RSS
RSS




Partagez|

Captain Hook ~ Et une bouteille de rhum !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité


Message Sujet: Captain Hook ~ Et une bouteille de rhum ! 24.06.16 0:35


   
Arthur Douglas

   
I'm untouchable darkness, a dirty black river to get you through this. In the mouth of madness, down in the darkness


   

   Nom : Douglas
   Prénom : Arthur
   Âge : 44 ans
   Situation familiale : Célibataire
   Conte Originel : Peter Pan
   Personnage incarné : Capitaine James Crocher
   Particularités : C'est le capitaine d'un navire de pirates, le Jolly Roger. Il a un crocher à la place de la main gauche.
   Métier : Pêcheur
   Groupe : Autre
   Avatar : Toby Stephens

   

   
Anecdotes

   ○ Arthur a un caractère assez violent et colérique. Ce qui fait que son entourage est terrifié par lui. Il est cependant étrangement charismatique.
○ Il est pêcheur sur un bateau appelé la Baleine.
○ Malgré son travail, Arthur accorde une grande importance à l’élégance. Il est de ce fait, toujours habillé à son avantage.
○ Sa façon de s’exprimer est un peu vieillotte.
○ Il n’est pas marié, et ne le sera probablement jamais.
○ Il est souvent vu au Red Pie, généralement assit dans un coin qui a été étrangement déserté à son arrivé.
○ La seule personne qu’il considère comme un ami, et non pas un subordonné, est James Smith, son second sur son bateau de pêche.
○ Comme sa main gauche a été sectionné lors d'un accident en mer, il cache son moignon en nouant le bras gauche de sa chemise.
○ La vu de son propre sang le rang furieux au plus haut-point. Il ne supporte pas le tic-tac des réveils.
   

   


   
Dans Votre Monde Originel

    La naissance de celui qu'on appelle Capitaine James "Crochet" est on ne peut plus étrange. En effet, l'homme n'est pas né d'un homme et d'une femme et n'a jamais été enfant. Et comble de l'étrange, il en va de même pour tout l'équipage. Comment cela est-il possible ?

Cette histoire commença un beau jour alors que Peter Pan, accompagné de ses premiers Enfants Perdus, s’ennuyait au Pays Imaginaire. Explorer l’île en s’imaginant pleins d’aventures était amusant, mais bien vite lassant malheureusement. Il était bien plus excitant, d’en vivre une. C’est ainsi que Le-Garçon-Qui-Ne-Voulait-Jamais-Grandir, aidé par la magie illimitée du Pays Imaginaire, créa la tribu des indiens, les sirènes, et, le plus grand fantasme pour tout garçon qui se respecte, des pirates.

C’est ainsi qu’apparu du néant l’équipage du Jolly Roger, et à son bord, son capitaine sans nom. Aucun n’avait de nom d’ailleurs. Ils étaient juste apparus dans ce monde dans un corps d’adulte, sachant se battre au sabre, tirer au mousquet et au pistolet, lire et écrire, ainsi que toutes les connaissances nécessaires à la survie en mer. Pourtant, étrangement, aucuns d’entre eux n’avait de nom. Certains théorisent maintenant que Peter Pan voulait juste des pirates et non des humains (des sortes de pantins), mais que la magie du Pays Imaginaire avait trop bien marché, et leur avait conféré une âme, à eux ainsi qu’aux sirènes et aux indiens.  Toujours est-il que cela créa une grande confusion sur l’île, pour le plus grand bonheur des Enfants Perdu et, bien évidemment, de Peter Pan.

Notre capitaine, qui avait décidé de se nommer « James » et simplement James contrairement à son équipage qui avait des noms étrange (« Mr Mouche » ? Vraiment ?), se découvrit une nature violente ainsi qu’un goût du luxe qui lui sembla inné. Cependant, ce n’est qu’à partir de cette journée fatidique que tout le Pays Imaginaire se rendit compte à quel point le capitaine du Jolly Roger était aussi dangereux que son créateur.

Cette journée avait commencé comme toutes les autres : vogué sur les mers du Pays Imaginaire, tirer sur ses satanées sirènes, réveillé Mouche qui s’est encore endormi à son poste, et enfin, se débarrasser de ces sales pestes de Garçons Perdu qui s’entêtent à attaquer son navire !
Comme à leur habitude, Capitaine James et Peter Pan livraient leur duel personnel. Tout se passait de la même manière (les deux adversaires étant égo à l’un a l’autre) jusqu’à ce que Peter Pan semblât se figer, comme si une idée venait d’apparaitre dans son esprit. Un sourire cruel, certain diraient même maléfique, se dessina ensuite sur ses lèvres. Plus vite que James ne pût le voir, Pan trancha la main gauche du pirate. Et pendant que l’homme hurlait de douleur, Pan lui déclara malicieusement qu’il ne mourrait pas de sa main. Ce serait un crocodile géant qui s’en chargerait. Sur ces mots, le plus gros crocodile qu’il est possible d’imaginer sortit de l’eau et Pan lui jeta la main du Capitaine James avant que la créature ne reparte nager dans les eaux du Pays Imaginaire. Cette créature, poursuivit Pan, ne disparaitra que lorsqu’elle t’aura mangé. Aucune autre espèce vivante ne l’intéressera. Rien que toi. Le garçon éclata de rire avant de s’envoler avec ses compagnons.

