Stairway to Heaven
Highway to Hell



 

Partagez

Without you. | Romandel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Roman Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1145-roman-avilov-good- https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1152-roman-avilov-push-me-and-i-will-end-you-in-a-pacific-way-or-not#6704
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_ojjd7o6B7m1v0t5cvo4_540
LIEU ORIGINEL : Cette terre
D'OÙ VIENS-TU ? : Né en Russie, élevé en Australie
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Heaven ( avat)
AVENTURES : 304
DATE D'ARRIVEE : 17/12/2018
MULTIFACE : Steven & Loki & Ethan & Alekseï & Constantine & William
STATUT RP : Fermé
STATUT CIVIL : Au fond de lui, bien enfoui dans son inconscient, il se sait être en couple. Il n'en a juste pas encore percuté
AVEC : Adel Wayne, l'unique
METIER : Avocat dans un grand cabinet
Without you. | Romandel - Page 2 UETEmVb
CAMP : Dans un petit camp
LOCALISATION : Brisbane

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty25.05.19 17:47


Without you
Romandel

« The distance in your eyes. Oh no, I've said too much. I set it up. That's me in the corner. That's me in the spotlight. Losing my religion. Trying to keep up with you and I don't know if I can do it. Oh no, I've said too much. I haven't said enough. I thought that I heard you laughing. I thought that I heard you sing. I think I thought I saw you try. Every whisper of every waking hour I'm choosing my confessions. Trying to keep an eye on you, like a hurt lost and blinded fool, fool. Oh no, I've said too much. I set it up »
Au moins, Roman a vite la certitude que son homme a réellement bien dormi alors qu'il s'affale comme ça sur lui et qu'il peut le voir. Des petites habitudes qui reviennent également, on pourrait presque croire qu'il ne s'est rien passé de mauvais entre eux. Presque oui, parce que le russe ne cherche pas à aller plus loin que ces quelques caresses et baisers alors qu'en temps normal il l'aurait fait. Presque, parce qu'Adel se décale bien rapidement et peut-être un peu trop vite justement. Ils sont marqués tous les deux et ça se ressent clairement. Ce qui explique aussi que le russe ait du mal à dire oui réellement pour le petit déjeuner, un petit c'est trop qui vient tournoyer dans sa tête. Ce qui explique aussi qu'après être resté à regarder la petite faire, Roman se lève et ne vienne pas chercher à embrasser son homme. Ils sont encore sous le coup de ce qu'il y a eu. La seule solution viable reste de discuter et mettre les choses réellement à plat, à condition que ça ne reparte pas de plus belle.

Ce qui pourrait fortement arriver si Adel continu comme ça. Pourtant Roman lui a juste demandé si c'est normal que la gosse ne hurle pas et qu'elle soit calme. Il faut dire que vu le peu qu'il a pu la regarder, il ne sait pas, en plus du fait que les enfants et lui ça fait quinze comme on dit. Il n'a pas la fibre paternelle et ne l'aura sans doute jamais. Rien que ça, la réponse d'Adel, pourrait déplaire à Roman, mauvais caractère et elle n'aime pas qu'on la contrarie...bah t'as pas de chance parce que ce n'est pas moi qui te cédera quoi que ce soit. Mais surtout ce qui pourrait le faire repartir de plus belle pour un tour, à ne pas vouloir qu'Adel l'approche ou lui parle, c'est justement la manière dont son homme lui parle ensuite. Les reproches qu'il peut faire au russe ne vont pas passer comme ça.

C'est ça, emmène la avant que je m'énerve. La manière dont Adel agit ensuite, Roman ne peut que se dire que son homme sait qu'il vient de dire quelque chose qu'il ne faut pas et que ça va mal se terminer. Tu peux fuir, je ne vais pas te louper. Surtout que ce qu'Adel lui dit n'est pas vrai, ce n'est pas qu'il n'aime pas la petite, c'est juste que...Préférant éviter de songer à ça tout de suite, le russe n'attend pas plus longtemps pour partir vers la salle de bain dont il claque la porte un peu trop fort. Il y d'ailleurs des chances qu'Adel puisse l'entendre cette porte qui claque. La salle de bain pour finalement se prendre une douche, ça va lui faire du bien et l'eau devrait arriver à le détendre au moins un poil pour ne pas voler directement dans les plumes de son homme quand il sera de retour.

Et plus largement depuis qu'ils sont dans ce campement, Roman a recommencé à prendre quelques habitudes de leur vie d'avant, comme se laver tous les jours. Aussi con que ça soit à dire mais en même temps, sur les routes, il n'avait pas vraiment le choix n'est-ce pas, au mieux ils pouvaient espérer trouver une source d'eau pour se décrasser un peu.

Il prend pourtant une douche rapide et en sortant, il ne remet qu'un boxer et son bas de pantalon, restant torse nu. Surtout qu'il fait chaud l'air de rien donc pourquoi irait-il mettre un tee-shirt, d'ailleurs il pourrait même rester juste en boxer dans la maison. Ce n'est pas ce qui pourrait le déranger. Et vu comment les choses se sont passées, s'il veut avaler quelque chose ce matin, Roman n'a pas le choix et il termine dans la cuisine. Luttant un peu avec lui-même pour savoir quoi faire, dans le sens que le russe s'occuperait bien que de sa gueule pour laisser Adel se démerder tout seul.  

Finissant par soupirer pour lui-même alors qu'il termine par se céder. Sortant tout ce qu'il faut des placards pour préparer une tasse de café pour lui et une tasse de thé pour Adel. Son homme a de la chance qu'il soit aussi débrouillard pour arriver à leur ramener des trucs rares comme un peu de café et de thé...comme ça il peut continuer de jouer les anglais modèle qui boivent leur thé. L'eau est entrain de chauffer et Roman est entrain de regarder ce qu'il leur reste pour préparer la suite quand son homme revient à la maison. Et quand Adel arrive dans la cuisine, il lâche entre ses dents sans le regarder.

- Je t'interdis de dire que je ne l'aime pas, ce n'est pas vrai. Pas totalement, je l'aime pas comme toi c'est sûr mais je la hais pas même si...

Claquant d'un coup la porte du placard dans lequel il regardait, ne terminant pas sa phrase. Roman s'est juré qu'il ne dirait rien à Adel, que son homme a perdu le droit de savoir ce qu'il peut ressentir, le jour où ils ont trouvés la petite. Se le jurant parce que son homme n'a pas vu le réel problème alors que pourtant il aurait dû comprendre directement. Hors de question que le russe lui facilite le travail.

- Ton thé est presque prêt...
(c) DΛNDELION


Say that you want me every day. That you want me every way. That you need me. Got me trippin' super psycho love. Aim, pull the trigger. Feel the pain getting bigger. Go insane from the bitter feeling. Trippin' super psycho love.


Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adel Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1148-adel-wayne-i-m-not https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1149-adel-wayne-i-m-not-the-batman
Without you. | Romandel - Page 2 HeFsfeJ
LIEU ORIGINEL : Nul part.
D'OÙ VIENS-TU ? : Angleterre, cet univers.
AVATAR : Chris Evans.
COPYRIGHT : ichi ♥ (avatar)
AVENTURES : 224
DATE D'ARRIVEE : 22/10/2018
MULTIFACE : James Barnes, Daenerys Targaryen, Odin Thorson, Edrick Harrington, Connor, Billy Hargrove, Carol Danvers, Pamela Isley, Thor Odinson, Isaiah Warren, Dean Winchester.
STATUT RP : Ouvert
STATUT CIVIL : En couple. Même si l'homme avec qui il est ne semble pas s'en rendre compte.
AVEC : Roman Avilov, le seul et unique.
METIER : Chirurgien.
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_pxhttdKYK41qkl3pqo2_540
CAMP : Un petit camp de survivant dans un quartier de Brisbane.
LOCALISATION : Est.

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty25.05.19 20:16

without you
romandel

« Without you, there's no change, my nights and days are gray. If I reached out and touched the rain, it wouldn't feel the same. Without you, I'd be lost, I'd slip down from the top, I'd slide down so low, boy, you'd never, never know. Without you in my life, I'd slowly wilt and die, but with you by my side, you're the reason I'm alive. But with you in my life, you're the reason I'm alive. But without you...  »
Il aimerait trouver le tact d'expliquer à Roman pourquoi Ana réagit comme ça en sa présence, quelque chose qu'il a remarqué, des pleures qui arrivaient surtout lorsqu'ils venaient dans cette maison alors qu'elle était calme toute la journée. Elle faisait ses dents mais il n'y avait pas que ça et il ne pouvait pas juste dire que c'était ça alors que depuis un mois qu'elle était là, l'épreuve de la nuit était toujours si compliquée. Il savait que ses mots avaient blessés Roman, visiblement, il ne savait plus du tout comment s'adresser à lui, il devenait maladroit et vexant sans même vouloir l'être. Il prenait sur lui en se dépêchant de partir mais en gardant la culpabilité de ses mots, même s'il les pensait et qu'ils allaient devoir en parler ; Roman n'aimait pas cet enfant, mais elle faisait partie de leur famille. Roman ne voulait faire aucun effort, il était d'accord sur le fait qu'elle s'était imposée dans leur vies et qu'il ne lui avait pas demandé son avis mais avaient-ils d'autres possibilités ? Lui n'en voyait pas, il s'était vite attachée à elle et il savait comme c'était réciproque et comme la petite réclamait ses bras et parfois juste l'avoir sous les yeux suffisait à la rassurer. C'était comme ça au travail, dès qu'il passait une porte elle commençait à râler jusqu'à ce qu'il revienne dans son champ de vision. Il ne savait pas ce que ça allait donner chez les voisins mais tant pis, il leur déposait et essayait juste de leur expliquer la situation brièvement, sans trop entrer dans les détails autre que "mon mari et moi avons besoin de nous retrouver" et qu'ils avaient compris et que, de toute façon, ils lui avaient déjà proposés de la prendre chez eux pour une après midi ou une soirée pour les délester un peu, un coup âgé qui avait eu des enfants et petits enfants et savaient parfaitement la place que ça pouvait prendre dans un couple.

Là, il avait besoin de souffler, ils avaient besoin de se retrouver et cela ne pouvait pas durer un mois de plus comme ça. Il retrouvait Roman dans la cuisine, dos à lui à regarder dans les placards.  Ah ? Mais tu n'agis pas comme si tu l'aimais non plus. Roman ne l'avait jamais tenue avant cette nuit et pas sûr qu'il l'ait un jour vraiment regardé. Même si ? Même si quoi, Roman ?

Adel fronçait les sourcils, regardant Roman faire et essayant de comprendre ce qu'il se passait exactement avant de juger la situation. Ton thé est presque prêt. Hm. Mais ça lui passait au dessus, à cet instant, en fait. Tout lui passait au dessus, sauf lui. Il s'approchait de Roman, lentement mais sûrement, jusqu'à venir dans son dos. Le laisser se faire à sa présence une ou deux secondes avant de glisser ses bras autour de lui et le serrer doucement contre lui, sans forcer les choses. Juste le tenir tout contre lui et venir déposer un baiser sur son épaule, un autre sur sa nuque.

C'est toi, l'amour de ma vie. Mon âme soeur. Et je t'aime. Je t'aime comme un fou. Tu es l'amour de ma vie, tu es mon mari. Tu es ce que j'ai de plus précieux et de plus cher et cela ne changera jamais. Cela n'a jamais changé. Je sais que j'ai été un peu distant mais parce que tu as toi-même mis une grande distance entre nous, parce que tu as refusé de me laisser approcher et me laisser t'aimer. Cesse d'imposer ça entre nous, Roman... Cesse de nous séparer comme ça.. Laisse moi vraiment t'approcher, laisse moi te montrer que je t'aime...

Et pour lui, cela n'avait rien à voir avec le sexe, c'était surtout des petites intentions. Le laisser vraiment approcher, le laisser l'embrasser, l'enlacer, rien que ça, ça serait énorme.

Il n'y a rien de comparable entre mon amour pour toi et pour ce bébé. Toi tu es mon mari, elle est ma fille. Notre fille.

Il savait qu'imposer des choses à Roman était la dernière chose à faire, c'était bien pour ça qu'il faisait attention à ce qu'il lui disait. Il leur avait imposé ce bébé, il le savait, mais n'avait pas eu le choix non plus. Et... Il hésitait vraiment à lui dire que soit il se faisait à l'idée qu'ils avaient cet enfant, soit c'était terminé entre eux. Simplement parce qu'il savait que par orgueil, Roman dirait que c'était terminé et qu'ainsi, ils morfleraient encore plus. Roman voulait-il seulement encore de lui ? Adel se reculait en y pensant. Un pas, deux pas. Il déglutissait. D'une voix tremblante, il soufflait ;

C'est terminé, c'est ça ...?

Une voix tremblante parce qu'il avait cette impression soudaine. Aux réactions de Roman ou au manque de réactions de Roman. Tout semblait lui indiquer que c'était la fin et que Roman avait juste voulu faire ça "en douceur", le temps qu'Adel comprenne. Cela revenait à ses pensées de la veille, que tout était fini entre eux et qu'un jour il rentrerait et Roman serait parti. Ils avaient passés une belle nuit à dormir ensemble mais cette tension lui mettait un sérieux doute.
(c) DΛNDELION


nothing else matters
♛ Listen, ain't no mountain high, ain't no valley low, ain't no river wide enough. If you need me call me no matter where you are, no matter how far don't worry. Just call my name I'll be there in a hurry, you don't have to worry. 'Cause baby there ain't no mountain high enough, ain't no valley low enough, ain't no river wide enough to keep me from getting to you.
Revenir en haut Aller en bas
Roman Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1145-roman-avilov-good- https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1152-roman-avilov-push-me-and-i-will-end-you-in-a-pacific-way-or-not#6704
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_ojjd7o6B7m1v0t5cvo4_540
LIEU ORIGINEL : Cette terre
D'OÙ VIENS-TU ? : Né en Russie, élevé en Australie
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Heaven ( avat)
AVENTURES : 304
DATE D'ARRIVEE : 17/12/2018
MULTIFACE : Steven & Loki & Ethan & Alekseï & Constantine & William
STATUT RP : Fermé
STATUT CIVIL : Au fond de lui, bien enfoui dans son inconscient, il se sait être en couple. Il n'en a juste pas encore percuté
AVEC : Adel Wayne, l'unique
METIER : Avocat dans un grand cabinet
Without you. | Romandel - Page 2 UETEmVb
CAMP : Dans un petit camp
LOCALISATION : Brisbane

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty26.05.19 16:36


Without you
Romandel

« The distance in your eyes. Oh no, I've said too much. I set it up. That's me in the corner. That's me in the spotlight. Losing my religion. Trying to keep up with you and I don't know if I can do it. Oh no, I've said too much. I haven't said enough. I thought that I heard you laughing. I thought that I heard you sing. I think I thought I saw you try. Every whisper of every waking hour I'm choosing my confessions. Trying to keep an eye on you, like a hurt lost and blinded fool, fool. Oh no, I've said too much. I set it up »
À croire que toutes ces années, Adel a fait semblant de le comprendre et que lui n'y a vu que du feu. Ou alors c'est ce mariage qui a changé son homme, comme si maintenant Adel peut tout se permettre et surtout de le blesser, de lui parler n'importe comment, de l'accuser de tous les maux. D'accord pour ce dernier mois, Roman n'est pas tout blanc mais Adel n'y est pas pour rien non plus et là le russe pensait que ça allait s'arranger. Que tout allait revenir à la normale. Comment a t-il pu être aussi idiot alors que la simple présence de la petite rend ça impossible et qu'Adel le lui fait comprendre avant de partir chez les voisins. Sans oublier que ça lui montre que non, son homme n'a toujours pas compris le réel problème, qu'il ne voit toujours pas ce qu'il y a. Alors pourquoi il s'est excusé cette nuit ? Pour faire joli ? En pensant que ça suffirait à Roman pour tout oublier ? Que les compteurs pourraient repartir de zéro ?

