings et la mâchoire, jalousie, possessivité sans aucun doute et blessé oui par ce que Bucky lui apprend. Il aimerait pouvoir dire qu'il décroche des révélations de Bucky, qu'il ne retient pas tout ce qu'il lui dit mais malheureusement il retient chaque parole que Bucky peut prononcer. Son esprit ne lui laissant pas de repos, passant d'un point à un autre, au delà de ce qui concerne ses sentiments.

Natasha et sa manie de tout tenir secret, de ne jamais rien dire sur elle et son passé. Steve ne sait pas si elle se souvient, elle n'a jamais rien laissé paraître mais après tout lui non plus depuis qu'il a retrouvé Bucky. Est-ce pour ça qu'elle a fini par les aider à s'enfuir de l'aéroport ? Parce qu'elle se souvenait ou que son instinct le lui dictait. Est-ce pour ça qu'elle lui avait dit savoir à quel point Bucky pouvait compter pour lui ? Parce qu'elle a vu les réels sentiments de Steve, elle qui remarque toujours tout même ce que l'on ne veut pas et puis elle est bien placée pour savoir ce que ça donne d'être avec Bucky. C'est logique oui qu'ils ne se soient pas entre-tués, le Winter Soldier est réputé pour ne laisser aucun témoin et elle est en vie.

Steve ne va pas pleurer non, il ne sait même pas dire comment il se sent en vérité alors que son cerveau fonctionne un peu trop vite même pour lui. Finissant par se passer une main sur la figure et par se relever, faisant les cent pas devant la maison, devant Bucky, il est claqué mais il a ce besoin de bouger. De ne pas tenir en place, il faut que ça sorte d'une manière ou d'une autre n'est-ce pas ? Ce n'est pas la chose à faire vis à vis de Bucky de le laisser comme ça sans lui répondre, sans le regarder mais Steve ne peut pas penser à Bucky pour l'instant, pas de cette manière en tout cas. Il a besoin de réfléchir, de tout assembler correctement, jusqu'à être frappé par les derniers mots de Bucky qu'il a entendu bien évidemment mais qui ont eu du mal à s'assembler. Il prend une profonde inspiration et revient vers Bucky, le visage fermé oui, s'accroupissant devant lui et même s'il a senti son soldat se tendre tout à l'heure à la main sur sa hanche, ça ne l'empêche pas de venir se saisir des mains de Bucky. Oui les deux.

- Je ne peux pas te laisser dire des conneries plus grosses que toi alors retiens bien ce que je te dis, j'aimerai ne pas avoir à me répéter. Pour commencer, je ne suis pas aussi fort que tu ne le penses Bucky et ensuite tu vaux exactement ce que je pense et mille fois plus que ce que toi tu penses. Tout comme je sais très bien qui tu es, tu peux dire ce que tu veux ça ne changera rien.

Sa voix était ferme et autoritaire, c'est comme ça et pas autrement. Avant que Steve ne soupire et que sa voix se radoucisse.

- Je ne vais pas prétendre que ce tu viens de me dire ne me fait rien, ça serait mentir mais ce dont je suis sûr, c'est que je t'aime toujours Bucky. Mes sentiments pour toi n'ont pas changé et ne risquent pas de changer ainsi même avec tes révélations. Ce n'est pas facile pour moi et j'imagine que ça a été dur pour toi de le dire mais ce que je vois, c'est que tu ne te souvenais pas de nous et même si ça avait été le cas, comment je pourrais vraiment t'en vouloir parce que tu as trouvé un peu de réconfort et d'amour dans les bras de Natasha ? Cela reviendrait à t'en vouloir parce que tu n'as pas fait qu'endurer des tortures toutes ces décennies.

Ses mains restant dans celles de Bucky, à moins que vraiment il ne se recule.

- Pour être honnête, je peux encore moins t'en vouloir alors que je n'ai pas été aussi fidèle que ça. Après ta mort, j'ai continué à traquer Crane rouge et quand enfin on lui a mis la main dessus des mois plus tard et avant que je ne me retrouve dans son avion, Peggy m'a embrassé. C'était un baiser pour me souhaiter bonne chance je pense mais je lui ai rendu et depuis que j'ai été sorti de la glace, j'ai échangé quelques baisers avec d'autres femmes. Pour donner le change devant les autres surtout Natasha qui me parlait toujours de me trouver quelqu'un alors que je n'avais pas envie. Pour aussi tenter de t'oublier mais je n'ai pas pu, je n'ai jamais pu et je ne l'ai jamais vraiment voulu non plus. J'ai apprécié ces baisers pourtant mais ce n'est jamais allé plus loin que ça.

Steve pourrait dire que des baisers ce n'est rien mais pour lui avec son éducation et l'époque dont il vient, c'est déjà énorme et trop, pourtant il ne pouvait pas le cacher à Bucky.

- Quand je t'ai revu, retrouvé et même sans mémoire, c'était fichu après, je ne pouvais pas penser à autre chose qu'à toi, qu'à nous. Pourtant oui je ne t'ai jamais rien dit ou montré avant aujourd'hui parce que je ne voulais pas t'ajouter un poids sur les épaules, je ne voulais pas que tu penses que je pouvais attendre quelque chose de toi. Tu avais déjà tellement à gérer comme ça, rester simplement ton meilleur ami était facile à faire malgré tout, malgré le fait que j'ai eu envie de te retrouver vraiment.

Et finalement tout en lui parlant, les choses se mettent en place dans sa tête.

- J'ai toujours envie de te retrouver vraiment, ça ne change pas d'accord ? Tu as envie qu'on parle, on parlera. Tu veux avoir du temps, tu auras le temps que tu veux Bucky. Tu as envie de venir dans mes bras, fais le. Tu as envie que moi je sois dans les tiens, il en sera ainsi. Tu me connais assez pour savoir que rien que des câlins me suffisent, je ne te demanderai pas plus tant que tu ne le voudras pas. Je suppose que tu as aussi besoin de revoir Nat et de parler avec elle ? On la trouvera, de toute manière j'ai aussi besoin de lui parler. Et si au bout du compte, notre histoire doit vraiment reprendre, elle reprendra. Si elle doit se terminer, elle se terminera, on aura au moins pu la conclure correctement et pas parce que tu n'es plus là ou que je ne suis plus là. Notre amitié restera de toute manière, ça j'en suis persuadé.