L’on soigna le moignon du capitaine du mieux que l’on pût. Mais comme Peter Pan l’avait prédit, le Crocodile poursuivit l’homme où qu’il aille. Et la créature étant des plus silencieuse, l’homme échappa plusieurs fois tout juste de justesse à une mort certaine. Il eut un jour l’idée d’emballer un réveil dans un de ses mentaux avant de le jeter à la mer. Aussitôt que l’objet avait touché l’eau, le Crocodile referma son immense gueule dessus. Cependant le stratagème avait fonctionné. Le tic-tac du réveil se fit toujours entendre à travers l’estomac du Crocodile. Le Capitaine pouvait entendre le monstre arriver. Bien que le pauvre homme développa une sérieuse phobie à l'égare des tic-tac (tous les réveils et horloges furent bannies du Jolly Roger depuis ce jour).

Cependant, le problème ayant été pour l’instant en partit résolut, deux conséquences naquirent. La première le crochet qui remplaça la main qu’il avait perdu. Il se l’était enfoncé lui-même, exaspéré qu’il était par le handicap de sa main manquante. La deuxième conséquence fût l’apparition d’une haine sans précédent au cœur du Capitaine à l’égard de Peter Pan. Il n’avait pour bût que de se venger. De se venger de la meilleure façon qu’il connaissait : le faire souffrir longtemps avant de le tuer de la façon la plus douloureuse qu’il connaissait.

   
A Storybrooke

   Arthur est en froid avec ses parents, habitant une autre ville, depuis des années. Il ne se souvient pas à quel sujet ils se sont embrouillé mais comme leur relation n’a jamais été bonne, il considère que cela a été la goutte qui a fait déborder le vase. Il devait être dans la vingtaine lorsqu’il a quitté la maison en claquant la porte, avant de prendre sa voiture et rouler le plus loin possible de sa ville d’origine. C’est ainsi qu’Arthur Douglas arriva à Storybrooke, qu’il ne quitta plus depuis.

N'étant pas plus éduqué que cela, bien qu’il ait des fois une façon très littéraire de s’exprimer, Arthur dut se contenter d’un métier assez basique. J’entends par cela un métier qui ne nécessite pas une période prolongée à l’école. Ne souhaitant définitivement pas être éboueur, Arthur s’enrôla en tant que matelot dans un bateau de pêcheurs ; bateau sur lequel il passa plusieurs années. C’est d’ailleurs de cette façon qu’il rencontra son ami (son seul ami en vérité) James Smith. Il se distingua rapidement par son pied marin qui semblait inné chez lui. Comme s’il avait fait ça toute sa vie. Il ne se fait malheureusement pas d’amis, à l’exception de Smith, en raison de son caractère pour le moins orageux. Il se fit cependant des alliés ainsi que des partenaires commerciaux même s’il n’était pas le capitaine du bateau. Le jeune homme déjà à l’époque dégageait ce charisme qui lui est propre aujourd’hui.

Arthur subit un chamboulement majeur vers ses 30 ans. Un jour qu’ils étaient en mer, un accident lui couta sa main gauche. L’homme fût interné plusieurs mois et dut suivre une longue période de rééducation. Lorsqu’il fût autorisé à partir, son ancien patron refusa de le reprendre, lui ainsi que tous les autres bateaux de pêcheurs auxquels il demanda. Enragé d’être considéré comme un invalide et d’être tout juste bon à jeter aux ordures, Arthur rassembla ses économies, acheta un petit rafiot, recruta (força) Smith pour qu’il se joigne à lui, et entreprit de détruire tous le bisness de tous ceux l’ayant rejeté. Cela prit plusieurs années, mais à la fin, son entreprise prit de l’ampleur, et les partenaires commerciaux qu’il s’était fait des années auparavant commencèrent à la choisir lui plutôt que les autres. Il embaucha du monde. Son bateau grandit. Et au fur et à mesures ses anciens concurrents mirent tous la clé sous la porte, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que lui. Ce qui fit de lui le numéro 1 du commerce de de poisson à Storybrooke.

Arthur, devenu un homme d’âge mûr maintenant, est souvent vu au Red Pie lorsqu’il ne travail pas. Il aime y passer du temps le soir quand toutes les personnes susceptibles de glousser dans ses oreilles sont parties. Son visage dur et peu aimable ainsi que sa réputation d’homme peu commode (obtenue après avoir volontairement cassé la jambe d’un malotru qui l’avait traité d’invalide) lui laissent toujours une place de choix dans le bar : les gens s’écartant sur son passage tel Moïse devant la Mer Rouge.


   

   
   

Shopin
   
Je suis votre Administratrice adorée  

   
Revenir en haut Aller en bas

Captain Hook ~ Et une bouteille de rhum !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Octobre] Taeyang Captain Hook
» [Terminé] Et une bouteille de rhum ! (RP Libre)
» Et une bouteille de rhum {Pv Judith McKingley]
» « Un homme qui n'est pas prêt à se battre pour ce qu'il veut ne le mérite pas » || Captain Hook ♥
» Captain Hook # I make the demands, you follow them.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We're all mad here ::  :: We need you :: Qu'on lui coupe la tête !-