Finalement sa douche ne l'a pas aidé à se détendre malgré ses pensées qui tournent en rond et le russe réagit aussitôt qu'Adel est de retour. Pourquoi s'est-il quand même donné la peine de commencer à préparer le petit déjeuner ? Ah oui c'est vrai parce que lui en a envie et que malheureusement il aime toujours son homme plus que tout. Oui, on repassera pour la détente alors qu'il lâche ça à Adel sans même le regarder. S'arrêtant pourtant avant de terminer sa phrase, une ultime manière de voir si son homme ne le comprend réellement plus ou s'il y a encore de l'espoir. Il ne veut pas lui faciliter la tâche, ça ne doit pas arriver. Roman a beau faire genre, il souffre depuis un mois, énormément même, à cause de la seule personne au monde en qui il a confiance, qu'il aime, pour qui il ferait tout. Lui qui pensait réellement que jamais Adel ne pourrait lui faire du mal...

Préférant embrayer sur le reste aussi, même s'il n'en pas envie, lui disant que c'est presque prêt parce que c'est le cas. Un peu un "tu vas pouvoir boire ton thé et me laisser", imaginant déjà Adel repartir chercher la petite ou il ne sait quoi. Pourtant, Roman le sent et l'entend approcher dans son dos alors que l'eau a terminé de chauffer, plus qu'à remplir les tasses. Même s'il n'y songe plus à l'instant même où il sent les bras d'Adel autour de lui, se tendant un peu plus encore. Fermant pourtant les yeux aux baisers sur son épaule puis sur sa nuque. Il pourrait céder le russe en entendant les paroles d'Adel, du moins le début parce que la suite ne fait que lui montrer que son homme n'a réellement rien compris. Serrant les dents pour ne pas se laisser aller à lui répondre, à lui dire ce que lui peut ressentir.

QUOI ?! Roman pourrait le hurler ce quoi avec les dernières paroles d'Adel, lui faisant faire demi-tour sur place, vivement. Sérieux ? C'est quoi cet air de chien battu que son homme peut lui faire là ?

- C'est une question ou une affirmation ?

Son regard passant du visage à la main d'Adel, celle où il porte son alliance. Normalement. Est-ce qu'il aurait loupé un détail ?

- C'est toi qui nous sépare, c'est toi qui a brisé notre couple et tu oses me demander ça ?!

À croire qu'un fusible a sauté dans sa tête parce que Roman n'a pas terminé.

- Est-ce qu'au moins une seule seconde pendant ce mois écoulé tu t'es demandé pourquoi j'ai réagit comme ça ? Vraiment réagit au lieu de croire des conneries. Tu crois vraiment que c'est parce que tu m'as imposé la gamine ? D'ailleurs, rien que pour le principe est-ce que tu as songé une seule seconde à me demander mon avis ? Oui je dis bien pour le principe mais visiblement tu es persuadé que j'aurais pu te refuser de la garder. Visiblement tu as oublié que MOI je te connais par coeur, que je sais à quel point tu as envie d'être père même si tout a changé contrairement à ce que tu dis, même si tu l'as laissée me voler mon mari, tu l'as aidée même.

Adel a beau avoir reculé de deux pas, Roman le trouve encore trop proche et se décale un peu plus encore.

- Tu m'as repoussé et tu t'es rué sur elle pour ensuite te casser encore plus loin ! Tu m'as trahi, tu m'as abandonné Adel, toi la seule personne au monde en qui j'avais confiance, qui n'aurait jamais dû pouvoir me blesser ! Et malgré ça, tu m'as fait la peur de ma vie, j'ai cru te perdre ce jour là avec les morts mais ça tu en avais rien à foutre parce qu'elle était là.

Croisant en même temps les bras sur la poitrine. Mécanisme de défense.

- À la seconde où tu l'as entendue, tu en as plus rien eu à foutre de moi !

S'il n'a pas vraiment gueulé tout du long, c'est surtout ce qu'il a pu ressentir qu'il a "hurlé" avec ses mots, avec sa posture. Même s'il n'est pas comme Adel a avoir les larmes au bord des yeux pour tout et rien, il compense en étant un peu trop fébrile. Oui, ça a claqué dans sa tête.
(c) DΛNDELION


Say that you want me every day. That you want me every way. That you need me. Got me trippin' super psycho love. Aim, pull the trigger. Feel the pain getting bigger. Go insane from the bitter feeling. Trippin' super psycho love.


Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adel Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1148-adel-wayne-i-m-not https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1149-adel-wayne-i-m-not-the-batman
Without you. | Romandel - Page 2 HeFsfeJ
LIEU ORIGINEL : Nul part.
D'OÙ VIENS-TU ? : Angleterre, cet univers.
AVATAR : Chris Evans.
COPYRIGHT : ichi ♥ (avatar)
AVENTURES : 224
DATE D'ARRIVEE : 22/10/2018
MULTIFACE : James Barnes, Daenerys Targaryen, Odin Thorson, Edrick Harrington, Connor, Billy Hargrove, Carol Danvers, Pamela Isley, Thor Odinson, Isaiah Warren, Dean Winchester.
STATUT RP : Ouvert
STATUT CIVIL : En couple. Même si l'homme avec qui il est ne semble pas s'en rendre compte.
AVEC : Roman Avilov, le seul et unique.
METIER : Chirurgien.
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_pxhttdKYK41qkl3pqo2_540
CAMP : Un petit camp de survivant dans un quartier de Brisbane.
LOCALISATION : Est.

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty26.05.19 23:58

without you
romandel

« Without you, there's no change, my nights and days are gray. If I reached out and touched the rain, it wouldn't feel the same. Without you, I'd be lost, I'd slip down from the top, I'd slide down so low, boy, you'd never, never know. Without you in my life, I'd slowly wilt and die, but with you by my side, you're the reason I'm alive. But with you in my life, you're the reason I'm alive. But without you...  »
Adel se glissait contre lui, dans son dos, il glissait ses mains autour de lui, sur son torse. Des baisers qu'il ne pouvait s'empêcher de déposer sur son épaule, sur sa nuque. Laisse moi t'aimer, laisse moi faire, par pitié. L'enlacer, prendre les devants. Le genre de chose qu'en temps normal Roman ferait mais qu'il faisait plutôt, au lieu d'attendre ce qui n'arriverait probablement jamais. L'impression que c'était à lui de faire constamment des pas vers Roman alors qu'il était plus qu'usé par tout ça. Il était à bout de ce qu'il pouvait supporter mais il essayait encore et encore, par amour. Il l'aimait à en crever alors il essayait, encore et encore. Il lui disait, d'ailleurs. Je t'aime, je t'aime tellement. Il lui exprimait son amour, même si Roman refusait de l'entendre. Mais il l'aimait tellement et avait tellement peur de le perdre à chaque instant qu'il essayait, encore et encore.

Jusqu'à finalement se reculer ; Roman ne réagissait toujours pas, restait froid, se tendait comme s'il ne voulait plus de lui et qu'il préférait qu'il recule. Il n'avait pas d'autre choix que se reculer. Et finir par lui poser la question fatidique, puisqu'il n'en pouvait plus de ce silence, de ces non-dits et de cette potence avec la lame qui menaçait à chaque seconde de tomber mais sans qu'il ne puisse savoir quand ça arriverait vraiment. Ah, enfin une réaction. Sauf qu'il n'aimait vraiment pas ce qu'il pouvait voir sur les traits de Roman suite à ça. Mais c'était enfin une réaction. Enfin.

- C'est une question ou une affirmation ?

Comment pouvait-il dire ça alors que c'était Adel qui chaque jour faisait des pas vers lui et se faisait rejeter comme de la merde au mieux, ignoré totalement au pire ? Ou l'inverse, qu'importe, c'était insupportable dans les deux cas. Invivable, même.

- C'est toi qui nous sépare, c'est toi qui a brisé notre couple et tu oses me demander ça ?!

Attends, quoi ? Tu te fous de ma gueule ? Roman osait inverser les rôles, comme ça ? Adel ouvrait grand les yeux d'abord puis.. fronçait les sourcils. En temps normal, Adel aurait acquiescé, aurait dit que c'était sa faute, se serait flagellé même en sachant qu'il n'était pas en tort, il aurait quand même trouvé les raisons pour dire que c'était sa faute. Là ? Non. Il ne pouvait pas. Adel fronçait les sourcils et son énervement se voyait très clairement sur ses traits. Roman pouvait l'accuser de bien des choses mais certainement pas de ça, pas après tous les putain d'efforts qu'il avait fourni au cours de ce mois et demi écoulé pour récupérer Roman et s'être fait repoussé. Hors de question.

Il écoutait pourtant Roman, sa colère ne faisait que s'accroître à mesure que Roman parlait. Est-ce que Roman se rendait compte de ce qu'il disait, par rapport à ce qu'il leur avait infligé de lui-même ? Ce qu'il avait choisi de leur infliger ? Lui demander pour garder la petite ? Mais QUAND aurait-il pu le faire, puisque Roman ne répondait jamais quand il lui parlait ? Même si tu l'as laissée me voler mon mari, tu l'as aidée même. La jalousie, il la voyait, il ne la comprenait juste pas. Il était jaloux, oui, il l'avait toujours su, il était jaloux et possessif et Adel n'était pas mieux non plus, mais... d'un bébé ? Là il ne comprenait pas. Un bébé. Il comprenait enfin aussi par la suite ce qu'il s'était passé et... Il était complètement perdu. Roman avait eu peur de le perdre et était en plus de ça jaloux d'un bébé, il était vraiment perdu. Comment pouvait-il avoir peur de le perdre et mettre lui-même cette barrière entre eux ?

Il ne comprenait vraiment pas comment Roman avait pu en arriver là, à cette conclusion, à se monter la tête comme ça. Et évidemment, Adel en avait les larmes aux yeux d'entendre ça. Blessé parce que Roman ne se rendait pas compte de ce qu'il avait causé lui-même, mais aussi de la jalousie vive qu'il ressentait. Il portait les mains à son visage, essayait d'inspirer profondément. Alors c'était ça ? Vraiment ? Roman en était là ? Comment avait-il pu croire qu'Adel n'en n'avait rien à foutre de lui ? Il avait tué des hommes pour lui. Il avait sacrifié ses rations d'eau et nourriture pour lui. Il avait sacrifié des maisons confortables pour le suivre sur les routes parce qu'il était paranoïaque. Et dernièrement, il avait tenté mille et une façon de le récupérer et Roman n'en n'avait rien eu à foutre. Comment pouvait-il croire tout ça après tout ce qu'Adel avait fait pour lui ? Il lui faisait à manger à chaque repas. Il veillait à lui faire ses repas préférés avec le peu qu'ils avaient récoltés, il se débrouillait pour avoir ce que Roman préférait. Il veillait à ce que son linge soit propre, qu'il dorme dans un lit propre et confortable. Il veillait à ce qu'ils vivent dans une maison propre et confortable, comme si tout était normal. Il veillait à lui ramener de quoi s'occuper, des livres notamment. Il l'avait toujours suivi et avait toujours son sac prêt pour le moment où Roman jugerait qu'ils étaient restés trop longtemps dans ce campement. Chaque repas, matin, midi, soir, était préparé pour lui, pour qu'il n'ait pas à penser à ça et que tout soit prêt pour lui. Chaque soir, il essayait de le récupérer au lit, jusqu'à avoir finalement compris que ça n'arriverait pas. Et Roman lui disait que c'était lui qui avait causé tout ça ? Qu'il avait brisé leur couple ? C'était donc ça, c'était terminé ? La crise d'angoisse qui menaçait d'arriver. La crise de panique. C'était ça, c'était fini ? Avec tout ce qu'il avait pu essayer de faire pour Roman, c'était terminé ? Il voulait le tuer, c'est ça ?

Comme...comment tu p...peux dire ça... Comment...

Il inspirait et expirait entre ses mains, à défaut d'avoir un sac dans lequel respirer. Il inspirait profondément. Comment est-ce que Roman pouvait seulement dire ça... Penser ça... C'était donc encore ça, Roman en était encore là, à juste tout faire pour le blesser ? Mais qu'il le tue, qu'il abrège ses souffrances, par pitié, mais que ça s'arrête. Après une minute à respirer profondément, il finissait par parler, tout bas. Calmement certes mais sa voix tremblait, il était partagé entre le choc et l'énervement.

Tu me perds parce que tu m'abandonnes, Roman... TU m'abandonnes. Tu ne me touches plus... ne m'embrasses plus. Tu ne m'as plus touché depuis un mois et demi. Tu ne m'as plus embrassé depuis un mois et demi avant cette nuit. Et encore, c'est MOI qui ait fait le premier pas. Moi. Pas toi. J'ai pendant tout ce temps tenté de m'approcher de toi... Rien qu'un câlin... Tu ne m'as jamais rien rendu. Pas un câlin, pas un baiser, pas une caresse. Tu dormais dos à moi. Tu m'as abandonné Roman. Tu m'as délaissé et je n'avais plus qu'Anastasia. Tu m'as délaissé. Chaque nuit j'ai essayé de me glisser contre toi mais tu ne t'es jamais, jamais retourné... Je n'avais plus qu'Anastasia... Te demander pour la garder ...? Tu ne me parlais plus, tu ne répondais à rien... Quand aurais-je seulement pu ...?

Adel savait que cela avait été de la folie, autant qu'il ignorait à quel point c'en était. Parce qu'Adel en était arrivé là aussi, au bout de cinq années d'apocalypse, il craquait aussi, nerveusement. Comme si Ana était sa seule et unique chance d'avoir un jour un enfant alors il l'avait gardée et n'avait rien demandé, pour lui c'était juste l'évidence qu'elle devrait être sa fille. C'était un besoin viscéral qu'il avait d'avoir cet enfant et il pensait que Roman ne comprendrait jamais ça. Ce n'était pas une lubie, pas un simple craquage, c'était un besoin sur lequel il n'avait aucun contrôle. Adel avait perdu les pédales à sa façon, comme n'importe qui dans leur monde finissait par craquer pour une raison x ou y. Adel avait aussi déjà foncé comme ça, pour Roman, dans le tas. Alors en quoi c'était différent cette fois ? Parce que ce n'était pas pour lui ? Il se frottait les yeux. Il fallait tempérer tout ça ou essayer mais il était vraiment à bout. Roman ne l'avait pas ménagé et lui devrait le faire ? Il savait que ça risquait de dégénérer, surtout. Tant pis, s'il fallait en passer par là pour mettre les choses à plat, tirer les choses au clair... Pourtant...