code by bat'phanie

~~~




Until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Hallows (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour et ils ont repris leur relation où elle s'était arrêtée... Mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier et grand amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 260
MULTIFACE : Lily Potter & Zelda.
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE :

Thanks for the memories.

❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️

You make me feel alive
And you're giving me everything
I've ever wanted in life
You make me smile
And I forget to breathe
What's an angel like you
Ever do with a devil like me



Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 11.04.18 21:41


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Ils avaient tant traversés tous les deux qu'ils méritaient un peu de répit. C'était peut-être ce qu'était cette bâtisse, du moins, s'ils n'étaient pas de nouveau transporté soudainement, ailleurs. Il méritait du répit et de se retrouver vraiment, sans rien à côté pour les déranger. Ce que semblait pouvoir offrir ces lieux, non visités depuis bien des mois si ce n'est années à en juger la crasse sur les vitres et la poussière qui s'était accumulée.

Avant ça, il doit tout lui dire, pour trouver le repos, le véritable repos. Ne plus se dire "j'ai tant à lui dire, tant de choses qu'il ignore" avec cette culpabilité. Si l'on doit être ensemble à nouveau, on doit être sincère, on doit tout se dire. Du moins, les choses essentielles. Et c'était ce qu'il commençait à faire. Il ne s'arrêtait pas quand il le voyait se lever mais il avait cette crainte que Steve s'en aille, que ce soit trop pour lui. Il aurait compris, ne lui en aurait pas voulu. Ou du moins, si, au début il lui en aurait voulu énormément de l'abandonner là mais il se serait raisonné au fil du temps et ne lui en aurait plus voulu. Bucky était devenu un homme assez obsessionnel avec l'arrivée du Winter Soldier, mais ça, il le passait sous silence. Il lui avait juste dit passer ses nuits avec Natalia, pas qu'il allait lui rendre visite chaque nuit pour la regarder dormir, même lui avec le recule savait que ce n'était pas net de faire un truc pareil. Sûrement qu'à l'époque, ça lui avait effleuré qu'on ne faisait pas ça, juste qu'il avait choisi de s'en moquer. Il lui avait dit. Je l'ai aimé. Je ne peux pas te dire que ça n'est rien, c'est faux. Ils avaient eu besoin l'un de l'autre à l'époque, ils s'étaient soutenus quand personne d'autre ne regardait.

Il le voyait ... s'énerver ? Il ne saurait dire. Il ne commentait pas, le laissant gérer ça à sa façon. Jusqu'à ce que Steve semble s'énerver pour de bon... ou alors ? Non décidément il ne comprenait pas, il le regardait juste s'accroupir et prendre ses mains. Geste bien étrange que celui-là mais qu'il laissait faire. S'il pouvait sentir sa peau avec sa main droite, sa main gauche, il sentait juste qu'elle était tenue mais cela s'arrêtait là, toute fois il se sentait plus sensible aux gestes et mouvements avec ce nouveau bras.

Comment... Comment Steve parvenait-il à se raisonner à cet instant ? Il ne comprenait pas comment il faisait pour se faire si vite une raison alors qu'à sa place, Bucky aurait sûrement pété un câble avant de relativiser. Il aurait gueulé, contre qui ? Aucune idée mais il aurait gueulé. Pas sur Steve mais... Ouais, il aurait gueulé et il aurait eu du mal à le digérer. Lui-même ne tolérait pas ce qu'il avait fait alors qu'il savait que de toute façon, il n'aurait rien pu changer à ça, il n'aurait rien pu faire, il n'était qu'un pantin. Mais il avait cédé trop vite, peut-être ? Il se disait juste que Steve aurait résisté plus longtemps s'il avait été à sa place. Il aurait résisté tout court, pas comme lui. Steve aurait eu le courage de préférer qu'on l'achève que vivre à genoux, c'était dans sa nature, Bucky en était convaincu. Et si Bucky avait souvent prié qu'on l'achève, au final, il restait le toutou d'Hydra et n'a jamais été foutu d'appuyer sur la détente. Faible.

S'il ne le connaissait pas, il aurait pu croire qu'il lui racontait tout ça pour le blesser et lui rendre la pareille. Mais Bucky se raisonnait, jamais Steve n'aurait fait une chose aussi vile. Mais c'était... C'était dur à entendre qu'il ait pu être proche d'autres femmes. Qu'il ait pu se laisser aller à les embrasser, surtout Peggy alors qu'il venait juste de mourir. Qu'il ait voulu faire son deuil au réveil, il pouvait le comprendre même si en entendant ça, le visage de Bucky se figeait pour redevenir froid, le regard là sans l'être. Impassible. Surtout dans ses pensées, dégoûté que quelqu'un puisse lui prendre sa place, que l'on puisse embrasser Steve comme il l'avait embrassé, qu'on puisse le voir comme lui l'avait vu. Assez égoïste étant donné ce qu'il avait vécu avec Natalia et avec d'autres, oui, sauf que Steve avait eu sa mémoire, lui. Hm. Qu'aurait fait Bucky, à sa place, sachant qu'il avait encore des siècles à vivre ? Se serait-il condamné au célibat ? Oui, il l'aurait sans doute fait, personne ne valait Steve. Il était son âme soeur, après tout. Alors oui, sa mâchoire se contractait, il serrait les dents pour ne pas pester, ne pas demander des noms. Peggy était morte, c'était un problème en moins, il avait toujours su qu'elle tournait autour de Steve de toute façon, mais qu'il se soit laissé aller à des baisers alors qu'il venait juste de "mourir" pour leur cause ? Dur à encaisser. Il déglutissait. Bon et bien maintenant il savait comment il aurait réagi à la place de Steve en entendant ça. Froid. Dur. Impassible physiquement, comme si une tempête n'aurait pu le faire réagir, comme si le plus grand comique qui soit n'aurait pas pu lui arracher ne serait-ce qu'un sourire. Mais il essayait malgré tout de se raisonner, se pousser à réfléchir à pourquoi Steve avait fait ça. Parce qu'il le croyait mort et se devait d'avancer. Et... Qu'est-ce que Natasha venait faire là-dedans ? Le pousser à avoir une relation ? Il n'imaginait pas Natasha fourbe au point de pousser Steve vers quelqu'un d'autre, partant du principe qu'elle se souviendrait d'eux et leur relation, il ne l'imaginait pas pousser volontairement Steve vers quelqu'un d'autre afin de l'avoir lui, Natasha n'était pas si cruelle ou immature, leur relation n'avait jamais été basé là-dessus. Il n'aurait sans doute jamais posé les yeux sur elle sinon. Mais pourquoi avait-elle cherché à le pousser dans les bras de quelqu'un, ça... Il imaginait mal Natasha jouer la marieuse. Non, Natasha ne devait pas s'en souvenir, mine de rien, Bucky avait toujours beaucoup de respect pour elle, assez pour ça en tout cas. Ou alors il se fourvoyait, c'était possible, Natasha avait eu le temps de changer en une soixantaine d'années. Et s'il semblait se fermer davantage, c'était parce que Steve lui avouait qu'il avait fini par mettre sa vie entre parenthèse quand il l'avait revu, qu'il avait tout arrêté, pour lui. Qu'il avait joué les comédiens, ce qui ne lui ressemblait pourtant pas. Qu'il avait joué un rôle, celui du meilleur ami alors qu'ils étaient tellement plus que ça, normalement. Pourquoi lui avoir caché une chose pareil ? Ca le mettait hors de lui. Ils s'aimaient, bordel ! Ils avaient tant vécus ensemble, comment Steve avait pu être idiot à ce point ? Alors oui, de froid, ses traits commençaient à se changer, il s'énervait. Il relâchait ses mains, aussi. C'était lui, là, qui avait besoin d'air.

Imagines-tu seulement le temps monstrueux que tu nous as fais perdre à jouer les bons samaritains ? As-tu seulement une idée de tout ce qui a pu me traverser l'esprit à cause de, ça, Steve ?!

Il gueulait sans gueuler. Il haussait le ton surtout mais hurler sur Steve, il n'aurait jamais su le faire. Mais c'était froid, surtout. Mais il réagissait. C'était surtout les dernières paroles qui en rajoutaient dans son énervement. Steve qui se montrait si soumis tout en semblant tâtonner et ne pas savoir ce qu'il voulait. Selon lui en tout cas. Il le voyait ainsi. Comme s'il disait à Bucky, vas-y brise moi le coeur ça ira. Crétin.

Arrête ça, Steve ! ARRÊTE ! Stop ! Arrête de vouloir me sur-protéger ! Je ne suis pas fait en porcelaine, je ne vais pas me briser pour une parole de trop ou un geste malencontreux ! Cesse donc de te réduire à ça et dis moi ce que tu veux ! Mais par pitié, arrête ce cinéma, j'en ai horreur ! Soit clair, soit franc mais ne me dis pas des choses pareil ! Tu me dis que j'ai le choix, je le sais ! Mais bordel ne me dis pas qu'on peut reprendre où on s'est arrêté et que tu le veux vraiment pour ensuite me dire qu'on pourrait être que des amis ! Crois-tu seulement à ce que tu dis ? Qu'on pourrait n'être que des amis après tout ce que nous avons vécus ? Pourquoi n'es-tu pas venu me rappeler tout ça ? Pourquoi n'es-tu pas venu me dire tout ça avant ?

Il se sentait tellement con maintenant, avec cette révélation, surtout. Tellement mal de ce qu'il lui avait infligé, à se demander s'il était en colère contre Steve ou si ce n'était pas contre lui qu'il était en colère, surtout.

Oui, j'ai besoin de parler à Natasha et oui, je la retrouverai parce que je dois tirer tout ça au clair pour aller de l'avant. Mais ne me dis pas que tu te souviens de tout, que je me souviens de tout et qu'en sachant tout ce que nous avons vécus, on pourrait n'être que des amis comme si de rien était, comme si on pouvait tourner une telle page, comme si notre histoire n'était rien ! Je t'interdis de dire des choses pareilles !

Contradictoire, n'est-ce pas ? Il râlait alors qu'au final, il lui disait surtout ; pourquoi devrait-on tourner la page alors qu'on s'aime encore et qu'on veut la même chose, être ensemble ? Pourquoi se séparer de nouveau, pourquoi rompre ? Ca le mettait hors de lui que Steve parle de rompre si facilement, même si cet idiot ne pensait sûrement qu'évoquer cette possibilité, ça le mettait hors de lui. Ils s'aimaient, point. Comment pouvaient-ils tourner la page ? Impossible.

Bucky s'était relevé, en tout cas, pour lui parler. Enervé et bien content qu'il n'y ait qu'eux dans les environs. Alors peut-être qu'au final, oui, il criait. Mais c'était surtout un cri du coeur ; on ne peut pas se quitter, je refuse.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Sweet disaster
STATUT CIVIL : Le coeur pris définitivement, il était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché et vient de le retrouver
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 195
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 11.04.18 23:46

ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve

Même pendant qu'il parle à Bucky, que les choses se mettent en place dans sa tête, Steve est loin d'avoir digéré la nouvelle, Bucky amoureux de Natasha. Impossible qu'il digère ça en dix secondes mais cela ne l'empêche pas de relativiser les faits, comprenant aussi que Bucky s'en veut, qu'il culpabilise alors qu'encore une fois, il n'en est pas responsable. Il ne se souvenait de rien, le lui a dit et Steve le savait déjà de toute manière, il était plus que bien placé pour le savoir alors qu'en le retrouvant, Bucky ne le voyait pas. Le Winter Soldier ne voyait qu'une cible, que sa mission. Steve lui parle, essaye de lui expliquer qu'il ne peut pas lui en vouloir pour ça, vous le voyez sortir ou penser un truc du genre « T'as pas souffert pendant tout ce temps là, merde alors ». Parce que oui c'est ça au final que Steve arrive à voir, ce qui arrive à le faire parler ainsi, son soldat n'a pas vécu que des horreurs. Normal que d'un certain côté il en soit content, non ? Il serait qui s'il se mettait à espérer que Bucky n'ait pu connaître que violence et douleur ? Certainement pas quelqu'un de bien.

Steve lui avoue pour les baisers et ce qu'il s'est passé et il voit Bucky se tendre et se fermer à mesure qu'il parle. Je sais mon cœur, c'est dur à entendre. Il ne le sait que trop bien mais il ne voulait pas le cacher à Bucky déjà pour commencer et ensuite il le lui dit pour que Bucky comprenne qu'il n'y a eu que lui toutes ces années malgré tout. Certes il a apprécié ces baisers mais ce n'était pas Bucky, personne n'aurait pu arriver à la cheville de son unique amour. Il le lui dit pourtant, qu'il n'en avait pas vraiment envie mais peut-être que mentionner Natasha n'arrange rien, Steve ne saurait le dire. Il ne sait même pas si elle se doutait des sentiments de Steve envers Bucky alors qu'avant de le retrouver, il n'a jamais parlé de Bucky, pas une fois. Il aurait pu en comprenant que cette époque avait évolué sur les mœurs que deux hommes ensembles n'était plus mal vu, n'était plus une maladie ou autre chose de ce goût. Mais il ne l'a jamais fait, c'était sa vie privée, cela le touchait de trop près et le faisait assez souffrir ainsi dès qu'il y pensait un peu trop, c'est à dire tous les jours dès qu'il était seul chez lui. Trop pudique aussi pour révéler ses sentiments. Non, il n'avait fait que donner le change parce que Natasha insistait pour qu'il sorte et qu'il s'amuse, là où les autres se contentaient de se moquer gentiment de lui. Il le voit se fermer, devenir froid et distant et ça ne lui plait pas en plus de lui faire mal au cœur, oui même là, comme ça, Steve arrive à penser ainsi. Et en même temps, il se dit qu'il a intérêt à être prêt au pire qui soit comme réaction. Le voir s'énerver n'arrange rien d'ailleurs.

- Non je ne sais pas, tu n'as qu'à me le dire mais tu veux peut-être qu'on parle aussi du temps perdu avec tes deux ans de cavale ? Du fait que j'ai passé tout mon temps libre à te traquer avec Sam ? De ces deux années que j'ai passé à te chercher pour te ramener près de moi ? Ou tiens, plus récent encore, tu veux qu'on parle des trois mois qu'on vient de perdre alors que T'Challa aurait dû me prévenir ?

Si Bucky haussait le ton, Steve était juste froid et sec, c'était sorti comme ça. Bucky le blessait encore un peu plus et finalement Steve a des limites l'air de rien à ce qu'il peut encaisser sans broncher. Sauf qu'il allait presque trop loin là déjà et que Bucky s'énervait toujours plus, Steve est plus que patient oui mais il a ses limites comme déjà dit et surtout il l'impression que Bucky ne comprend pas ce qu'il lui dit. Alors il y arrive, il prend sur lui encore un peu, pour le laisser gueuler, hurler. Il le laissait se relever, devant se pousser pour cela, se retrouvant assis sur une des marches menant au porche de la maison. La fatigue que Steve ressent n'aide pas non plus, lui faisant se passer une nouvelle fois la main sur la figure.

- Idiot ! Bien sûr que notre histoire n'est pas rien, au contraire elle est même tout pour moi ! Il faut que je te le dise en quelle langue que je t'aime toujours autant ? Que je suis toujours aussi amoureux de toi, que c'est toi que je veux et personne d'autre, que je veux qu'on reprenne notre histoire. Je dois te le dire comment Bucky ?

Il se relevait finalement et s'approchait de Bucky.

- Tu n'es pas en porcelaine non, bien sûr que non mais tu crois vraiment que c'est simple de savoir comment t'approcher quand je te prends dans mes bras et que je te sens te tendre ? Ou encore de poser ma main sur ta hanche et de pratiquement te faire sursauter ? Je ne t'en veux pas, je sais que tu n'y peux rien et que ce n'est pas contre moi mais je ne veux pas raviver de mauvais souvenirs Bucky. Dis moi comment je peux ignorer tes réactions et ne pas penser à y aller doucement et à te laisser faire ? Cela me fait mal de te voir comme ça et de ne pas savoir comment faire autrement qu'en te disant qu'on ira à ton rythme. Cela me frustre de ne pas pouvoir te prendre dans mes bras et de te serrer contre moi sans doute un peu trop fort. Mais je dois aussi penser à toi, tu peux comprendre ça, non ?

Steve serait ne serait-ce qu'un poil méchant, il aurait pu dire à Bucky que lui sait ce qu'il veut mais que Bucky ne le sait pas et le lui a dit. Fais un choix, Bucky mais ne me dis pas que je ne sais pas ce que je veux.

code by bat'phanie