Je... je suis désolé d'être parti comme ça. Je suis désolé d'avoir foncé comme ça... De t'avoir fait peur et que tu aies pu croire que je te trahissais. Mais... Je le referais encore s'il le fallait, Roman... C'était un bébé... Je n'aurais jamais pu vivre avec ça sur la conscience alors que j'aurais pu faire quelque chose... Et je sais que ce que j'ai fais été la seule chose à faire... Mais comment tu peux dire que j'ai brisé notre couple alors que c'est toi qui t'obstine à me tenir à l'écart, à refuser mes avances, à refuser chacun de mes pas et comment tu peux oser dire que je n'ai rien fais pour te récupérer alors que tu t'acharnais à me retirer de ta vie, à faire comme si je n'existais plus... Comme si tout ce qu'on avait pu vivre n'existait plus... Tu peux me reprocher des choses et je le conçois mais n'inverse pas les rôles sur pas mal d'autres choses, ne me fais pas passer pour ce que je ne suis pas et ne me met pas tes erreurs sur le dos. Là encore je ne fais que te dire que je t'aime à en crever, que je t'aime comme un fou et je n'ai de toi pas même un regard, aucun amour dans le regard, aucun geste... tu ne me retournes rien, tu ne me rends rien, tu ne m'aimes plus, tu ne m'aimes pas... Comment veux-tu que je lutte contre ça ...?

Il y a encore quatre ans et demi, voir quatre ans, jamais Adel n'aurait dit tout ça à Roman. Par peur, surtout. Mais Roman lui avait appris à s'affranchir, à parler plus clairement, plus directement. Il inspirait profondément. Si à la limite il pouvait essayer de séduire Roman à nouveau, si à la limite ses gestes avaient le moindre impacte, il aurait pu tenter de le reconquérir, mais Roman était hermétique à tout.

Si tu veux partir alors vas-y... Mais il n'y aura aucun retour possible...

Parce que le jour où Roman partirait, il irait confier Ana à leur voisin et irait sûrement se faire sauter la cervelle dans la chambre. Extrême ? Peut-être. Il ne trouvait pas. Il ne pouvait juste pas vivre sans Roman et ne comptait pas le faire non plus. Adel n'avait jamais été du genre suicidaire, il savait par contre que Roman était son âme soeur et que s'il le perdait, il perdait tout, la tête comprise. Il aurait pu tenir pour Ana mais il savait déjà qu'il perdrait trop la tête pour pouvoir l'éduquer correctement. Il perdrait prise, il perdrait pieds définitivement. Roman était sa raison de vivre, il l'avait souvent dit. Pour autant, s'il lui disait ces mots, il ne lui disait pas pourquoi le retour ne serait pas possible. Attiser la pitié, il n'aimait pas ça et n'avait pas pour but de le faire pour "gagner la dispute". C'était juste un fait. Si tu veux partir, pars, mais si tu reviens, ne t'étonne pas de ce que tu trouveras ou ne trouveras plus. Et en même temps, si Roman voulait partir, Adel était aussi capable d'essayer de le retrouver pour le tuer et se tuer ensuite. Il était capable de tout, il le savait. Est-ce que Roman pouvait voir cette folie dans le regard d'Adel ou est-ce qu'ils s'étaient si éloignés qu'il ne verrait rien ? Tout était possible. Adel était pourtant le plus raisonnable des deux sur le papier, mais il était aussi et surtout le plus fragile, le moins stable. Roman était ce qu'il avait de plus cher et il ne pouvait pas le perdre définitivement et vivre avec ça. Mais il ne pouvait pas retenir Roman, c'était comme retenir du vent avec une passoire. On ne pouvait pas retenir un homme comme Roman. Il n'était pas le genre d'homme qu'on pouvait retenir ou arrêter, bien au contraire, plus on essaierait et plus il ferait tout pour se barrer.

Il ne voyait pas quoi dire de plus à Roman. Sur le rien eu à foutre de moi, il préférait attendre que Roman se rende compte de lui-même à quel point il était le pire placé des deux pour sortir ça. S'il le faisait seulement... S'il s'en rendait seulement compte. Il aurait pu dire que c'était un exploit que Roman parle enfin et expose enfin ce qui n'allait pas mais il y avait tellement de conneries dont il s'était persuadé qu'il était sous le choc.

J'ai tué, pour toi. J'ai failli mourir un nombre incalculable de fois, pour toi. Je t'ai toujours fais passer avant tout le reste. Cela fait un mois et demi que je ne dors plus parce qu'au moindre pleure d'Ana la nuit, je me lève pour l'éloigner pour que tu puisses dormir. Un mois et demi que je me tue le dos dans le canapé pour te laisser dans le lit quand je n'y suis pas et qu'Ana ne dort pas. J'ai foncé dans le tas pour toi, un nombre incalculable de fois. J'ai fais passer mes envies et mes besoins, pour toi. Mais tu as toujours su que je voulais être père mais tu n'aurais jamais laissé ça faire, qu'importe la façon dont ça aurait pu arriver. Elle ne m'a jamais volée à toi, elle a juste été là pour moi quand toi tu m'as tourné le dos et j'ai été là pour elle quand sa famille a disparu. Toutes les nuits où je glissais dans le lit pour essayer de te récupérer mais que tu me tournais le dos. Jusqu'à cette fameuse nuit où on a failli se retrouver mais oui, ça a merdé, mais jamais tu n'as voulu recommencer, même quand elle dormait profondément. J'ai tout donné pour toi, Roman, je t'ai tout donné. Et tu me dis que j'ai brisé notre couple ? Mais qu'as-tu fais ce dernier mois, pour moi ? Qu'as-tu fais pour qu'on se retrouve ? Qu'as-tu fais pour m'aimer, qu'as-tu fais pour qu'on se retrouve ? Est-ce que tu t'es battu pour notre couple, est-ce que tu as levé le petit doigt pour moi ?

Jamais il ne nierait tout ce que Roman avait fait pour lui toutes ces années. Il ne jouerait pas au jeu de Roman sur ça à nier tout ce que l'autre a pu faire. Par contre, ce dernier mois, il était tout à fait légitime de dire que Roman n'avait rien fait.

Je suis désolé, profondément désolé, si tu as pu croire que j'ai voulu te blesser et je suis désolé, profondément désolé si je t'ai blessé, si j'ai pu te faire le moindre mal. Je n'ai jamais voulu que cela arrive. Tu peux dire ce que tu veux, te convaincre de toutes les conneries que tu veux. Mais j'ai toujours été honnête avec toi et je t'ai dis ce que je ressentais pour toi il n'y a pas cinq minutes. Je t'aime à en crever, putain.

Il parlait, parlait, parlait, à croire qu'il était impossible de le faire taire. C'était le choc, c'était l'émotion, la douleur. Le choc, surtout.
(c) DΛNDELION


nothing else matters
♛ Listen, ain't no mountain high, ain't no valley low, ain't no river wide enough. If you need me call me no matter where you are, no matter how far don't worry. Just call my name I'll be there in a hurry, you don't have to worry. 'Cause baby there ain't no mountain high enough, ain't no valley low enough, ain't no river wide enough to keep me from getting to you.
Revenir en haut Aller en bas
Roman Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1145-roman-avilov-good- https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1152-roman-avilov-push-me-and-i-will-end-you-in-a-pacific-way-or-not#6704
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_ojjd7o6B7m1v0t5cvo4_540
LIEU ORIGINEL : Cette terre
D'OÙ VIENS-TU ? : Né en Russie, élevé en Australie
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Heaven ( avat)
AVENTURES : 304
DATE D'ARRIVEE : 17/12/2018
MULTIFACE : Steven & Loki & Ethan & Alekseï & Constantine & William
STATUT RP : Fermé
STATUT CIVIL : Au fond de lui, bien enfoui dans son inconscient, il se sait être en couple. Il n'en a juste pas encore percuté
AVEC : Adel Wayne, l'unique
METIER : Avocat dans un grand cabinet
Without you. | Romandel - Page 2 UETEmVb
CAMP : Dans un petit camp
LOCALISATION : Brisbane

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty27.05.19 17:45


Without you
Romandel

« The distance in your eyes. Oh no, I've said too much. I set it up. That's me in the corner. That's me in the spotlight. Losing my religion. Trying to keep up with you and I don't know if I can do it. Oh no, I've said too much. I haven't said enough. I thought that I heard you laughing. I thought that I heard you sing. I think I thought I saw you try. Every whisper of every waking hour I'm choosing my confessions. Trying to keep an eye on you, like a hurt lost and blinded fool, fool. Oh no, I've said too much. I set it up »
Il laisse Adel venir contre lui mais il est encore énervé des paroles que son homme a pu avoir un peu plus tôt, à croire que ça ne finira jamais entre eux, qu'ils ne vont jamais arriver à se retrouver réellement. Et pour une fois, il ne pense pas au sexe en songeant à ça. Pourtant il ferme les yeux aux baisers, il est à deux doigts de céder aux paroles d'Adel parce que c'est rassurant de voir que oui son homme l'aime encore. Sauf que ça part en vrille après, ça lui montre qu'Adel n'a toujours pas compris le vrai fond du problème même si le russe est aussi en tort et qu'il le sait parfaitement.

Puis là, la question et un fusible semble sauter dans sa tête au russe qui se retourne et se met à tout lui balancer d'un coup, tout ce qu'il a pu ressentir ce jour là, comment il a pris les choses. Adel l'a trahi. Adel l'a abandonné. Adel lui a fait mal. Il sait que c'est peut-être trop extrême, qu'il est parti en live mais Roman a toujours été brut de décoffrage. Avant il arrivait à cacher les choses et y arrive encore devant les autres mais pas quand ça concerne Adel, jamais quand ça le concerne. Sans oublier que cette apocalypse n'a pas aidé du tout à le rendre moins sauvage, plus tempéré, c'est même plutôt le contraire. Sur la défensive en même temps qu'il lui "hurle" cette souffrance, forcément, il n'a jamais aimé parler de lui et ce qu'il lit sur le visage d'Adel l'aide à être en mode défensif encore un peu plus. La colère de son homme, le fait qu'il ait les larmes aux yeux puis ce début de crise de panique qu'il peut clairement lire à ses gestes.

Roman ne sait pas dans quel sens ça va partir mais ça ne va pas finir là, il le sait, il le voit, il le sent dans l'air. Les bras toujours croisés, son regard posé sur Adel, attendant ses réactions, parce qu'il le sait que son homme ne va pas stopper à son premier balbutiement. Bingo. Tout ce qu'il peut entendre lui fait mal, très mal, bien que ça ne soit pas totalement une surprise puisque justement il est conscient de ce qu'il a pu faire depuis un mois. De l'état dans lequel il a pu mettre Adel et dans lequel il s'est mis aussi. Sauf qu'il y a aussi le fait qu'à un moment donné, il ne savait plus comment sortir de là, comment briser cette spirale. Quand aurais-je seulement pu ...?

- Oh je ne sais pas, peut-être le jour même ? Au lieu de m'envoyer chier, ça aurait pu être pas mal !

Comment oublier la manière dont Adel a pu lui parler ce jour là, lui dire de la fermer et compagnie. Parce que oui, il n'y a pas eu que le comportement de son homme qui a fait que Roman ne s'est pas calmé, qu'il a fini par en aboyer sur Adel. Le laissant pourtant enchaîner et se contredire tout seul surtout sur un point, Roman encaissant tout ce qu'il entend comme il le peut. Fébrile, ses poings se serrant alors qu'il ne décroise pas les bras. Si Adel croit qu'il va tout avaler sans rien dire, c'est que vraiment, il ne connait plus Roman. Pensée qu'il a déjà eu et qui ne l'a pas totalement quitté...depuis un mois. Mais comment Adel peut croire que le russe ne l'aime plus alors qu'il l'aime à en crever ? Comment peut-il croire ça après tout ce que Roman a pu faire pour le lui montrer, le lui prouver au quotidien. Croire ça alors que le russe a changé aussi, pas radicalement mais il a changé pour Adel, pour le rendre heureux, pour être un peu plus apte à faire son bonheur au quotidien. Il encaisse aussi le "si tu veux partir", essayant vraiment de ne pas le prendre comme le fait que c'est qu'Adel voudrait. Son homme a beau lui dire qu'il l'aime encore, le russe se méfie de ça, il lui a dit "j'avais confiance en toi", ce n'est pas pour rien qu'il l'a mis au passé. Pas volontairement mais c'est sorti comme ça, cela veut bien dire ce que ça veut dire. Plus Adel parle et plus Roman serre les poings et les dents, pas forcément de colère et encore que, c'est sa manière d'exploser quand on le blesse, mais surtout parce que tout ce qu'il entend lui fait du mal. Parce qu'Adel semble toujours ne pas comprendre les choses et ce qu'il a pu faire.

- Tu me dis que tu es désolé mais tu emploies le si ? Il n'y a pas de si Adel, tu m'as blessé, tu m'as trahi ! Tu me dis que tu es désolé alors qu'il y a même pas deux minutes tu m'as dit que tu le referais ? Tu me dis que je ne t'aurais jamais laissé devenir père alors qu'il y a cinq minutes je t'ai dit que JAMAIS j'aurais pu te le refuser ? Tu m'as écouté au moins quand je te l'ai dit ?!

Roman se force à parler aussi calmement que possible, à ne pas laisser son accent ressortir, à ne pas exploser plus encore et finalement ça ne serait peut-être pas de colère là mais plutôt de larmes. Se forçant parce qu'au final, cela fait déjà longtemps qu'il a dit à Adel de ne jamais hésiter à le confronter même si son homme n'aime pas ça et que justement, son homme le fait là. Il n'hésite pas à lui mettre vraiment sous le nez à quel point il a pu déconner.

- Je sais très bien ce qu'il s'est passé ce dernier mois, scoop pour toi, j'étais là ! Tu as provoqué tout ça Adel, que tu le vois ou non, tu m'a blessé, tu m'as tourné le dos. Tu m'as envoyé chier et tu t'es étonné que j'en fasse autant ! Tu m'a montré que tu te foutais de moi et ne fait pas l'étonné, je te l'ai dit quand on est rentré que tu en avais rien à foutre mais est-ce que tu l'as entendu ça ? Est-ce que tu l'as vu ? Non. Il n'y en avait plus que pour la petite !

Est-ce que Roman capte que peut-être en effet, il y a aussi de la jalousie envers le bébé ? Non.

- Tu ne peux pas savoir le nombre de fois où j'ai failli te céder pendant ce mois, jusqu'à cette fois là et oh comme à chaque fois qu'elle se réveille tu as couru t'en occuper. Tu le fais à chaque fois même si elle ne dit rien, tu lâches tout et tu y vas. Comment voulais-tu que j'ai envie de tenter quoi que ce soit ?! Comment voulais-tu que je pense que tu m'aimais encore ?! Que tu n'avais pas simplement envie par envie et que j'étais là donc tu venais vers moi ?!