~~~




Until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Hallows (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour et ils ont repris leur relation où elle s'était arrêtée... Mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier et grand amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 260
MULTIFACE : Lily Potter & Zelda.
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE :

Thanks for the memories.

❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️

You make me feel alive
And you're giving me everything
I've ever wanted in life
You make me smile
And I forget to breathe
What's an angel like you
Ever do with a devil like me



Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 12.04.18 1:43


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Il ne parvient pas à voir l'évidence où elle est. Du moins, pas immédiatement. Il ne voyait qu'une perche tendue vers "on arrête". Réalisant qu'ils n'avaient jamais stoppés leur relation et en même temps... Pourquoi l'auraient-ils fait ? Ils s'aimaient tellement, pourquoi auraient-ils arrêtés ? Il n'était pas assez maso pour ça, il avait suffisamment souffert. Il savait juste que Steve méritait mille fois mieux et qu'il serait juste blessé à rester avec lui, la preuve actuellement d'ailleurs. Steve pouvait dire tout ce qu'il voulait, Bucky ne changerait pas d'avis là-dessus. Steve ignorait tout des meurtres, des missions auxquelles Bucky avait bien pu participer et ça valait mieux ainsi pour certains, d'un autre, il lui raconterait tout que Steve fuirait certainement. Il ne lui disait pas tout ça pour se plaindre non plus ou juste pour le repousser, juste un : je suis comme ça, tu dois le savoir avant de te lancer dans quoi que ce soit.

Pourtant il reconnaissait bien Steve dans cette détermination. S'entêter au lieu de réfléchir. Entre eux, il n'y avait pas de "ça marche ou ça marche pas, si ça marche pas, on tracera nos routes". Bucky savait que s'il se lançait, ce serait pour qu'il n'y ait aucune marche arrière. Steve le savait-il seulement ?

Steve lui parlait des deux ans de cavales. Ok, Steve, peut-être que tu as eu peur, peut-être que tu m'as cherché et que tu étais désespéré. Les Soldats comme lui étaient fait pour passer inaperçu et détruire des villes si ce n'est pays en quelque heures, alors oui il était parvenu à se cacher pendant deux années. Pas par plaisir mais nécessité, celle de se retrouver. Que croyait-il, que cela avait été facile ? Il avait été un fardeau. Des cauchemars si violent qu'il se réveillait en vomissant, des visions de ce qu'il avait fait qui lui éclataient en plein visage, sans compter la douleur permanente. Son bras, son épaule, sa tête. La folie qui avait régné, il n'aurait voulu l'imposer à personne et il ne regrettait pas ça. Même Steve n'aurait rien pu y faire et il savait que jamais son soldat n'aurait oublié ce qu'il avait vu. Autant éviter de lui imposer ça.

Je ne regrette pas ma cavale, Steve. Je n'ai pas fuis pour rien. Et comment aurions-nous pu te retrouver pour te prévenir ces trois derniers mois puisque tu étais en fuite constante ?

Il avait eu besoin de se reconstruire, même s'il avait tant parlé de Steve, tant rêvé de le retrouver, que les psy qui le suivaient... devaient en avoir ras le bol de Steve, justement. Pour ne pas mentionner Shuri qui était gavée aussi et se mettait à faire des "blablabla oui je sais tu me l'as déjà raconté".

Et il le laissait se lever et approcher, touché par les mots employés, toujours amoureux, envieux de reprendre où ils s'étaient arrêtés. Il ne reculait pas, ne bougeait pas, le laissant venir à lui. Ca calmait, c'était peu de le dire. Amoureux. Steve lui avait-il seulement déjà dit être amoureux ? Non. Pas qu'il se souvienne. Ils se l'étaient montrés, prouvés oui, par des gestes, des cadeaux, des baisers, des étreintes mais un "je suis amoureux de toi" ? Non.

J'ai besoin de temps, Steve, comprend le.

Besoin de temps pour être touché à nouveau sans sursauter, sans se demander "mais pourquoi, qu'ai-je fais ?". Torturé si longtemps, battu si longtemps, il devait se réadapter au contact, à la chaleur humaine. A être aimé et non battu. Là encore il n'irait pas geindre, c'était juste un fait ; quand on passait autant de temps que lui à se prendre des coups pour seul contact, normal de ne pas bien réagir quand une main nous touche ou s'approche. Même si c'était Steve, il avait besoin de se réadapter et si Steve ne comprenait pas ça... Faisaient-ils bien de vouloir se remettre ensemble ? Pourquoi avait-il besoin de dire ça alors que Steve aurait du savoir ça, justement ? Il ne voulait pas l'exprimer et ne comptait pas le faire, pour lui, Steve devait le savoir, ça. S'il s'était renseigné ou s'il le connaissait si bien que ça. Les mouvements de recule de Bucky n'avaient rien d'anodins, n'étaient pas fait par plaisir. Lui aussi aurait aimé se laisser enlacer et réagir comme n'importe quel être humain, lui aussi aurait aimé être embrassé sans crainte de s'en prendre une. Il fallait surtout baisser sa garde et il ne s'en sentait pas près pour l'instant. Pas juste envers Steve mais envers n'importe qui. Il commençait déjà tout juste à comprendre que tous n'étaient pas contre lui, que certains voulaient juste lui tendre la main par pur altruisme et non parce qu'ils avaient une idée derrière la tête. Merci à T'Challa et Shuri pour cette leçon. Car il les avait soupçonné un moment ; pourquoi m'aider alors que je n'ai rien à leur offrir ? Que va-t-on me demander en échange ? Mais T'Challa et Shuri ne lui avaient jamais demandés quoi que ce soit sinon se rétablir.

La communication semble compliquée entre eux et ça le déstabilise, lui qui a toujours vu Steve comme sa moitié, celui avec qui il pouvait parler de tout et de rien sans qu'ils ne se jugent ni quoi que ce soit. Là, oui, face à un mur. Bucky soupirait longuement.

Je t'aime aussi, Steve. Mon amour ne change pas. J'avais besoin de te voir, besoin de te parler de tout ça. Mais je ne veux pas que tu crois que je joue avec toi et je ne peux pas te dire que mes réactions seront normales à nouveau un jour, je ne serai jamais normal. Shuri m'a aidé à m'apaiser grâce à ce qu'elle m'a fait mais je ne peux pas oublier 73 ans de torture, Steve. Mais je sais que c'est toi, j'ai juste besoin de le voir et le comprendre. Oui, je sursaute quand tu me tiens, je me raidis quand tu me touches mais sais-tu seulement depuis combien de temps personne ne m'a touché comme ça ? Ca date des années 50-60 avec Natalia, Steve. Tout le reste n'a été que dureté dans ma vie. J'ai besoin de temps. Sursauter je le ferai encore. J'ai besoin que tu comprennes ça. Mais j'ai besoin que tu me prennes dans tes bras même si je sursaute, besoin que tu me soutiennes, j'ai besoin de toi même si je me raidis, si je m'énerve et toute cette merde. Mais si tu ne t'en sens pas capable, si tu crois que c'est contre toi, si tu crois que c'est trop dur pour toi, par pitié Steve, dis le moi maintenant mais ne me laisse pas mariner comme ça. Ne joue pas non plus avec moi, ne me dis pas que tu me veux à nouveau sans me laisser t'expliquer qui je suis désormais. Je ne suis plus le Bucky que tu as connu, je ne suis plus le petit con de Brooklyn qui te sauvait les miches parce que tu te lançais dans des combats perdus d'avance. Je ne serai plus jamais ce gars, Steve. Ne reste pas accroché à cette image. J'ai changé. J'ai énormément changé. Et je dois désormais combiner entre le Soldat de l'Hiver, Bucky et qui je veux être maintenant.