En gros, il reproche à Adel ce que lui-même aurait pu faire avant, aller trouver Adel pour se défouler. Reprochant à Adel ce que son homme lui a reproché il y a longtemps ; le prendre pour un objet.

- Ce n'est pas une excuse mais je savais plus comment m'y prendre pour briser ça, je croyais vraiment que tu ne m'aimais plus. Pourtant, malgré tout ça, je veux juste retrouver l'homme qui me donne autant que je lui donne, celui qui me fait sourire, qui me fait rire. Retrouver l'homme qui a réussi à avoir mon coeur, celui pour qui je ferais tout et n'importe quoi, celui à qui j'ai demandé de devenir mon mari, celui à qui j'ai promis fidélité et qui sait que pour moi cela veut tout dire.

Finissant par décroiser les bras et se rapprocher d'Adel.

- Non, je ne veux pas partir, comment je le pourrais, je pourrais pas vivre sans toi. Vivre sans l'amour de ma vie, mon âme soeur à quoi bon ? C'est pour toi que j'encaisse toute cette merde dehors. Putain, je t'aime à en crever Adel.

Craquant complètement surtout et oui, cette fois c'est lui qui a les larmes aux yeux alors qu'il se rapproche encore pour prendre Adel dans ses bras. De force peut-être ? Mais oui il craque.

- Je suis désolé, chaton, tellement désolé pour ce que je nous ai fait ce mois, pour tout ce que je t'ai fait. Pour t'avoir ignoré. Pour t'avoir laisser penser que je ne t'aime plus. Pour ne pas m'être occupé de toi. Pour tout. Je t'aime tellement.

Ils ont joués aux cons tous les deux, lui peut-être même plus qu'Adel et oui comme il l'a dit ce n'était pas une excuse mais il ne savait plus comment sortir de là jusqu'à hier soir.
(c) DΛNDELION


Say that you want me every day. That you want me every way. That you need me. Got me trippin' super psycho love. Aim, pull the trigger. Feel the pain getting bigger. Go insane from the bitter feeling. Trippin' super psycho love.


Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adel Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1148-adel-wayne-i-m-not https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1149-adel-wayne-i-m-not-the-batman
Without you. | Romandel - Page 2 HeFsfeJ
LIEU ORIGINEL : Nul part.
D'OÙ VIENS-TU ? : Angleterre, cet univers.
AVATAR : Chris Evans.
COPYRIGHT : ichi ♥ (avatar)
AVENTURES : 224
DATE D'ARRIVEE : 22/10/2018
MULTIFACE : James Barnes, Daenerys Targaryen, Odin Thorson, Edrick Harrington, Connor, Billy Hargrove, Carol Danvers, Pamela Isley, Thor Odinson, Isaiah Warren, Dean Winchester.
STATUT RP : Ouvert
STATUT CIVIL : En couple. Même si l'homme avec qui il est ne semble pas s'en rendre compte.
AVEC : Roman Avilov, le seul et unique.
METIER : Chirurgien.
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_pxhttdKYK41qkl3pqo2_540
CAMP : Un petit camp de survivant dans un quartier de Brisbane.
LOCALISATION : Est.

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty27.05.19 22:12

without you
romandel

« Without you, there's no change, my nights and days are gray. If I reached out and touched the rain, it wouldn't feel the same. Without you, I'd be lost, I'd slip down from the top, I'd slide down so low, boy, you'd never, never know. Without you in my life, I'd slowly wilt and die, but with you by my side, you're the reason I'm alive. But with you in my life, you're the reason I'm alive. But without you...  »
Ils avaient toujours été extrême l'un envers l'autre, du moins, depuis l'apocalypse. Ils s'aimaient à en crever et avaient fait l'un pour l'autre ce qu'ils n'auraient jamais, ô grand jamais fais pour qui que ce soit d'autre. Rien que le fait de tuer quelqu'un pour Roman était la preuve même d'à quel point Adel pouvait l'aimer et à quel point c'était extrême, comme amour. Supprimer une vie pour préserver celle de son homme.

Oh je ne sais pas, peut-être le jour même ? Au lieu de m'envoyer chier, ça aurait pu être pas mal !
Ah, oui, ce fameux jour où tu m'as dis de me démerder avec la gamine et que tu ne voulais rien à voir avec ? Que je devrais me démerder seul et l'assumer seul ?

Adel savait qu'il avait été trop loin ce jour là, mais pour une chose, la façon dont il lui avait parlé. Il exposait son point de vue, parce qu'il pouvait enfin parler, être entendu - mais pas forcément écouté et compris - et il n'en pouvait de toute façon plus de cette situation et ce qu'ils se gardaient de dire. Il était temps que ça explose entre eux, quitte à ce que ce soit violent mais qu'ils finissent par se retrouver ensuite, du moins, si Roman voulait seulement qu'ils se retrouvent, parce qu'il lui indiquait absolument tout l'inverse depuis un mois et demi.

- Tu me dis que tu es désolé mais tu emploies le si ? Il n'y a pas de si Adel, tu m'as blessé, tu m'as trahi ! Tu me dis que tu es désolé alors qu'il y a même pas deux minutes tu m'as dit que tu le referais ? Tu me dis que je ne t'aurais jamais laissé devenir père alors qu'il y a cinq minutes je t'ai dit que JAMAIS j'aurais pu te le refuser ? Tu m'as écouté au moins quand je te l'ai dit ?!
J'étais sensé le savoir à ce moment là ? Tu crois quoi, que je lis dans tes pensées, que je vois l'avenir et que je savais il y a un mois et demi que tu me dirais que tu ne me l'aurais jamais refusée ?! J'ai besoin de cet enfant et elle a besoin de moi, point !

S'il hurlait cette dernière phrase ? Oui. Parce qu'il était plus que sensible à ce sujet, qu'il n'était pas très net non plus à ce sujet et qu'il était loin de vouloir le reconnaître. Elle était sa fille, point. A Roman de l'accepter vraiment et arrêter de l'emmerder avec ça, parce qu'il ne reviendrait pas dessus. Et il voyait la jalousie, il la ressentait. Comment Roman pouvait-il seulement avoir le culot de se plaindre d'avoir été délaissé alors que c'était lui qui lui avait tourné le dos et n'avait accepté presque aucune de ses avances ? Du simple câlin, du simple baiser au sexe, il avait même essayé la bouffe, il avait essayé des conversations mais rien, absolument rien. Roman était plus que mal placé pour dire des choses pareil alors qu'ils en étaient là aussi par sa faute.

- Je sais très bien ce qu'il s'est passé ce dernier mois, scoop pour toi, j'étais là ! Tu as provoqué tout ça Adel, TU as provoqué ça ! que tu le vois ou non, tu m'a blessé, tu m'as tourné le dos. Tu m'as envoyé chier et tu t'es étonné que j'en fasse autant ! Tu m'a montré que tu te foutais de moi et ne fait pas l'étonné, je te l'ai dit quand on est rentré que tu en avais rien à foutre mais est-ce que tu l'as entendu ça ? Est-ce que tu l'as vu ? Non. Il n'y en avait plus que pour la petite !

Il l'interrompait et ne laisserait pas ça passer, Roman seul avait provoquer ça, Roman seul les avait séparé, lui et sa putain de fierté. Après cinq ans ensemble et un mariage, Roman aurait du lui parler au lieu de jouer au roi du silence pendant un mois et demi. Ils s'étaient toujours dit et Adel n'était pas devin, Roman aurait du lui dire. Mais là encore il voyait la jalousie pour la gamine, jalousie mal placée, c'était un bébé dont la mère venait de mourir, un bébé qui, lorsqu'il l'a récupérée, était couverte de cicatrices, de plaies, sa peau était rougie par la crasse et les frottements. Le bébé était à plaindre, pas Roman. Le bébé avait besoin d'énormément d'attention, pas Roman qui était capable de se gérer seul. Mais malgré lui, il comprenait que Roman avait pris l'habitude qu'Adel prenne soin de lui et que soudainement ces soins dirigeaient vers une autre ne lui plaisaient pas. Pourtant, Adel avait tellement d'amour à donner qu'il était parfaitement capable de gérer mari et bébé, il l'aurait fait si Roman ne lui avait pas tourné le dos.

Elle était blessée, Roman ! Elle était gravement blessée ! L'étais-tu ?! Sa peau était rougie par la crasse et les frottements, elle pleurait à cause de la douleur de sa peau déshydratée et sale, d'une infection, sans parler de la peau sur les os, j'avais pas le choix !

Il lui coupait à nouveau la parole, parce que Roman ne réalisait pas tout ce qu'il s'était passé aussi pour eux, que ce soit lui mais aussi Ana et ce qu'il avait du faire. L'état dans lequel il l'avait retrouvée, l'infection parce que les couches n'étaient presque jamais changées, la peau sur les os parce qu'elle n'avait pas eu suffisamment à manger dans sa toute jeune vie. Il avait du veiller sur elle de près et ne regrettait pas, Roman n'était pas celui à plaindre des deux puisque Roman savait se gérer contrairement à elle qui en était tout simplement incapable. Que tu n'avais pas simplement envie par envie et que j'étais là donc tu venais vers moi ?! Nouvelle incompréhension pour Adel, puisqu'il n'a jamais été le plus porté sur le sexe des deux mais qu'il savait que lors de leur disputes, c'était toujours le meilleur moyen pour se réconcilier, le sexe. Il avait réussi pendant longtemps à l'amadouer de cette manière, surtout parce qu'il savait que c'était l'une des faiblesse de Roman et qu'en soi... il y avait bien pire pour Roman que voir son compagnon se mettre à genoux pour déboutonner son pantalon et lui faire plaisir avec ses lèvres ou bien pire pour Roman que se faire grimper dessus par son homme qui l'aimait et lui montrait physiquement, quand ce n'était pas avec de la nourriture qui le faisait. La nourriture, la vraie, bonne, était rare, le sexe par contre, c'était n'importe quand et ce n'était pas bien compliqué pour eux. Sauf qu'il savait que Roman se laissait faire volontairement, il l'avait déjà soupçonné de faire exprès de bouder juste pour voir Adel se mettre à genoux devant lui, ça avait toujours été plus que consenti et il le savait, sinon, il n'aurait rien tenté. Roman avait failli craquer plus d'une fois et il se souvenait d'une fois en particulier où ça avait été particulièrement chaud entre eux ce mois-ci mais ça n'avait finalement mené à rien parce que la gamine s'était réveillée. Il lui disait juste là, clairement, s'il allait la voir, c'était surtout parce qu'elle avait déjà tant souffert dans sa vie qu'il ne voulait pas que ça continue, tout en sachant qu'il en faisait trop et qu'elle en profitait bien pour avoir ses bras, mais c'était aussi pour laisser Roman dormir en l'éloignant et lui éviter de criser et donc faire criser Roman. Ana avait comme un détecteur de présence, selon lui, comme si elle savait que les deux époux se retrouvaient enfin et hop, elle intervenait. Allaient-ils tous les deux jouer à ce jeu de possessivité avec Adel ? Il espérait que non. Mais chaque fois que ça commençait à se réchauffer entre eux, elle était intervenue. Qu'aurait-il pu faire, la laisser hurler ? Il n'aurait pas réussi. Ca aurait de toute façon coupé tout effet.

- Ce n'est pas une excuse mais je savais plus comment m'y prendre pour briser ça, je croyais vraiment que tu ne m'aimais plus. Pourtant, malgré tout ça, je veux juste retrouver l'homme qui me donne autant que je lui donne, celui qui me fait sourire, qui me fait rire. Retrouver l'homme qui a réussi à avoir mon coeur, celui pour qui je ferais tout et n'importe quoi, celui à qui j'ai demandé de devenir mon mari, celui à qui j'ai promis fidélité et qui sait que pour moi cela veut tout dire.

Ah, putain, enfin ! Enfin il ouvrait les yeux sur le fait qu'il était celui qui les avait séparé au point que se retrouver n'était plus possible de manière naturelle ! Que c'était lui qui avait causé ça, pas Adel ! Adel savait qu'il n'était pas tout blanc mais Roman n'avait fait qu'empirer le problème à force d'attendre encore et encore. Il ne comprenait juste pas comment la conversation était entrain de tourner avec ce que Roman lui avait mis dans la gueule juste avant. Il ne comprenait pas comment tout était soudainement entrain de dégénérer dans les phrases de Roman et que... celui-ci venait le prendre dans ses bras ..? Hein ? L'amour de sa vie ? Je t'aime à en crever ? Adel fondait en larmes. Il craquait, enfin. Il fondait en larmes. Mais il ne le serrait pas dans ses bras, il gardait ses bras près de son corps, dans un premier temps. Pourquoi Roman lui faisait ça ? Pourquoi il s'amusait comme ça à le faire morfler ? C'était juste cruel, même venant de Roman, de passer de tout à rien. De rien à tout. Et là, chaton ? Plus de princesse en veux-tu en voilà en sachant comme Adel détestait ce surnom ? Pourquoi lui mettre tout ça dans la gueule et être soudainement si gentil et chercher la réconciliation ? Adel ne le tenait pas contre lui mais ne le repoussait pas, il posait juste son visage sur son épaule puis dans son cou pour y pleurer mais aussi sentir son odeur. Tellement mal au coeur, il était tellement mal. Bousillé. Ca avait été tellement dur sans lui, tellement l'enfer et l'enfer il lui avait fais mener jusqu'à il y a deux, trois minutes encore.

Je.. j'suis pas ton jouet Roman... Tu peux pas m'abandonner un mois et demi comme ça et me dire tout ça comme si tout était ma faute... Tu peux pas me briser le coeur comme ça et me dire juste après que tu m'aimes...

C'était terriblement malsain. Oh, il entendait bien que Roman s'excusait et que c'était quelque chose de très rare, il savait qu'il était sincère aussi mais Roman lui avait fait tellement de mal en le délaissant alors qu'il savait parfaitement comme il avait besoin d'amour et d'attention, c'était comme revenir des années en arrière quand Roman était froid et distant avec lui à ne pas vouloir le toucher ou le câliner après l'amour, c'était comme quand Roman ne venait à lui que parce que ça le démangeait et ils avaient pourtant depuis longtemps dépassés ce stade, les anneaux n'étaient pas à leur doigts pour rien. Il inspirait profondément l'odeur de Roman, pourtant et finissait, pourtant, par glisser ses mains sur ses hanches pour les tenir, le garder contre lui. Puis les glisser dans son dos nu et le garder contre lui, le serrer, un peu trop fort peut-être. Pleurer sans qu'il n'y ait de tissu pour récupérer les larmes, en voir certaines couler dans son dos, les vannes étaient ouvertes. Adel n'en pouvait plus d'être aussi faible, surtout avec Roman... Pourtant il plongeait finalement dans le bain, il se laissait avoir. Leur relation était vraiment malsaine.