C'était pourtant plus fort que lui, que prendre Steve dans ses bras, dans un élan possessif. Le prendre dans ses bras, le serrer. Cela pouvait être la dernière fois qu'ils le faisaient comme cela pouvait tout dire ; j'ai besoin de toi, reste là. Mais aussi, je suis comme ça désormais, est-ce que tu me veux toujours ou est-ce que tu comprends qu'il est possible que tu perdes ton temps.

Peut-être aurais-tu du faire ton deuil du Bucky que tu as connu...

Peut-être avait-il encore certains réflexes, notamment celui de le protéger envers et contre tous. S'il se faisait appeler à nouveau Bucky, c'est parce que c'était Steve qui l'avait dit en premier et que ça avait fait le chemin dans son esprit. Pas James, juste Bucky. Ce qui ne voulait pour autant pas dire qu'il était ce petit con à nouveau, loin de là. Mais il avait horreur de se disputer avec lui et c'était pourquoi, en parti, il l'enlaçait, le serrait contre lui.

Mais, oui, je t'aime et j'aimerai que l'on reprenne où on s'est arrêté. Si tu es près aussi et le veux toujours. Si tu comprends tout ce que ça inclut aussi ou non.

⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Sweet disaster
STATUT CIVIL : Le coeur pris définitivement, il était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché et vient de le retrouver
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 195
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 12.04.18 15:00

ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve

Bucky qui lui reproche le temps perdu et de ne rien avoir dit plus tôt mais même s'il l'avait voulu, Steve aurait pu lui en parler quand ? À quel moment il aurait vraiment pu le faire alors que tout n'a été qu'un enchaînement sans fin quand il l'a retrouvé. Bucky qui n'a montré qu'une seule chose : il voulait fuir, cette course poursuite Steve s'en souviendra toute sa vie, même sans sa mémoire absolue il ne pourrait oublier le moindre détail. Et après c'était fuir et se cacher puis se battre, à quel moment ils auraient pu se poser pour parler de ceci, pour parler d'eux. Se poser seuls au calme s'entend, ce n'est pas vraiment le genre de choses qu'on peut dire à la volée ou au milieu d'un combat « By the way, you're my boyfriend ». Alors ça sortait cette notion de temps perdu, un reproche aussi de la part d'un Steve poussé un peu trop loin, le temps perdu pendant la cavale de Bucky, alors qu'il aurait dû être là pour lui, pour l'aider. Steve peut comprendre que Bucky ait fuit, la peur qu'Hydra le rattrape et le conditionne de nouveau, ils n'étaient pas tous tombés ni enfermés après tout. Ou les trois mois de perdus là alors qu'il aurait dû être mis au courant. Ah, il ne regrette pas sa cavale...Steve ne répond rien pas plus qu'à la question suivante, ce n'est pas le sujet là. Il doit prendre sur lui pourtant pour ne pas sur-enchérir et le laisser poursuivre.

Avec l'impression grandissante que Bucky ne le comprend pas, ne veut-il pas comprendre ce que Steve lui dit ou est-ce que Steve s'exprime mal ? C'est pourtant limpide ce qu'il peut lui répondre, non ? Alors il reprend autrement et ça semble faire effet, Bucky semble comprendre cette fois que Steve est toujours amoureux de lui, qu'il ne demande qu'à reprendre leur histoire. Ou ne pas comprendre encore...Steve vient pourtant de le lui dire qu'il sait que Bucky a besoin de temps, il ne le sait que trop bien, ce n'est pas pour rien qu'il y va en douceur avec lui. Et non, encore une fois son soldat semble ne pas comprendre le vrai sens des mots que Steve peut employer. Il ne lui reproche rien, il le sait tout ça, il le sait que Bucky n'y est pour rien, que ce n'est pas contre lui, Steve vient exactement de lui dire ça, avec ces mots là. À croire que Bucky a tellement peur que Steve puisse le repousser qu'il n'entend plus rien ou qu'il cherche à le pousser pour voir s'il va reculer. Je n'irai nul part amour. Et en même temps Bucky essaye de lui expliquer ce dont il a besoin réellement. Wut ? Steve jouer avec lui ? Il est sérieux là ?

- Arrête Bucky, jamais je n'aurai pu le faire.

Steve le lui a dit, faire son deuil était impossible. L'enlaçant quand il vient le serrer dans ses bras, le serrant en retour et le gardant précieusement dans ses bras, contre lui. Le laissant finir de parler avant de le reculer juste assez pour pouvoir le regarder dans les yeux et pouvoir glisser une main sur la joue de Bucky, la lui caresser du bout du pouce.

- Je ne joue pas avec toi, jamais je ne pourrai le faire et je le sais tout ça Bucky, je te promets que je le sais. Tu as changé oui en effet mais je te l'ai dit, je sais qui tu es et tu pourras me dire tout ce que tu veux, je suis là et je resterai là.

Il pourrait lui dire tellement de choses encore mais se contente de la simplicité plutôt qu'un long discours.

- Quoi qu'il puisse arriver, tu es mon homme et je suis le tien.

Ses caresses qu'il continu sur la joue de Bucky, son regard de nouveau doux et tendre posé sur l'homme de sa vie, sa moitié.

- I'm with you 'til the end of the line.

Ces mots qui ne sont qu'à eux deux et qui veulent tout dire à eux tous seuls. L'embrasser lui traverse l'esprit et pas qu'un peu mais Steve veut surtout s'assurer que cette fois Bucky a bien compris qu'il sera toujours là. Que rien ne pourra se mettre en travers de leur route, même le temps et leurs « morts » n'a pas pu les séparer, à ce stade là, rien ne pourrait le faire. Preuve en est, ils se retrouvent ici après cette étrange lumière, tous les deux ensembles, même ce phénomène -quel qu'il soit- n'a pu les séparer.