J'ai tellement besoin de toi, j'ai tellement besoin de tes bras, que tu me tiennes, j'ai tellement besoin de ton amour, de ton affection, de tes caresses, de tes câlins, de tes baisers... Je t'aime tellement Roman... Personne ne peut te remplacer, j'te le promets, personne... C'est toi l'amour de ma vie.. c'est toi mon âme soeur... Je t'aime tellement Roman, j'te l'jure...

Parce que Roman avait quand même douté de son amour malgré tout, parce que Roman avait douté de lui alors qu'il lui avait toujours été loyal et fidèle, qu'il le serait toujours. Adel était pourtant le premier des deux à se reculer. Parce qu'il lui avait dit : je ne suis pas ton jouet. Roman ne pouvait pas l'engueuler en lui reprochant tous les maux, y compris d'avoir brisé leur couple et la seconde d'après lui dire qu'il l'aimait et l'appeler chaton. Il connaissait Roman et savait qu'il pouvait être bon manipulateur pour avoir ce qu'il voulait et il ne serait, à cet instant, pas étonné que Roman joue sur les cordes sensibles avec lui. La confiance de Roman n'était pas la seule à être ébranlée. Il lui avait presque brisé le coeur et Roman ne pouvait pas s'en tirer comme ça sans explications claires. Roman était resté calme dans ses paroles, mais Adel n'avait pas pris cette peine, trop à vif de ce qu'il s'était passé. Pourtant il lui disait ; l'amour de sa vie, son âme soeur, il l'aimait, tellement. Mais Roman ne devait pas jouer avec son coeur, Roman ne pouvait pas agir comme ça et il devait le comprendre. Il le regardait. Il contemplait son visage. Son regard se perdait un peu. Ils se faisaient tellement de mal et ça ne l'étonnait pourtant pas, ils s'aimaient tellement que ça partait forcément en sucette à un moment. C'était souvent comme ça entre eux, l'amour qui finissait par déborder, qu'ils ne savaient pas toujours gérer et boom. Adel n'était pas tout blanc non plus, lui aussi avait déjà craqué. Jalousie, possessivité extrême, Roman en avait déjà fais les frais alors il serait mal placé de le juger sur sa jalousie. Et au final, toute leur relation, à ses débuts en tout cas, n'avait été que guidée par la jalousie. Adel jalousait les conquêtes de Roman, Roman jalousait Richard. Puis pendant l'apocalypse, Adel s'était rapproché d'un homme dans un groupe reconstitués et leur premier baiser avait été sur la jalousie de Roman. Leur relation était guidée dans les grands faits par la possessivité, la jalousie, par les crises d'amour qui débordait. L'un comme l'autre.

Il reculait sans reculer, c'était surtout pour voir son visage et le regarder dans les yeux, voir si Roman comprenait ce qu'il se passait ou pas. S'il comprenait pourquoi il s'était reculé ou pas. Jusqu'où ça les mènerait.
(c) DΛNDELION


nothing else matters
♛ Listen, ain't no mountain high, ain't no valley low, ain't no river wide enough. If you need me call me no matter where you are, no matter how far don't worry. Just call my name I'll be there in a hurry, you don't have to worry. 'Cause baby there ain't no mountain high enough, ain't no valley low enough, ain't no river wide enough to keep me from getting to you.
Revenir en haut Aller en bas
Roman Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1145-roman-avilov-good- https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1152-roman-avilov-push-me-and-i-will-end-you-in-a-pacific-way-or-not#6704
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_ojjd7o6B7m1v0t5cvo4_540
LIEU ORIGINEL : Cette terre
D'OÙ VIENS-TU ? : Né en Russie, élevé en Australie
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Heaven ( avat)
AVENTURES : 304
DATE D'ARRIVEE : 17/12/2018
MULTIFACE : Steven & Loki & Ethan & Alekseï & Constantine & William
STATUT RP : Fermé
STATUT CIVIL : Au fond de lui, bien enfoui dans son inconscient, il se sait être en couple. Il n'en a juste pas encore percuté
AVEC : Adel Wayne, l'unique
METIER : Avocat dans un grand cabinet
Without you. | Romandel - Page 2 UETEmVb
CAMP : Dans un petit camp
LOCALISATION : Brisbane

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty28.05.19 18:10


Without you
Romandel

« The distance in your eyes. Oh no, I've said too much. I set it up. That's me in the corner. That's me in the spotlight. Losing my religion. Trying to keep up with you and I don't know if I can do it. Oh no, I've said too much. I haven't said enough. I thought that I heard you laughing. I thought that I heard you sing. I think I thought I saw you try. Every whisper of every waking hour I'm choosing my confessions. Trying to keep an eye on you, like a hurt lost and blinded fool, fool. Oh no, I've said too much. I set it up »
Tous les deux entrain de craquer, d'exploser à leur manière, est-ce que c'est vrai surprenant ? Non. C'est tellement fort entre eux que ça dérape et même si au fond de lui Roman n'aime pas ça parce qu'on le contredit, c'est Adel donc c'est forcément différent. Sans oublier que c'est lui-même qui a encouragé son homme à s'affirmer ainsi, à le contredire et le confronter quand c'est trop pour Adel. L'encourager parce que c'est quelque chose de nécessaire, parce que le russe ne voit pas toujours qu'il va trop loin, qu'il déraille avec son homme et donc qu'il vaut mieux qu'Adel le fasse. De toute façon, ce n'est pas parce qu'Adel va le confronter que Roman va se casser et le russe sait que ça a toujours été la peur de son homme qu'il puisse le quitter. Le quitter ou le tromper ou les deux, il suffit de voir comment les choses se sont passées le soir de sa demande en mariage.

Que je devrais me démerder seul et l'assumer seul ? Pourquoi tu crois que j'en suis venu là ? Clairement si Adel ne lui avait pas fait la peur de sa vie pour derrière l'envoyer chier ainsi, les choses se seraient passées différemment. La colère de Roman en retrouvant Adel, n'était pas là pour rien et pas dirigé contre le bébé, du moins au départ et malgré ses paroles. Il était en colère parce qu'il ne savait pas comment lui dire autrement à quel point il a pu avoir peur de perdre son homme. Il pourrait lui dire ça, lui poser cette question mais Roman ne le fait pas, passant dessus pour le moment ou peut-être même tout court. Ce n'est pas comme s'il maîtrisait vraiment ce qui est entrain de se passer, ce qu'il peut dire ou ne pas dire. Cela sort, point.

J'étais sensé le savoir à ce moment là ?
- OUI !

Oui, Adel était censé le savoir. Oui, Adel est censé connaître son homme et donc savoir qu'il n'aurait jamais dit non. Oui, Adel est censé savoir que son mari est parfaitement au courant d'à quel point il peut vouloir un enfant. Ce n'est pas comme s'ils avaient passés cinq ans sur les routes et croisés dieu sait combien de gamins. Ce n'est pas comme si à chaque fois, Roman voyait Adel aller vers les mômes et s'en occuper. Ce n'est pas comme si à chaque fois, Adel a pu lui dire qu'il aimerait être père.

Parti comme il est parti, Roman ne peut que poursuivre sur sa lancée et répondre à Adel, lui dire encore ce qu'il a pu ressentir et qui semble pourtant passer loin au dessus de son homme puisqu'il utilise le si dans ses phrases. Ce n'est pas si, tu l'as fait, point. Forcément qu'il ne pouvait que réagir ainsi, encore une fois, il ne contrôle plus rien là même s'il pourrait dire qu'au moins cette fois ce n'est pas lui qui frôle ou qui a la crise de panique. Le russe n'aurait jamais pu se taire et dire oui et amen à tout, c'est impossible même s'il a des torts, il ne peut pas fermer sa gueule et juste les reconnaître ses torts. Même quand Adel tente de l'interrompre comme il le fait, Roman ne changera pas d'avis, c'est son homme qui a tout provoqué au départ et c'est lui qui a continué et envenimé les choses tout ce mois. Mais en même temps, il maintient qu'Adel aurait dû comprendre qu'il l'a blessé, qu'il l'a abandonné et le comprendre sans que Roman n'ait à le lui dire. Il a vraiment eu l'impression qu'Adel ne le connaissait plus, ne le comprenait plus, ne l'aimait plus et il n'a pas pu lutter contre ça. Le passage sur la gamine, c'est peut-être mieux aussi que Roman ne s'arrête pas dessus, parce que franchement, tel que, il sortirait un "j'en ai rien à foutre". Surtout qu'Adel lui sort ça alors que leur propos les concerne eux surtout et pas le bébé, même là, elle vient se foutre entre eux et son homme ne le voit pas. Roman le lui dit pourtant, à chaque fois, elle se fout entre eux, ça ne manque pas, à chaque fois, bizarrement elle s'est réveillée au plus mauvais moment et à chaque fois Adel a foncé. Son homme a vraiment pété un plomb depuis qu'il l'a entendue pleurer et il ne voit rien du tout même quand le russe lui met le nez dedans, lui dit à quel point ça lui fait mal de voir ça.

Craquant un peu plus encore, parlant peut-être plus vite mais en essayant encore de ne pas hausser le ton, de ne pas s'énerver. Quoi que là, ça serait surtout une supplique, il veut retrouver son homme, l'unique amour de sa vie. Une supplique parce qu'il termine par le lui dire, qu'il ne risque pas de partir, qu'il en crèverait sans Adel et Roman n'exagère pas, il le sait. Il perd Adel, il perd tout. C'est pour son homme qu'il a tenu le coup toutes ces années, qu'il a fait tout ce qu'il a pu faire, qu'ils sont dans ce campement aujourd'hui, tout est pour Adel. Lui qui pourtant était égoïste, égocentrique, il lui a tout donné, tout offert, tout fait pour lui. Parce que, oui, Roman l'aime à en crever.

C'est bien pour ça, qu'il termine les larmes aux yeux et par venir prendre Adel dans ses bras, le serrant contre lui, peut-être de force, peut-être trop fort mais il ne peut pas faire autrement. Roman n'en peut plus d'être séparé d'Adel et quelque part, une part de lui le maudit pour ça, pour lui avoir fait aimé leurs câlins, leurs baisers. Pour l'avoir fait tomber amoureux ainsi. Pour l'avoir rendu incapable de vivre sans lui. S'excusant comme il le peut également, le russe n'est pas très doué pour ça mais il le fait. Il est désolé, réellement et ne peut que reconnaître ses torts. Putain, ça lui fait mal au coeur de sentir Adel ne pas réagir à cette étreinte, de ne pas lui retourner son câlin. Est-ce que son homme veut lui faire ressentir la même chose qu'il a pu ressentir pendant ce mois ? Mais Roman le sait déjà, ça a été une torture pour lui aussi de rester à distance et de ne pas céder.

Je..j'suis pas ton jouet Roman
- Non tu ne l'es pas. Tu ne l'as jamais été Adel.

Il a cette impression d'un coup, qu'ils reviennent plus de quatre ans en arrière et bordel, ça aussi ça fait mal. Putain, pourquoi le russe a laissé sa fierté prendre le dessus tout ce mois, pourquoi il a pas réussi à aller contre, pourquoi il a pas réussi à passer outre tout ce qu'il a ressenti plus tôt. Il sait pourquoi, parce qu'il n'avait jamais envisagé que son homme puisse le blesser et qu'il ne savait pas comment gérer tout ça autrement qu'en retrouvant ses vieux mécanismes de protection ; se refermer et tenir l'autre à distance.

Enfin. Enfin Adel le prend dans ses bras et le serre contre lui, Roman le serrant un peu plus fort en retour. Enfin. Comme si l'entendre pleurer ne suffisait pas, il avait vraiment besoin que son homme lui retourne son câlin. Puis les mots de son homme et aussi surprenant que ça puisse être, Roman pleure à son tour. Parce qu'il connait trop bien Adel et qu'il sait que c'est on ne peut plus sincère. Parce que les doutes qu'il a pu avoir sur l'amour d'Adel s'envolent vraiment cette fois. C'est juste malheureux que ça soit maintenant alors qu'ils sont tous les deux entrain de pleurer. Les larmes coulant sur ses joues sans que le russe ne puisse rien contrôler du tout, en roue libre totalement, n'arrivant pas à répondre quoi que ce soit sur l'instant. Ne percutant pas une seule seconde des larmes de son homme dans son dos, sur son épaule.

Même quand Adel se recule, Roman ne percute pas de ça, pas alors qu'il s'accroche au tee-shirt de son homme, comme si sa vie en dépendait. C'est surtout une tentative pour le retenir au cas où Adel veuille s'écarter encore plus. Je t'en supplie ne fait pas ça.

- J'ai tellement besoin de toi aussi...J't'aime tellement Adel...qu'ça fait mal des fois...J'peux pas sans toi...sans ton amour...sans tes câlins...sans toi tout court...

Forcément, Roman pleure un peu plus en disant ça et ne maîtrise absolument plus sa voix qui tremble, qu'il en hache les mots, que son accent ressort. Comme à chaque fois qu'il est trop perturbé, que sa garde est baissée, que son masque vole en éclat. Osant déposer un bref baiser contre les lèvres d'Adel, même s'il se recule aussitôt, ne préférant pas savoir si son homme lui rendrait ou non. Se disant qu'Adel ne va pas lui rendre vu comment il a fait pour un simple câlin et que ça serait pire que tout.
(c) DΛNDELION


Say that you want me every day. That you want me every way. That you need me. Got me trippin' super psycho love. Aim, pull the trigger. Feel the pain getting bigger. Go insane from the bitter feeling. Trippin' super psycho love.


Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adel Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1148-adel-wayne-i-m-not https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1149-adel-wayne-i-m-not-the-batman
Without you. | Romandel - Page 2 HeFsfeJ
LIEU ORIGINEL : Nul part.
D'OÙ VIENS-TU ? : Angleterre, cet univers.
AVATAR : Chris Evans.
COPYRIGHT : ichi ♥ (avatar)
AVENTURES : 224
DATE D'ARRIVEE : 22/10/2018
MULTIFACE : James Barnes, Daenerys Targaryen, Odin Thorson, Edrick Harrington, Connor, Billy Hargrove, Carol Danvers, Pamela Isley, Thor Odinson, Isaiah Warren, Dean Winchester.
STATUT RP : Ouvert
STATUT CIVIL : En couple. Même si l'homme avec qui il est ne semble pas s'en rendre compte.
AVEC : Roman Avilov, le seul et unique.
METIER : Chirurgien.
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_pxhttdKYK41qkl3pqo2_540
CAMP : Un petit camp de survivant dans un quartier de Brisbane.
LOCALISATION : Est.

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty31.05.19 0:34

without you
romandel

« Without you, there's no change, my nights and days are gray. If I reached out and touched the rain, it wouldn't feel the same. Without you, I'd be lost, I'd slip down from the top, I'd slide down so low, boy, you'd never, never know. Without you in my life, I'd slowly wilt and die, but with you by my side, you're the reason I'm alive. But with you in my life, you're the reason I'm alive. But without you...  »
Il y avait beaucoup de choses qu'il aimerait lui dire mais la panique du moment et l'énervement, faisaient qu'il était perdu, chamboulé et au final, ne savait plus vraiment quoi dire et perdait ses mots. Adel ne s'énervait presque jamais, il fallait vraiment, mais alors vraiment pousser pour que ça arrive et là ? Il craquait. Adel n'était pas facile à énerver, il relativisait toujours, prenait sur lui, attendait que tout se calme et ensuite il exposait son avis. Là ? Le sentiment d'urgence qui lui prenait, le forçait à tout exposer, à croire que ce serait maintenant ou jamais mais que du coup, il perdait tout ce qu'il voulait dire ou presque. Et finalement il s'embrouillait et énervait son homme davantage.

Adel avait besoin d'affection. D'énormément d'affection. Il savait qu'il en avait besoin de trop, mais passer du tout au rien du jour au lendemain et du rien pendant un mois et demi, c'était à le rendre complètement fou et ça, Roman le savait. Adel avait besoin d'affection, de se sentir aimé, d'être aimé. C'était comme ça, on ne le referait plus, il en avait juste cruellement besoin. Certains savaient faire sans, mais pas lui. Quand il en était privé trop longtemps il devenait fou et commençait à douter d'absolument tout, de lui aux autres. Et forcément, il doutait de l'amour de Roman pour le priver ainsi alors qu'il savait comme il en avait besoin.

C'était bien pour ça qu'au final, même s'il ne voulait pas laisser Roman gagner, il avait passé ses bras autour de Roman et l'avait tenu contre lui. Parce qu'il en avait besoin et que sa fierté passait à côté, si l'homme qu'il aimait, l'aimait enfin. De quoi en pleurer. Il savait Roman cruel mais pas à ce point et surtout pas avec lui. C'était une vraie torture et il le ressentait de plein fouet, surtout maintenant que Roman le prenait enfin contre lui. Qu'il pouvait enfin sentir sa peau contre la sienne, pouvait enfin sentir son odeur. On aurait pu croire qu'après cinq ans il en aurait eu marre, aurait commencé à s'en lasser mais c'était toujours comme au premier jour.

Il n'y avait pas de tissu auquel se rattacher, c'était la peau de Roman directement. Alors il faisait comme il pouvait pour ne pas le griffer ou lui faire mal mais il le tenait malgré lui. Il ne réalisait pas à quel point Roman pouvait tenir à lui et tout ce qu'il avait pu faire pour lui, il voyait surtout que Roman s'était éloigné et continuait à lui tourner le dos alors qu'il aurait été tellement plus facile de parler et mettre fin à tout ça. En parler directement et passer à autre chose au lieu de se torturer pendant un mois et demi.

Il finissait toute fois par se reculer et lui dire : je ne suis pas ton jouet. Tu ne peux pas m'éviter pendant un mois et demi par caprice et revenir ensuite me prendre dans tes bras comme ça t'arrange et croire que je ne dirais rien. Il avait trop mal au coeur pour ça, trop mal au coeur pour faire comme si de rien n'était, pas après tout ce temps où Roman les avait privé, l'avait privé. L'impression que pour Roman ça lui était égal, qu'ils étaient revenus à un mode où Roman n'aimait pas qu'on le touche et l'approche, à voir les réactions qu'il avait eu la nuit au lit quand il essayait de le toucher, de l'enlacer, l'impression qu'il s'était juste forcé toutes ces années à ne rien dire et encaisser et qu'il avait enfin décidé que c'était fini l'autre jour. Roman lui disait que non, il n'était pas son jouet et que ça n'avait jamais été le cas et, dans un torrent de larmes, Adel ne pouvait que lui dire ce qu'il pensait et essayait de le faire comprendre à Roman, il n'avait jamais voulu le trahir, jamais voulu le blesser, il l'aimait de tout son coeur et ne voulait que son bonheur, il l'aimait vraiment, comme un fou.

Il sentait et entendait Roman fondre en larmes et il ne pouvait que pleurer davantage de sentir son homme dans cet état. Il n'était pas sans coeur, il n'était pas cruel et entendre Roman pleurait, ça lui faisait vraiment mal, très mal. Il comprenait juste maintenant l'impacte que tout ça avait pu avoir sur Roman, comment il avait réagi, pourquoi il avait réagi comme ça. Trop concentré sur sa propre souffrance pour voir celle de son homme, il fallait que Roman fonde en larmes aussi pour qu'Adel percute la gravité de la situation. Adel pleurait tout le temps alors ce n'était pas une surprise qu'il pleure maintenant, mais Roman ? Adel remontait une main sur sa nuque, l'incitant à rester contre lui, jusqu'à finalement se reculer pour le regarder et voir si Roman avait vraiment compris la gravité de la situation et à quel point Adel était sérieux dans tout ça. Mais voir Roman pleurait, c'était moche, très moche. Il remontait ses deux mains sur ses joues, les ressuyant avec ses pouces. Il aurait pu être cruel avec ce qu'il lui disait, il aurait pu lui dire que s'il l'aimait vraiment il n'aurait jamais du faire tout ça et que c'était lui qui les avait privé tout ce temps malgré toutes les tentatives d'Adel. Mais il ne dirait rien, il se contenterait surtout de caresser ses joues. Pauvre amour. Il sentait aussi comme Roman s'accrochait à lui, s'agrippait et s'il avait eu dans l'idée de se reculer pour que Roman comprenne bien les choses, il ne se reculait pas, juste son visage pour pouvoir le regarder. Puis sa main droite revenait sur sa nuque, la caresser du bout des doigts. Puis Roman le surprenait avec ce baiser, si furtif qu'il ne pouvait y répondre. Surprenant, c'était le mot. Il ne s'y était pas attendu du tout mais ça avait vraiment un goût de trop peu et... Et depuis quand Roman était timide ? Depuis quand Roman hésitait ? Adel fronçait les sourcils et après quelque secondes - qui paraissait des heures - il venait à son tour s'emparer des lèvres de son homme. Un baiser tendre, simple, mais un baiser dont ils avaient besoin. Un baiser au goût salé par les larmes mais un baiser nécessaire. Il l'embrassait, tendrement, une main sur sa nuque, l'autre sur sa joue. L'impression à cette position que les rôles étaient inversés et ce n'était pas forcément pour lui déplaire, d'avoir ce rôle là, pour une fois. Ca va aller mon amour, qu'il murmurait ensuite contre ses lèvres. Ils avanceraient ensemble, main dans la main. Viens... qu'il murmurait après un autre baiser. Se reculer, difficile à faire, faire lâcher son t-shirt à Roman aussi, mais il lui prenait surtout la main pour l'emmener vers le canapé avec lui, s'y asseoir et entraîner Roman avec lui. Au calme, chez eux. Besoin de repos malgré le fait qu'il soit tôt au matin, c'était surtout se reposer l'âme. Entraîner de force Roman contre lui, quitte à continuer à inverser les rôles. Et pas la peine d'essayer de négocier, il ne négocierait pas, qu'importe les élans de pseudo machisme ou virilité de Roman. Il l'entraînait contre lui, embrassait son front.

Combien de temps avant de parler à nouveau ? Aucune idée, plusieurs minutes, peut-être, le temps de se calmer. De câliner son homme, s'il voulait bien se laisser faire, évidemment. Et se remettre à parler parce qu'il voulait avoir cette conversation une bonne fois pour toute, qu'ils passent enfin à autre chose.

Il faut qu'on parle... De tout ça... Calmement.

Inciter au calme en s'attendant à l'inverse avec ce qu'il devait évoquer mais il préférait retirer le pansement d'un geste vif que lent...

Je suis désolé de t'avoir dit de la fermer et t'avoir parlé comme ça, je n'aurais jamais du le faire. J'ai paniqué mais je n'aurais pas du te parler comme ça... Je le regrette, vraiment... Ensuite... Je suis désolé d'avoir foncé dans le tas comme ça, sans chercher un plan, sans réfléchir. J'ai paniqué, j'ai eu peur de prendre trop de temps à ce qu'on parle et j'ai juste foncé, pour qu'il ne soit pas trop tard entre la mort de la mère, le fait qu'ils n'aient plus assez à manger et qu'ils se rendent compte de la présence de la petite... J'ai beau revoir la scène, j'ai beau me la refaire, je ne parviens pas à voir comment on aurait pu faire autrement pour la sauver...

Contrairement à ce que Roman croyait, Adel avait bien réfléchis à tout ça, pour essayer de comprendre ce qu'il lui avait pris ce jour là. Tant qu'à faire, d'ailleurs...

Je ne peux pas te laisser dire que je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi tu m'as tourné le dos... Je l'ai fais, chaque jour, chaque instant... Sans jamais comprendre le réel problème parce que... Tu ne pouvais pas me tourner le dos juste parce que sur la panique du moment je t'ai dis de la fermer... Même si je sais que c'est déjà grave et que je n'aurais pas du te manquer de respect comme ça, ça ne pouvait pas être juste ça... Alors j'ai juste conclus que... C'était parce que j'avais pris la petite sans te demander ton avis... Et si je ne te l'ai pas demandé c'était parce que pour moi, ce n'était pas négociable qu'on puisse la garder ou non comme si on se demandait si on allait adopter un chiot ou non, si on allait repeindre la maison en bleu ou en rouge... Ce n'était pas une négociation, pas pour une vie humaine, pas pour un bébé... Je sais que j'aurais du t'en parler mais j'avais tellement peur de perdre le seul enfant que je pourrais possiblement avoir un jour que je n'ai pas voulu prendre le risque de t'entendre me dire que ce serait impossible, que ce serait non et que tu en viennes à me poser un ultimatum...

Retirer le pansement d'un coup sec, tout dire d'un coup.

J'aime ce bébé. Elle m'aime aussi. Elle a vite pris une grande place dans ma vie mais ne crois pas qu'elle te remplace. J'ai toujours eu beaucoup d'amour à donner et je sais que parfois pour toi c'est beaucoup trop. Je peux gérer un mari et un bébé, je n'ai juste pas eu l'occasion de te le montrer dernièrement. Quand je t'ai vu hier soir avec elle, j'ai eu l'espoir que tu l'aies enfin adoptée, surtout à la manière dont elle s'est calmée avec toi, j'ai eu l'impression qu'elle t'avait adopté aussi. Je sais que... Ca a été très vite, voir brutal, l'arrivée d'Ana dans notre vie, que notre famille ne se résumera plus à juste toi et moi... Mais... tu te doutais que ça finirait bien par arriver, non ...? Je n'ai jamais caché mon envie d'avoir un enfant et... Maintenant ou dans cinq ans, qu'importe, non ...? Aurais-tu été plus prêt dans cinq ans que maintenant ...?

Roman allait-il encore s'énerver, s'emballer, partir en live et est-ce que la dispute allait reprendre ? Il priait que non. Il restait si calme que possible en tout cas.

Tu es toujours aussi important pour moi et cela ne changera jamais. Tu es mon mari, tu es l'amour de ma vie. J'ai besoin de toi, Roman... J'ai vraiment besoin de toi...

(c) DΛNDELION


nothing else matters
♛ Listen, ain't no mountain high, ain't no valley low, ain't no river wide enough. If you need me call me no matter where you are, no matter how far don't worry. Just call my name I'll be there in a hurry, you don't have to worry. 'Cause baby there ain't no mountain high enough, ain't no valley low enough, ain't no river wide enough to keep me from getting to you.
Revenir en haut Aller en bas
Roman Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1145-roman-avilov-good- https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1152-roman-avilov-push-me-and-i-will-end-you-in-a-pacific-way-or-not#6704
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_ojjd7o6B7m1v0t5cvo4_540
LIEU ORIGINEL : Cette terre
D'OÙ VIENS-TU ? : Né en Russie, élevé en Australie
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Heaven ( avat)
AVENTURES : 304
DATE D'ARRIVEE : 17/12/2018
MULTIFACE : Steven & Loki & Ethan & Alekseï & Constantine & William
STATUT RP : Fermé
STATUT CIVIL : Au fond de lui, bien enfoui dans son inconscient, il se sait être en couple. Il n'en a juste pas encore percuté
AVEC : Adel Wayne, l'unique
METIER : Avocat dans un grand cabinet
Without you. | Romandel - Page 2 UETEmVb
CAMP : Dans un petit camp
LOCALISATION : Brisbane

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty10.06.19 18:02


Without you
Romandel

« The distance in your eyes. Oh no, I've said too much. I set it up. That's me in the corner. That's me in the spotlight. Losing my religion. Trying to keep up with you and I don't know if I can do it. Oh no, I've said too much. I haven't said enough. I thought that I heard you laughing. I thought that I heard you sing. I think I thought I saw you try. Every whisper of every waking hour I'm choosing my confessions. Trying to keep an eye on you, like a hurt lost and blinded fool, fool. Oh no, I've said too much. I set it up »
Roman a l'impression d'être faible par moments, que son amour pour Adel a pu le rendre ainsi surtout qu'il est bien plus malléable qu'il ne pouvait l'être autrefois. Son homme peut limite en faire ce qu'il veut et donc oui pour Roman, des fois il prend ça pour une putain de faiblesse contre laquelle il ne peut rien faire. Parce que même s'il le voulait, il ne pourrait pas cesser d'aimer Adel comme ça en claquant des doigts. Il ne pourrait pas cesser tout court de l'aimer, pas alors que le russe sait qu'il en crèverait sans son homme avec lui. C'est tellement fort que des fois, ça lui en fait mal de l'aimer ainsi. Cela lui a fait mal tout court quand Adel a réagit tel qu'il a pu le faire ce jour là, Roman a ressenti un rejet complet, la petite était là alors lui il ne servait plus à rien. Son homme ne semble pas comprendre à quel point Roman a pu en souffrir, l'effet que ça lui a vraiment fait, cet abandon violent qu'il s'est pris de plein fouet. Peut-être est-ce exagéré mais c'est comme ça que Roman a pris et ressenti les événements. C'était logique forcément, qu'il se referme encore plus derrière, qu'il dresse cette barrière entre eux, qu'il en vienne à penser qu'Adel ne l'aimait plus et tout ce qu'il a pu lui dire.

Être faible alors qu'il termine par fondre en larmes à son tour, lui qui pleure, il faut le faire. Ce n'est certainement pas tous les jours et il en faut énormément pour qu'il en vienne là mais entre le mois qui vient de s'écouler, Adel qui a mis un temps fou à lui retourner son câlin et les paroles qu'il entend derrière en plus de toutes celles avant ; Roman craque complètement. Il s'accroche à Adel pour l'empêcher de se reculer plus encore, il a beau faire celui qui se fout de tout, il ne peut juste plus le faire là. Impossible. Pas alors que son homme le rassure enfin en lui disant qu'il l'aime toujours, qu'il a besoin de lui. Même quand Adel cherche à lui essuyer les joues, rien à faire, il a craqué et ne peut pas cesser de pleurer ainsi, ça serait tellement plus simple mais c'est impossible. C'est limite si ce n'est pas Roman qui frôle la crise de panique, à s'entendre parler ça pourrait en avoir l'air en tout cas, sans oublier tout ce qu'il peut ressentir. Jusqu'à cette peur qu'Adel ne lui rende pas son baiser quand le russe ose en déposer un contre ses lèvres. Peur qui ne casse pas comme ça, surtout quand il voit Adel froncer les sourcils et ne pas réagir pendant de trop longues secondes. Un nouveau sanglot qui vient le secouer mais de soulagement quand enfin son homme vient l'embrasser et bien sûr que Roman ne se fait pas prier pour le lui rendre. Ou pour se caler contre Adel quand il murmure cela et glisse une main dans sa nuque.