code by bat'phanie

~~~




Until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Hallows (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour et ils ont repris leur relation où elle s'était arrêtée... Mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier et grand amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 260
MULTIFACE : Lily Potter & Zelda.
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE :

Thanks for the memories.

❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️

You make me feel alive
And you're giving me everything
I've ever wanted in life
You make me smile
And I forget to breathe
What's an angel like you
Ever do with a devil like me



Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 12.04.18 19:58


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Il avait besoin de souffler, il avait besoin d'air pour réfléchir convenablement à tout ce qu'il se passait, tout ce qu'ils se disaient. Eux qui avaient toujours été si complémentaire, qui n'avaient jamais eu besoin de mots pour se comprendre, là, ils coinçaient. Peut-être aussi parce qu'il ne comprenait pas comment Steve pouvait lui pardonner aussi vite, comment il pouvait accepter tout ça sans vraiment broncher alors que lui-même ne se le pardonnait pas, comment Steve pouvait continuer à l'aimer alors qu'il était devenu un monstre, tout en sachant que si les rôles étaient inversés, il aurait fait exactement pareil que Steve. Le soutenir, l'aimer. Savoir qu'il n'y était pour rien, qu'on l'avait forcé à faire tout ça. Mais il n'arrive pas encore à se raisonner, se montrer rationnel pour l'instant, ça viendra avec le temps. Mais là il a du mal. Pourtant, il ne voulait pas être en conflit avec la seule personne qui comptait vraiment pour lui. C'était pour cela qu'il venait le prendre dans ses bras.

Pourtant Steve reprenait, je sais qui tu es et je t'aime même ainsi. C'était si effrayant que réconfortant, même s'il continuait à se dire que Steve ignorait trop de choses et que s'il les savait, il ne voudrait pas être avec un tel monstre. Et au final, il ne pourrait pas lui en vouloir. Il ne voulait pas le repousser, pourtant, si ça ne tenait qu'à lui, il se tairait et ferait tout pour le garder. Mais ce ne serait pas honnête de sa part, Steve méritait de tout savoir avant de se lancer dans le vide avec lui, il méritait de tout savoir avant de risquer ainsi sa vie et son avenir. Surtout qu'il pourrait se trouver quelqu'un d'infiniment plus stable.

Pourquoi... Pourquoi tu veux parler à Natasha ?

Question qui lui revenait soudainement même si ce n'était plus le sujet, il percutait le "je dois lui parler aussi". N'étaient-ils pas amis ? Avait-il loupé une information ? Bucky appuyait doucement sa joue contre la main de Steve, c'était très réconfortant comme geste l'air de rien, très agréable. Il fermait les yeux quelque instants pour en profiter mais les mots de Steve lui faisait rouvrir les yeux. Mon homme et je suis le tien. Une base solide à laquelle se raccrocher, c'était agréable. Une base stable. Son appui, comme toujours. Steve.

Oui. Ton homme. Et tu es le mien.

Possessivité dans les mots. Tu es mon homme, tu es mien. Tu m'appartiens. Le premier qui osera te toucher, t'approcher, t'insulter, te défier du regard, te séduire du regard, qu'importe, il en ferait une affaire personnelle, même si cela indifférait Steve. Une de ses main - la droite - venant lui caresser le dos, doucement. Le calme qui revenait d'un coup d'un seul, la douceur et la tendresse. Le moment aurait été idéal pour un baiser, même lui le savait, s'en rendait compte. Surtout avec les dernières paroles de Steve. I'm with you until the end of the line. Oui. Ses lèvres venaient effleurer celles de Steve. Il aurait été facile de rompre la distance, quelque millimètres seulement les séparaient. Un baiser simple mais tendre, un baiser, enfin, après 73 ans de séparation. Il avait beau sentir son souffle chaud contre ses lèvres, avait beau se dire qu'il n'y avait que quelque millimètres entre eux, avoir son coeur qui battait à la chamade, il n'était peut-être pas encore si prêt que ça. L'envie n'y manquait pourtant pas et pas juste parce que Steve lui semblait irrésistible ainsi, mais il bloquait encore avec ces gestes là. Alors il se reculait juste un peu, juste pour poser son front contre celui de Steve et fermer les yeux. Autre manière de profiter de l'instant. Puis finalement se blottir contre lui en cachant son visage dans son cou, sa main gauche posée sur le bas de son dos, juste au niveau des reins et son autre main cessant ses caresses pour s'arrêter au milieu de son dos. Tu m'as tellement manqué. Il inspirait profondément. Apprendre à recevoir de l'affection sans paniquer ou se raidir, apprendre à donner de l'affection aussi. Réapprendre tout ces petits gestes quotidiens, réapprendre à aimer et le montrer. Il devrait aussi passer par là. Son homme, c'était ce qu'il se répétait, peinant encore à y croire. Vraiment sien ? Lui ? Hm. Oui, vraiment sien. Il déposait juste un petit baiser dans son cou, finalement. Un peu amusé. Juste un petit baiser puis un sourire contre sa peau. Un jour ce serait facile. Un jour, oui. Finalement, ses deux mains se rejoignaient pour se poser au niveau de ses reins. Envieuse de descendre encore un peu, c'est vrai. Réapprendre les limites serait utile, vu que ses mains descendaient juste un peu et qu'il reculait le visage pour le regarder, amusé. Jauger la réaction de Steve, aussi.

Mien.

⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Sweet disaster
STATUT CIVIL : Le coeur pris définitivement, il était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché et vient de le retrouver
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 195
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 13.04.18 20:05

ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve

Cette sensation qu'ils ne se comprennent plus pourrait le faire hurler de frustration ou taper sur quelque chose là, tout de suite, maintenant. Cela ne serait pas contre son soldat mais contre la situation alors que Steve veut aider Bucky mais ne sait pas comment faire. Alors qu'il aurait plein de choses qu'il aurait envie de lui dire pour essayer de le rassurer. Taper sur quelque chose, pour lutter contre cette colère qui rampe dans ses veines, jamais bien loin quand Steve pense à ce que son homme a pu vivre. Détruire Hydra ne sera jamais assez et ne pourra jamais rien effacer, il le sait très bien mais malgré tout, Steve a besoin de faire quelque chose. A besoin d'avoir l'impression d'agir concrètement même si cela ne serait rien et pas assez.

Il voudrait pouvoir lui offrir plus que ses bras, plus que son amour, lui offrir une vie aussi normale que possible, il ne peut que lui assurer d'être toujours là, jusqu'au bout. Il ne peut que lui promettre qu'il l'aime encore et toujours, que rien ne pourra changer ce fait, fait pour s'aimer, fait l'un pour l'autre. Promettre à Bucky qu'il sait tout ce qu'il vient de lui dire, que là encore ça ne change rien, il a eu les grandes lignes de ce que son soldat a pu endurer, il a eu les grandes lignes de ce qu'Hydra l'a forcé à faire et il est toujours là et le sera toujours. Il pourrait lui dire qu'il le sait que Bucky ne reviendra plus jamais comme avant cette chute, il devrait le lui dire et ajouter qu'il ne le lui demande pas non plus. Ajouter qu'il voudrait juste le voir heureux et bien. Mais peut-être que rester dans la simplicité est plus efficace qu'un long discours, peut-être que Bucky y sera plus sensible, cela ne rendant pas Steve moins sincère pour autant. Besoin de calme également et pas seulement que pour son soldat, lui aussi en a besoin, il sait pertinemment au fond de lui pourquoi il a donné l'air de faire des reproches à Bucky ; ses révélations tourne toujours dans sa tête.

- C'est compliqué avec elle comme je te l'ai dit mais je ne lui dirai rien sur ce que tu m'as révélé si tu ne le veux pas.

Steve voulait juste parler avec Natasha, ils n'ont pas vraiment eu l'occasion de le faire et il se disait que là c'était peut-être le cas. L'occasion de parler tous les deux et il ne mentirait pas mais aussi mettre les pieds dans le plat, savoir si elle se souvenait de Bucky et d'elle, savoir si ça l'a influencé pour les aider ou autre. Steve a besoin de savoir tout ceci, il a eu tellement de mal à lui faire confiance au début, jusqu'à parvenir à ce qu'ils deviennent amis. Du mal avec les personnes qui dissimulent des informations sciemment et qui pourtant ne se cachent pas de le faire. Mais si Bucky lui dit qu'il ne veut pas que Steve en parle d'une manière ou d'une autre, il ne dira rien.

Mais surtout, Steve garde son soldat dans ses bras, venant lui caresser la joue du bout du pouce. Souriant tendrement en le voyant fermer les yeux, en le sentant s'appuyer contre sa main. Ces mots échangés, promesse d'être toujours là l'un pour l'autre. Steve est un peu surpris de la possessivité qu'il entend dans la voix de Bucky, qui est nouvelle et qui semble si radicale, si « violente » mais après tout que peut-il dire contre ça ? Surtout quand il voit la manière dont il a agit depuis qu'il a retrouvé Bucky en vie, à envoyer chier tout le monde même quand on lui a répété que Bucky est le genre d'homme qu'on stoppe définitivement et pas du genre qu'on sauve. Rien à faire. Steve avait fait son devoir mais aussi ce qu'il voulait et ça avait fonctionné, Bucky était sorti de son conditionnement. Envoyer bouler tout le monde et le protéger encore et toujours, Bucky était innocent, point final. L'empêcher de se sauver pour mieux le cacher, je t'ai retrouvé, tu n'iras nul part. Le pire est sans aucun doute tout ce qu'il s'est passé ensuite avec Tony, Steve qui a montré qu'il savait déjà pour les parents Stark et qui prenait encore et toujours la défense de Bucky. Un peu trop alors qu'il est on ne peut plus conscient qu'il aurait pu tuer Tony parce qu'il avait touché à Bucky, parce qu'il voulait le tuer, parce qu'il l'avait mis à terre. Steve n'a stoppé son geste qu'en extrême limite. Extrême c'est le mot. Le sérum coulant dans ses veines qui décuplent tout ce qu'il pense mais surtout ce qu'il peut ressentir, ce n'est certes pas une excuse mais ça explique bien des choses. Et Bucky ayant lui aussi reçu un sérum, est-ce vraiment étonnant qu'il soit extrême lui aussi ? Non. Quelque part ça le rassure d'entendre Bucky parler ainsi, ça lui réchauffe le cœur aussi.

La suite par contre le frustre et pas qu'un peu, si proches, quelques millimètres entre eux et croyez le ou non mais il lui faut une énorme dose de sang froid pour ne pas combler ces quelques millimètres et poser ses lèvres sur celles de Bucky. Un baiser tout simple mais qui lui ferait tellement de bien. Pourtant il résiste à la tentation, Steve l'a dit à son soldat ; on ira à ton rythme. Ce qui ne l'empêche pas de penser un « petit con » quand Bucky se recule pour poser son front contre celui de Steve. Le laissant finir le nez dans son cou, la main qu'il avait sur la joue de Bucky glissant jusqu'à sa nuque pour y continuer ses caresses tout en tendresse. Son autre main restant dans le dos de son homme pour le garder contre lui, finissant par décaler juste un peu sa tête pour déposer un baiser dans les cheveux de Bucky. Ne pouvant cacher le fait que sa peau frémit au baiser dans son cou, hm, plus qu'agréable ce baiser. Un sourire en coin, un poil arrogant, un poil défiant aussi quand Steve le voit avec cet air amusé. Hm, tu veux quoi Bucky ? Jusqu'où tes mains vont aller ?

- Oui.

Ne le lâchant pas du regard tandis que ses mains glissent doucement dans le dos de Bucky, sans se détacher de lui, pas une seule seconde. Songeant un peu aussi au fait qu'il doit y aller en douceur et ne pas le prendre par surprise et cela avant que ses mains ne se stoppent dans le creux des reins de Bucky.

- Mien.

Un air un brin amusé sur le visage en répondant de la même manière que son soldat. C'est peut-être un moyen qu'ils se redécouvrent l'un comme l'autre en profitant de ce moment de calme, Steve doit aussi apprendre les limites de Bucky. Il a eu beau lui dire avoir besoin que Steve le prenne dans ses bras et le tienne même s'il se raidit, il n'en reste pas moins que Steve garde la crainte d'un mauvais geste.

code by bat'phanie