Avant que Roman ne le laisse l'entraîner dans le canapé, ayant une fraction de seconde du mal à se laisser faire malgré tout sans que ça ne soit volontaire d'ailleurs. Se laissant entraîner et finissant contre Adel, Roman venant contre lui, revenant surtout s'agripper à son homme. Et oui, il se laisse câliner et ne bronche pas, se faisant l'effet d'un gamin qui se fait consoler mais, eh, sur le coup, il s'en fout, il a juste cruellement besoin d'Adel. De le sentir contre lui, de sentir son odeur, d'avoir les mains de son homme sur lui tout comme il a les siennes sur Adel.

Il ne saurait pas dire combien de temps passe ainsi, juste qu'il termine par se calmer à peu près. Du moins avant d'entendre Adel dire qu'ils doivent parler, Roman a beau le savoir et le vouloir aussi, cela ne l'empêche pas de se raidir légèrement en entendant ça. Surtout avec son homme qui lui dit qu'ils doivent rester calme, autant dire qu'il sait d'avance qu'il ne va absolument pas aimer ce qu'il va pouvoir entendre et donc que logiquement ça risque de l'énerver. Pour autant, Roman ne bouge pas plus que ça, ne regardant pas non plus Adel pendant qu'il se remet à parler. Le russe reste contre lui, l'écoutant mais se passionnant visuellement pour le tee-shirt de son homme, jouant avec du bout des doigts. Merci, j'ai vu que tu as paniqué. Pas pour rien que Roman a cherché à le retenir aussi. Si, il y avait un autre moyen pour la récupérer que foncer dans le tas...Le russe continu de prendre sur lui et de jouer avec le tee-shirt de son homme, même si selon les paroles qu'il entend, il se raidit plus ou moins.

Il prend sur lui pour ne pas sur-réagir parce que sinon ça repartirait en engueulade là et que ça pourrait repartir pour un mois comme celui qu'ils viennent de vivre...Ce qui est hors de question, Roman ne le supporterait pas, sans compter qu'il se l'est promis la veille de reprendre les choses en main. C'est plus fort que lui, mais il ne peut pas faire autrement que de douter quand Adel lui dit qu'il peut gérer un bébé et son mari. Brutal, c'est rien de le dire en effet. Plissant le nez quand son homme lui redit à quel point il peut avoir besoin de lui, que rien ne changera jamais, ça a déjà changé pourtant. Mettant de longues secondes avant de bouger pour finir par se reculer juste assez pour vraiment regarder son homme, gardant ses mains sur lui malgré tout. Roman espère qu'Adel ne va pas l'interrompre et le laisser parler comme le russe vient de faire pour lui.

- Je m'en doutais...oui et non en fait, que ça soit maintenant ou dans cinq ans, comme tu le dis je ne suis pas prêt et je ne l'aurais jamais été. J'ai souvent pratiquement prié pour que ce jour n'arrive jamais à cause de ça, tout en sachant à quel point toi tu le voulais. J'ai aucune fibre paternelle, Adel, pas comme toi, hier soir je sais même pas comment j'ai réussi avec elle... Bref, ce n'est pas pour autant que j'aurai pu te dire non ou négocier...C'est blessant que tu aies pu croire ça de ma part alors que tu me l'as si souvent rabâché, entre le mariage et les gosses, on a du en parler au moins une centaine de fois. Comment as-tu pu croire que je dirais non alors que j'ai toujours tout fait pour toi, que je fais tout pour toi, que je ferais toujours tout pour toi ? C'était surtout pour le principe Adel que tu aurais pu me demander...

D'accord pour le mariage, Roman a mis du temps à lui demander de l'épouser mais il l'a fait. Parce que la seule chose qu'il veut c'est que son homme soit heureux. Parce qu'il y était prêt aussi, que même s'il a encore un peu de mal à comprendre pourquoi Adel le voulait autant dans ce monde en vrille, il le voulait aussi.

- Que tu aurais pu ne pas foncer dans le tas ainsi. Tu dis que tu t'es refait le film de la journée mais rien qu'en l'entendant, tu te souviens de ce qu'il s'est passé ? J'ai voulu te retenir pour que justement tu ne risques rien, pour me laisser quelques secondes à réfléchir et tu m'as repoussé pour partir en courant... Rien que ça, tu crois que ça m'a fait quoi ? Alors que si, il y avait un autre moyen, je pense que depuis le temps j'ai prouvé à quel point je suis un bon tireur, non ? Te dégager le chemin pour que tu la prennes aurait été plus que facile et en toute sécurité ! Mais non, tu m'as repoussé et tu as foncé, je ne sais même pas si tu as percuté à quel point tu es passé près de la catastrophe avec un des morts...De si tu as percuté de la peur que tu m'as fait, à ne me laisser comme choix que de rattraper tout ça en espérant que ça ne soit pas trop tard. De te rattraper toi alors que tu fuyais toujours plus loin. La manière dont tu m'as parlé à été la goutte d'eau de trop, Adel.


À voir si cette fois Adel comprend vraiment, surtout que si Roman arrive à ne pas s'énerver, il parle peut-être trop vite. Sait-on jamais si Adel le stoppe en plein milieu.

- Je n'aurai peut-être pas dû gueuler en te rattrapant mais sur le coup, j'arrivais pas à gérer cette peur de te perdre alliée avec le fait que tu n'as fait que me repousser, que j'ai juste eu la violente impression que tu m'abandonnais. Je sais pas si tu as juste pété un plomb mais avant tu l'aurais vu que tu m'avais foutu la peur de ma vie. Et derrière ta manière de me parler, ça a été le truc en trop, le truc qui m'a fait me dire que tu en avais plus rien à foutre de moi ou de ce que je ressentais...

Oui, Roman reconnait qu'il n'aurait pas dû gueuler ainsi sur Adel mais ça a été plus fort que lui sur ce coup là.

- C'est pour ça aussi que j'ai fini par te dire que je voulais rien savoir sur elle, que tu pouvais te démerder seul avec. Malgré tout, tu le sais non, que je ne t'aurais pas laissé sortir d'ici seul si tu avais besoin de quelque chose même pour elle ? Mais pourquoi j'aurai fait l'effort de m'intéresser à elle alors que j'avais juste l'impression d'avoir perdu l'homme de ma vie à cause d'elle ? Même si j'ai fait le con ce mois, que je me suis renfermé sur moi et que finalement, je ne savais plus comment briser ce cercle infernal, comment faire pour que ça revienne à la normale entre nous. Cela ne pouvait pas durer comme ça, cela ne peut plus durer, ça va me rendre fou, j'ai besoin de toi, de l'homme que j'aime mais comment ça pourrait vraiment aller et revenir à la normale si tu galopes la voir au moins souffle de sa part...

Le russe voit pas comment ils peuvent vraiment revenir à la normale avec Adel qui agit ainsi. Est-ce que vraiment son homme a compensé le manque de preuve d'amour de Roman en étant encore plus proche de la petite ?
(c) DΛNDELION


Say that you want me every day. That you want me every way. That you need me. Got me trippin' super psycho love. Aim, pull the trigger. Feel the pain getting bigger. Go insane from the bitter feeling. Trippin' super psycho love.


Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adel Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1148-adel-wayne-i-m-not https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1149-adel-wayne-i-m-not-the-batman
Without you. | Romandel - Page 2 HeFsfeJ
LIEU ORIGINEL : Nul part.
D'OÙ VIENS-TU ? : Angleterre, cet univers.
AVATAR : Chris Evans.
COPYRIGHT : ichi ♥ (avatar)
AVENTURES : 224
DATE D'ARRIVEE : 22/10/2018
MULTIFACE : James Barnes, Daenerys Targaryen, Odin Thorson, Edrick Harrington, Connor, Billy Hargrove, Carol Danvers, Pamela Isley, Thor Odinson, Isaiah Warren, Dean Winchester.
STATUT RP : Ouvert
STATUT CIVIL : En couple. Même si l'homme avec qui il est ne semble pas s'en rendre compte.
AVEC : Roman Avilov, le seul et unique.
METIER : Chirurgien.
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_pxhttdKYK41qkl3pqo2_540
CAMP : Un petit camp de survivant dans un quartier de Brisbane.
LOCALISATION : Est.

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty11.06.19 1:15

without you
romandel

« Without you, there's no change, my nights and days are gray. If I reached out and touched the rain, it wouldn't feel the same. Without you, I'd be lost, I'd slip down from the top, I'd slide down so low, boy, you'd never, never know. Without you in my life, I'd slowly wilt and die, but with you by my side, you're the reason I'm alive. But with you in my life, you're the reason I'm alive. But without you...  »
Il comprenait que cet amour qu'ils avaient l'un pour l'autre les bouffait. C'était peut-être la passion, c'était peut-être la folie, sûrement les deux. Ce monde ne les avait pas épargné et Roman était vite devenu l'être le plus important qui soit à ses yeux. Il savait que c'était réciproque, même si ce mois-ci, il l'avait oublié. Il était vital pour lui de rester avec Roman, mais vital aussi que Roman l'aime. Il avait besoin de ça. Vraiment besoin pour fonctionner, pour être lui-même. Il avait besoin de ses baisers, de ses caresses, de sa tendresse. Regarde moi, aime moi, touche moi, embrasse moi.

C'était aussi pour ça qu'il craquait, qu'il ne pouvait plus résister à Roman et qu'il cédait à ses bras, il avait été trop longtemps privé et ne pouvait pas agir par égo, même si cela n'aurait été que le juste retour des choses pour ce que Roman lui avait fait. Leur avait fait. Il voulait briser cette spirale infernale, pas la faire perdurer.

Les inciter à aller dans le canapé et se calmer, les inciter au calme, à la paix autant que possible. A respirer, à se retrouver puis finalement à parler, quitte à trop en dire mais le dire quand même, comment il l'avait vécu et comment il vivait les choses depuis qu'ils avaient commencés à se reparler, il était plus que temps que ça sorte.

- Je m'en doutais...oui et non en fait, que ça soit maintenant ou dans cinq ans, comme tu le dis je ne suis pas prêt et je ne l'aurais jamais été. J'ai souvent pratiquement prié pour que ce jour n'arrive jamais à cause de ça, tout en sachant à quel point toi tu le voulais. J'ai aucune fibre paternelle, Adel, pas comme toi, hier soir je sais même pas comment j'ai réussi avec elle... Bref, ce n'est pas pour autant que j'aurai pu te dire non ou négocier...C'est blessant que tu aies pu croire ça de ma part alors que tu me l'as si souvent rabâché, entre le mariage et les gosses, on a du en parler au moins une centaine de fois. Comment as-tu pu croire que je dirais non alors que j'ai toujours tout fait pour toi, que je fais tout pour toi, que je ferais toujours tout pour toi ? C'était surtout pour le principe Adel que tu aurais pu me demander...

Roman avait une fibre paternel, il ignorait juste comment l'exploiter mais il suffisait de voir la façon dont il avait tenu Ana la veille pour comprendre. Il savait comment la tenir et avait réussi à la calmer là où lui n'y était pas parvenu. Il n'y avait pas de miracles pour Adel, Roman savait comment faire mais il ne le réalisait juste pas. Il savait aussi que Roman avait prié pour que ça n'arrive jamais, il s'en était douté et pensait avant leur mariage qu'il pensait de même pour le mariage, que ça ne leur arriverait jamais alors que c'était inévitable pour leur relation. Adel voulait se marier, Adel voulait être père. C'est sûr que c'était moins simple actuellement que si le monde n'était pas parti en live mais possible quand même. Même encore aujourd'hui et sans parler de ce mois-ci, Adel se retenait de trop étouffer Roman avec son amour débordant. Là au moins il pouvait compenser et surtout, il ne pouvait pas donner à Roman ce qu'il voulait donner à un enfant, il ne voulait pas infantiliser Roman, même si visiblement au vue de ce qu'il s'était passé, il l'avait quand même fait. Preuve en était qu'il fallait remettre les choses dans leur contexte. Là, il pouvait séparer les choses et ne plus couver Roman comme il le faisait autrefois ni se restreindre parce qu'il avait trop à donner. Il a cru qu'il dirait non pour la même raison qu'il lui avait dit au début qu'il avait prié pour que ça n'arrive jamais et qu'il n'avait pas la fibre paternel ; il ne voulait pas d'enfant. Et Roman avait souvent le dernier mot, surtout sur des choses qu'il ne voulait pas du tout. Adel avait appris à le manier avec le temps mais pas sur les choses où il était catégorique et les enfants en faisaient parti.

Adel écoutait, il attendait patiemment que son mari déballe tout ce qu'il avait sur le coeur. Chacun son tour. Il notait juste intérieurement ce qu'il aurait à lui répondre et prenait aussi conscience de pas mal de choses sur ce qu'il s'était passé dernièrement. Il hochait parfois la tête comme avec ce que Roman lui disait sur la fois où il avait foncé dans le tas. Sauf qu'Adel se disait que ça, tirer, il aurait pu le faire, qu'Adel soit à côté de lui ou à courir après le bébé. Il était justement un bon tireur et aurait pu les viser eux et non lui, surtout qu'ils n'étaient pas au même endroit exactement donc... Il comprenait aussi qu'ils avaient réagis pareil, la panique les avait poussé à gueuler. Ils s'étaient faits peur, avaient eu peur et avaient réagis pareillement, à gueuler.

Il écoutait tout, même si c'était dur de ne pas intervenir parfois, surtout avec la façon dont il parlait d'Ana et qu'il voyait que son homme était jaloux là où il n'aurait pas du l'être. Adel avait voulu s'occuper de lui aussi mais il ne l'avait pas laissé faire... Aurait-il du insister ? Il ne voyait pas comment il aurait pu faire, même avec le recule. Si Roman n'était pas réceptif il n'y avait rien à faire.

Premièrement, je pensais que tu m'aurais dis non, pour la même chose que tu as dis au début : tu ne voulais pas être père. Tu ne voulais pas d'enfant et tu priais pour que ça n'arrive jamais, crois-tu que je l'ignorais ? On en a suffisamment parlé toutes ces années pour que je comprenne que c'était non et qu'on ne pourrait pas en discuter, nos dernières discussions sur le sujet ont été assez claires. Alors je ne te l'ai pas demandé car pour moi ça aurait revenu à te laisser la possibilité de dire non pour quelque chose qui n'était, pour moi, pas négociable. C'est égoïste, je le sais. Je ne peux pas te forcer à être père. Mais tu te trompes, quand tu dis que tu n'as pas la fibre paternel, tu te trompes, quand tu dis que tu ne pourrais pas être père. Tu as su la porter sans que je te dise comment faire, tu as su la calmer quand je n'y arrivais pas. Tu sais y faire, tu ne t'en rends juste pas compte... Ensuite... Mon amour... Si j'accours à chaque fois "qu'elle souffle", c'est parce que je sais que tu détestes l'entendre crier, pleurer et que je veux la calmer le plus vite possible pour t'éviter ses cris. Je sais que ce n'est pas la meilleure méthode d'éducation qui soit mais est-ce que j'avais vraiment le choix ? Dès qu'elle pleurait, tu te contractais, je te voyais t'énerver, te sentais t'énerver alors j'accourais pour que ça cesse... Tu crois que ça m'amuse de me réveiller chaque nuit ...? De devoir me lever chaque nuit ...? Je suis complètement crever, Roman, je suis à bout. Mais je me levais chaque nuit pour qu'elle se calme et que tu puisses dormir et ne pas la subir quand elle pleure... Les nuits sont difficiles pour elle, très difficile... Et elle sait que je vais vite venir, elle en a pris l'habitude alors qu'elle n'aurait pas du mais je n'ai pas l'impression d'avoir eu beaucoup le choix...