~~~




Until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t256-james-barnes-bucky-winter-soldier

LIEU ORIGINEL : Earth-616 / Earth 19999.
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Hallows (ava) ROGERS. (signature)
STATUT CIVIL : Son coeur est pris par son premier amour et ils ont repris leur relation où elle s'était arrêtée... Mais il doit faire le point avec son passé.
AVEC : Steven Rogers, son premier et grand amour. Natasha Romanoff, son passé.
AVENTURES : 260
MULTIFACE : Lily Potter & Zelda.
DATE D'ARRIVEE : 03/03/2015
LOCALISATION : Outback Queensland.
METIER : Plus grand assassin du monde. Enfin... Dans son monde.
ZONE LIBRE :

Thanks for the memories.

❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️

You make me feel alive
And you're giving me everything
I've ever wanted in life
You make me smile
And I forget to breathe
What's an angel like you
Ever do with a devil like me



Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 13.04.18 23:15


Steve & Bucky // ain't no sunshine
⚜️ i will always find you ⚜️

Il n'avait pas besoin de grand chose dans la vie, il avait appris à vivre avec rien. Pas à s'en satisfaire mais vivre avec. Un peu d'eau, le stricte minimum pour vivre, pareil pour la nourriture. Là, il avait sa lumière qui venait à nouveau l'éclairer, son Steve, son homme. Son roc. Il s'accrochait à lui, l'air de rien, avant de venir glisser ses mains.

James était devenu un animal sauvage. Il y était semblable en tout point ; il fallait y aller pas à pas avec lui, même maintenant. Lui laisser le temps d'analyser les choses et comprendre qu'il n'y avait rien de dangereux à certains gestes, surtout avec Steve qui n'était qu'amour et tendresse avec lui, comme toujours. Même s'il lui en voulait de lui avoir caché leur véritable relation lorsqu'ils s'étaient retrouvés, lui laissant croire qu'ils n'étaient que des amis alors qu'ils étaient surtout des compagnons de vie. Qu'à leur époque, celle où ils étaient secrètement ensemble, c'était parce qu'ils risquaient la peine de mort si cela venait à s'apprendre mais à cette époque, était-ce toujours si mal vu, que Steve ne lui ait rien dit ? Il ne savait pas trop comment étaient les moeurs à cette époque, tellement décalé. Et ses trois mois de vrai réveil, il les avait passé à apprendre l'Histoire, les guerres diverses et variées, il les avait passé à apprendre tout ce qu'il avait loupé mais les moeurs ? Hm, pas le temps, il n'avait pas pensé à demander ce que cela faisait deux hommes ensemble, il faut dire que déjà à son époque le sujet était extrêmement délicat voir inabordable sinon pour des insultes alors en parler là comme ça... A part éveiller des soupçons. Bref.

Ca lui faisait du bien de sentir à nouveau la chaleur de ses bras et son odeur, ça lui faisait du bien de ressentir tout ça à nouveau, se rendant compte à quel point ça lui avait manqué. Il n'avait pas encore déposé de baiser contre ses lèvres mais n'en n'était pas loin pourtant. Il fallait juste qu'il se réhabitue à ce contact et à tout ça. A se sentir serré et à se coller contre lui. Il humait doucement son odeur oui, s'en imprégner à nouveau, c'était l'idée. Qu'importait la sueur. Il aurait pu dévorer son cou de baiser pour le sentir frémir de nouveau. Puis finalement en le regardant, il voyait ce petit air satisfait et arrogant. Grr. Steve semblait imiter ses mains et il ne disait rien, il aurait pu les descendre même un peu plus s'il l'avait souhaité que Bucky n'aurait rien dit, il se serait juste avancer un peu plus, se serait collé un peu plus, comme maintenant d'ailleurs. Bassin contre bassin.

Ce "mien" qu'ils s'échangeaient, tellement possessif l'un envers l'autre, c'était impressionnant, surtout qu'il savait que rien n'aurait pu détourner Steve de son chemin et que lui-même savait que désormais libéré de tout code, rien ne saurait le défaire de son chemin et surtout, rien ne pourrait le défaire de Steve. Alors oui il effleurait son nez à nouveau du bout du sien, ses lèvres se rapprochant des siennes. Son nez qui effleurait le sien, ses lèvres qui effleuraient les siennes, son coeur qui s'emballait dans sa poitrine, c'était tellement agréable de ressentir tout ça à nouveau, raison de plus de faire durer l'instant, les sensations qu'il ressentait à nouveau, son coeur qui s'emballait non pas à cause de la peur mais à cause de l'amour. Hm. Mais finalement, il venait déposer un baiser tendre contre ses lèvres. Son coeur s'arrêtait un instant pour mieux reprendre ensuite. Mon dieu, ce baiser. Il l'embrassait enfin, y trouvant son courage pour sauter ce pas. Il allait avoir du mal à s'en défaire maintenant qu'il y goûtait à nouveau, qu'il pouvait redécouvrir cette joie. Ses mains qui ne demandaient pas mieux que rapprocher Steve davantage, même s'il aurait été difficile de faire plus proche. Enfin, si, il avait bien une idée mais c'était encore tôt, pas vrai ? Déjà le baiser était un cap entre eux. Un soupire contre ses lèvres, une vraie délivrance que ce baiser, il fermait juste les yeux pour savourer davantage, se laisser porter par ce baiser et tout ce qu'il ressentait grâce à ça. Pourtant c'était simple un baiser, en théorie. C'était bien plus que ça pour lui.
⇜ code by bat'phanie ⇝

~~~

he's not just the light of my life
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://onceuponatragedy.forumactif.org/t255-steven-g-rogers-i-can-do-this-all-day

LIEU ORIGINEL : Earth-616
D'OÙ VIENS-TU ? : Marvel Universe
AVATAR : Chris Evans
COPYRIGHT : Sweet disaster
STATUT CIVIL : Le coeur pris définitivement, il était avec lui avant qu'il ne lui soit arraché et vient de le retrouver
AVEC : James Barnes.
AVENTURES : 195
DATE D'ARRIVEE : 30/03/2018
LOCALISATION : Ne sait pas trop
METIER : Ancien soldat/Invader/leader des Howling Commando/co-leader des Avengers/agent gouvernemental. Fugitif depuis 2016


Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky 15.04.18 17:19

ain't no sunshine when he's gone
Bucky & Steve

Offrir une vie aussi normale que possible à Bucky alors que la sienne ne l'est pas, qu'il est recherché par le gouvernement. Alors qu'il passe son temps à fuir de pays en pays, bien qu'en faisant ce qu'il a à faire pour stopper Hydra, pour les réduire à néant, une vraie obsession en effet mais comment ne pas l'avoir en même temps. Cela a fait le chemin dans sa tête et...Steve va devoir prendre une décision maintenant qu'il retrouve réellement Bucky, le laisser au Wakanda avait été « simple » parce qu'il était en sécurité, parce qu'il n'était pas éveillé, mais maintenant...alors qu'en plus son soldat a de nouveau tous ses souvenirs et qu'il vient de lui promettre d'être toujours là. Lui offrir une vie normale commence par rester avec lui, par ne plus bouger en permanence, mais où ? Ici même ? La pensée le frôle mais il est sans doute reconnaissable même en Australie. Aller au Wakanda tous les deux ? Sans nul doute la meilleure option, Steve est débrouillard, il trouvera bien le moyen de compenser cet asile auprès de T'Challa, d'une manière ou d'une autre. Arrêter de bouger en permanence mais cela passe aussi par raccrocher définitivement le costume de Captain America, de Nomad, Steve ne demandera jamais à Bucky de le suivre. La peur de le perdre à nouveau entre dans sa décision, oui, il ne pourrait pas le cacher mais surtout ce n'est pas en galopant dans le monde entier que Bucky aura de la stabilité. Et puis l'un dans l'autre, ils ont tous les deux assez donné pour leur pays, pour le monde même, ils ont assez combattus comme ça, une vie entière à être sur la brèche, ce n'est pas une vie. Ça allait à Steve quand il était seul mais maintenant, ça aussi ils devront en parler mais plus tard.

C'était plus fort que lui que de penser ce « petit con » et encore ce n'était pas méchant, c'est juste la frustration qui lui a fait penser ça. Alors qu'il se doute bien que si Bucky n'est pas allé plus loin c'est qu'il doit se bloquer pour une raison ou pour une autre. Une hésitation quelconque, une crainte ou peut-être juste que ça va trop vite pour son soldat, c'est bien pour ça que Steve lui a assuré qu'ils iront au rythme de Bucky pour tout. Profitant juste du fait que Bucky glisse ses mains sur lui pour en faire de même, se stoppant au creux de ses reins pour ne pas aller trop loin, trop vite. Quand bien même il pourrait en avoir envie, Steve reste un homme malgré tout, un homme qui a retrouvé la seule personne qu'il a réellement envie de toucher. La seule personne par qui il veut être touché aussi, avec qui il peut baisser les barrières qu'il a érigées au fil du temps. Parce qu'il y a ça aussi, Steve s'est vite rendu compte que si les femmes le regardaient ce n'était que pour son physique, que parce qu'il était Captain America. Au delà de ne pas avoir fait son deuil de Bucky, il y avait ça aussi, ça n'était pas ce qu'il voulait, une relation physique n'est pas ce qu'il cherchait, Steve croit trop fermement en l'amour pour cela. Il n'aurait jamais mis ses valeurs morales de côté pour ce qu'ils nomment dans cette époque, un coup d'un soir. C'était ce qu'il avait avec Bucky, l'amour, la confiance et Bucky l'a connu avant le sérum, l'aimait déjà avant. Bucky qui l'a toujours suivi, aimé, protégé, qui le couvait même quand il n'était encore qu'une crevette malade et rachitique. Avec Bucky, il avait tout ce qu'il pouvait souhaiter, il savait que c'était sincère, qu'eux deux c'était quelque chose de solide, de facile et de durable. C'est ce que Steve est entrain de retrouver aujourd'hui, il retrouve Bucky, il retrouve son havre de paix, il sait que si Bucky veut reprendre leur histoire, ça ne sera pas quelque chose de passager, tout comme pour lui ça ne le sera pas.

Au final, un baiser c'est tout ce que Steve demandait, un baiser c'est tout ce qu'il espérait. Il n'avait besoin de rien de plus, Bucky est dans ses bras autant qu'il est dans ceux de son homme. Son cœur qui s'accélère quand les lèvres de Bucky effleurent les siennes, cette attente qui semble interminable et enfin leurs lèvres l'une contre l'autre. Un baiser c'est simple et pourtant Steve a l'impression de respirer à nouveau, privé d'oxygène pendant plus de 73 ans. Retrouver le goût des lèvres de Bucky, c'est retrouver le paradis sur terre et oui vivre à nouveau, tout ne pouvait qu'être fade en comparaison. Il a Bucky, il a tout ce dont il a besoin. Un baiser tendre, un cap entre eux, oui, il le ressent comme ça de son côté également. Rapprochant Bucky de lui autant que sa moitié ne le fait, difficile d'être plus collés l'un contre l'autre, enfin si mais cela il n'y pense, il l'a dit, un baiser c'est tout ce qu'il voulait. C'est contre les lèvres de Bucky que Steve lui murmure « Amour de ma vie » et non il n'a pas la sensation d'en faire trop, c'est juste ce qu'il ressent. Déposant un nouveau baiser tout aussi tendre sur les lèvres de Bucky.

Inutile de dire que ce n'est pas Steve qui brisera ce moment entre eux, un moment magique, un moment dont il a tant rêvé en pensant que ça n'arriverait plus jamais. Le premier d'une longue série, un renouveau autant pour lui que pour Bucky, même s'il se doute ou plutôt qu'il sait que tout ne sera pas facile à l'avenir mais qu'importe, pour lui, il a retrouvé l'homme de sa vie. Rien ne pourra changer cela, rien ne pourra les séparer de nouveau.

code by bat'phanie

~~~




Until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: ain't no sunshine when he's gone. | Stucky

Revenir en haut Aller en bas

ain't no sunshine when he's gone. | Stucky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» << Let the sunshine in >> { PV Aroz }
» Let the Sunshine in! [pv Olychounette]
» Ains't no sunshine when she's gone (31/05, 17h29)
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]
» sunshine kiwi ♦ keep on believin'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♚ WE'RE ALL MAD HERE ♚ :: ♚ Australie ♚ :: Queensland :: Outback Queensland-