Il ne voulait pas être comme ses parents, mais il savait que laisser le bébé pleurer la nuit était le seul moyen pour qu'elle apprenne à faire ses nuits et se calmer, qu'il ne cède pas au moindre caprice. Sauf que Roman ne voulait pas la subir alors il n'avait pas eu beaucoup de choix et avait fait comme il avait pu. Il lui avait dit.

J'ai juste envie de dormir toute une semaine pour rattraper le sommeil perdu, j'ai juste envie de m'engouffrer dans notre lit et ne plus en sortir tant que je n'aurais pas rattraper toutes mes heures. Je suis crevé, mon amour, crevé...

Pas la force de se disputer, il n'avait la force de rien. Puis il finissait par craquer et lui dire : je suis à bout. Mentalement, physiquement. A bout.

Je t'aime... Je t'aime de tout mon coeur et je te jure que jamais ça ne changera... Je veux reprendre là où on s'était arrêté... Je suis épuisé de tout ça, je suis épuisé de cette dispute sans queue ni tête... Tout ce que je veux c'est te retrouver... Tout ce que je veux c'est mon mari. Mon âme soeur. Je te promets que je prendrai soin de toi, laisse moi juste faire, s'il te plaît... Je prendrai soin de toi, on reprendra tout où on a tout laissé. Nos habitudes me manquent... Tu me manques... Je ne vis pas sans toi, mon amour. C'est impossible.

Le serrer contre lui, il ne pouvait pas faire autrement. Essayer de le rassurer, aussi, pour ce qu'il lui avait fait, la peine qu'il lui avait fait, les troubles qu'il lui avait causé.

Maintenant... Je vais boire mon thé et je vais aller me coucher, tu viens avec moi ? Quelque chose me dit que tu as bien besoin d'heures de sommeil supplémentaire aussi...

Il caressait son visage, passait son pouce sous une de ses cerne. Déposait un baiser sur son front. Ce ne serait pas le thé qui l'empêcherait de dormir au stade où il en était. Autant profiter qu'Ana soit chez les voisins aussi pour faire une vraie sieste sans interruption. Il en avait vraiment besoin et Roman aussi. Dormir à deux, enlacé, ça sonnait comme une superbe idée selon lui, surtout pour des retrouvailles. Dormir comme ils avaient dormis cette nuit, enlacés. S'il s'était réveillé en forme, ça lui était bien vite passé, malheureusement.  Sûrement à cause de leur discussion.

Il se levait et entraînait Roman avec lui. Viens par ici. C'était bizarre de jouer ce rôle là, ce n'était pas lui le décisionnaire d'habitude mais ça semblait s'imposer. Peut-être aussi pour montrer à Roman qu'il reprenait les choses en main entre eux, peut-être pour lui montrer qu'il n'était pas seul à devoir tout gérer pour deux. Qu'il le soutenait, voulait l'aider. Il voulait dormir à nouveau le nez dans son cou ou la tête sur son torse, tant qu'il était contre lui, tout irait. Profiter surtout de se câliner dans le lit sans interruption, pouvoir se câliner tranquillement, il n'y avait pas meilleures retrouvailles selon lui. Ils en avaient bien besoin.

(c) DΛNDELION


nothing else matters
♛ Listen, ain't no mountain high, ain't no valley low, ain't no river wide enough. If you need me call me no matter where you are, no matter how far don't worry. Just call my name I'll be there in a hurry, you don't have to worry. 'Cause baby there ain't no mountain high enough, ain't no valley low enough, ain't no river wide enough to keep me from getting to you.
Revenir en haut Aller en bas
Roman Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1145-roman-avilov-good- https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1152-roman-avilov-push-me-and-i-will-end-you-in-a-pacific-way-or-not#6704
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_ojjd7o6B7m1v0t5cvo4_540
LIEU ORIGINEL : Cette terre
D'OÙ VIENS-TU ? : Né en Russie, élevé en Australie
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Heaven ( avat)
AVENTURES : 304
DATE D'ARRIVEE : 17/12/2018
MULTIFACE : Steven & Loki & Ethan & Alekseï & Constantine & William
STATUT RP : Fermé
STATUT CIVIL : Au fond de lui, bien enfoui dans son inconscient, il se sait être en couple. Il n'en a juste pas encore percuté
AVEC : Adel Wayne, l'unique
METIER : Avocat dans un grand cabinet
Without you. | Romandel - Page 2 UETEmVb
CAMP : Dans un petit camp
LOCALISATION : Brisbane

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty26.06.19 19:19


Without you
Romandel

« The distance in your eyes. Oh no, I've said too much. I set it up. That's me in the corner. That's me in the spotlight. Losing my religion. Trying to keep up with you and I don't know if I can do it. Oh no, I've said too much. I haven't said enough. I thought that I heard you laughing. I thought that I heard you sing. I think I thought I saw you try. Every whisper of every waking hour I'm choosing my confessions. Trying to keep an eye on you, like a hurt lost and blinded fool, fool. Oh no, I've said too much. I set it up »
Se laisser entraîner ainsi sur le canapé sans protester, râler et compagnie, c'est bien un signe d'à quel point Roman peut être claqué de toute la situation. Le fait qu'il ait terminé par fondre en larmes n'aide pas non plus et était déjà un signe de tout ce qui peut le remuer intérieurement sans qu'il ne montre rien.

Laissant son homme parler sans l'interrompre, même s'il se tend par instants ou tique à d'autres, même si ne rien répliquer sur le coup est très compliqué. Se passionnant pour le tee-shirt d'Adel, jouant avec tout en l'écoutant parler. Mais surtout le russe reste caler contre son mari, il lui a cruellement manqué, si bien que là, le moindre contact est une bénédiction. Le pire, c'est qu'il a parfaitement conscience que c'est réciproque. Finissant pourtant par lever les yeux et enfin regarder Adel, le faire pour pouvoir lui répondre, lui dire quasiment tout ce qu'il a sur le coeur. Il était temps que ça sorte vraiment n'est-ce pas. Même s'il termine par dire à son homme qu'il ne voit pas comment les choses peuvent revenir à la normale entre eux maintenant que la petite est là.

Roman en peut juste plus de tout ça mais au moins, Adel l'aura laissé parler sans l'interrompre même s'il voit que par instant lui aussi a envie de le faire pour réagir. Sauf que s'ils se remettent à réagir à vif, ils ne vont pas en finir et oui, il en peut plus le russe. Et il voit bien que pour son mari c'est la même chose. Tout comme, il voit venir qu'Adel va quand même lui répondre quand il aura terminé de parler, ce qui ne manque pas de se produire.

L'impression que c'est reparti pour un tour, tiquant de nouveau à certains passages, tel que le "C'est égoïste", oui en effet et c'est rien de le dire. Adel lui a quand même imposé quelque chose sans penser à rien d'autre qu'à lui-même, comment Roman aurait-il pu ne pas le prendre mal...surtout que c'est quand même Adel qui lui a appris à partager, à donner à l'autre et même, à penser à l'autre avant de penser à soi-même. Le russe maintient aussi ce qu'il peut penser, non il n'a aucune fibre paternelle, son homme peut dire ce qu'il veut, c'est non. S'il a pu la porter, c'est uniquement parce qu'il a pu voir faire Adel, de loin et sans en avoir l'air et qu'il l'a copié, rien de plus. Roman comprend aussi où son mari veut en venir en lui expliquant pour les nuits de la petite, le fait qu'elle pleure et compagnie. Ils sont tombés dans un cercle vicieux, finalement, Roman rejetant la petite et ne voulant rien savoir d'elle, Adel faisant tout pour que le russe ne l'entende pas de trop...sauf que plus son homme s'est occupé d'elle, moins Roman voulait s'approcher ou s'intéresser à elle puisque pour lui, elle lui volait son mari et qu'Adel ne voyait rien. Enfin, le russe le lui a déjà dit, qu'il a eu la violente impression de ne plus exister à la seconde même où Adel l'a entendue pleurer...

Épuisés, crevés, à bout de nerf et voulant se retrouver. Les deux mêmes, incapable de vivre l'un sans l'autre, ils ont besoin d'être ensemble de toute manière. Pourtant Roman doute encore un peu du fait qu'Adel va réellement faire ce qu'il dit. Il pourrait le lui répliquer et compagnie mais à quoi bon, peut-être faut-il juste laisser du temps...au temps. Le russe aurait encore des choses à lui dire concernant la petite, comme le fait qu'elle ne doit plus dormir sur Adel mais dans son siège, même dans un lit.

S'il laisse son homme le serrer contre lui, lui embrasser le front avant de l'entraîner debout. Une fois qu'ils sont debout justement, Roman retient son mari dans ses bras, venant l'enlacer, le serrer contre lui. Prenant finalement la parole mais à voix basse.

- Tout ce que je veux c'est te retrouver. Tout ce que je veux c'est mon mari. Mon âme soeur.

Reprenant les mots de son homme parce qu'il n'y a pas plus juste comme mots.

- Je le vois que tu es claqué, je te promets que ça n'arrivera plus, que tu peux te reposer sur moi autant qu'il le faut.

Et les promesses de Roman envers son homme sont sacrées, jamais il n'a manqué aucune d'entre elle.

- Je t'aime tellement, mon coeur.

Oui, c'est peu souvent, que le russe emploi ce genre de surnom mais là, ça s'impose et surtout ça vient tout seul. Gardant Adel dans ses bras, le retenant pour finir par l'embrasser tendrement avec amour. Restant à le câliner encore deux ou trois minutes avant de le relâcher en douceur.

- Je vais finir ton thé et mon café et après dormir encore, c'est parfait.

Oui, le russe compte bien finir ce qu'il a pu commencer, après si Adel veut faire quelque chose à grignoter en même temps, c'est autre chose. Autre signe d'à quel point Roman en peut plus, pas une seule seconde, une envie de plus qu'un câlin ne lui passe en tête. Bon, il n'y a plus qu'à, direction la cuisine.
(c) DΛNDELION


Say that you want me every day. That you want me every way. That you need me. Got me trippin' super psycho love. Aim, pull the trigger. Feel the pain getting bigger. Go insane from the bitter feeling. Trippin' super psycho love.


Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adel Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1148-adel-wayne-i-m-not https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1149-adel-wayne-i-m-not-the-batman
Without you. | Romandel - Page 2 HeFsfeJ
LIEU ORIGINEL : Nul part.
D'OÙ VIENS-TU ? : Angleterre, cet univers.
AVATAR : Chris Evans.
COPYRIGHT : ichi ♥ (avatar)
AVENTURES : 224
DATE D'ARRIVEE : 22/10/2018
MULTIFACE : James Barnes, Daenerys Targaryen, Odin Thorson, Edrick Harrington, Connor, Billy Hargrove, Carol Danvers, Pamela Isley, Thor Odinson, Isaiah Warren, Dean Winchester.
STATUT RP : Ouvert
STATUT CIVIL : En couple. Même si l'homme avec qui il est ne semble pas s'en rendre compte.
AVEC : Roman Avilov, le seul et unique.
METIER : Chirurgien.
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_pxhttdKYK41qkl3pqo2_540
CAMP : Un petit camp de survivant dans un quartier de Brisbane.
LOCALISATION : Est.

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty07.07.19 17:06

without you
romandel

« Without you, there's no change, my nights and days are gray. If I reached out and touched the rain, it wouldn't feel the same. Without you, I'd be lost, I'd slip down from the top, I'd slide down so low, boy, you'd never, never know. Without you in my life, I'd slowly wilt and die, but with you by my side, you're the reason I'm alive. But with you in my life, you're the reason I'm alive. But without you...  »
Il ne savait pas comment il avait pu se monter la tête et se dire que Roman ne l'aimait plus après tout ce qu'ils avaient traversés. A chaque dispute c'était comme ça, de toute façon, l'impression que Roman pourrait le quitter. C'était lié à sa peur de le perdre à chaque instant, il suffisait d'une dispute pour qu'il croit à ça aussi. Alors que là il comprenait que c'était faux, qu'il s'était fait des films pour rien et que son homme l'aimait toujours autant.

Il doutait de Roman et ne devrait pas, il le savait. Jamais il ne lui avait fait faux bond, jamais il ne l'avait trahi et pourtant, il doutait. Il se flagellait mentalement pour ça, alors qu'il n'y avait pas plus sûr pour lui que son mari. Mais c'était toujours cette foutu peur de le perdre un jour alors que Roman était tout pour lui, toute sa vie. Il allait devoir apprendre à trouver un équilibre entre Ana et Roman, trouver un moyen de satisfaire tout le monde. Il s'occuperait de Roman, il le devait, surtout maintenant, il avait bien compris qu'il avait toujours pris tellement soin de lui que changer ça ne serait-ce qu'un peu le perturbait. Il avait toujours veillé à garder un semblant de normalité malgré leur vie, que ce soit au niveau des plats à cuisiner ou de nettoyer leur linge le plus souvent possible, essayer d'avoir une vie de couple normale ou du moins relativement normal en dépit des circonstances, que Roman ne s'ennuie pas, qu'il puisse se changer les idées en dehors des zombies et de la faim et l'incertitude d'un lendemain, une vie sexuelle épanouie aussi, mine de rien pour lui c'était un peu comme un travail, lui qui autrefois se contentait de quelque fois dans le mois avec Richard, quasi méthodiques, aucunement spontané. Alors oui pour lui, depuis sa relation avec Roman, c'était un travail sur lui-même, pas par manque d'envie mais plutôt pour y penser, que ce ne soit pas toujours Roman qui cherche, après tout, lui aussi avait envie de son homme, il avait juste du apprendre à lui montrer au lieu de garder ça pour lui et attendre que Roman fasse le premier pas. Et mine de rien, depuis, il avait l'impression d'être réellement épanoui dans sa vie.

A briser toutes leur habitudes, il ne pouvait donc plus être épanoui ni croire que Roman l'aimait encore mais il s'en voulait d'avoir cru l'inverse. Au moins, Roman avait enfin fini par se confier sur son mal-être, il aurait aimé qu'il le fasse avant, mais au moins il avait fini par le faire donc c'était enfin ça. Il se levait pour entraîner Roman, bouger un peu pour aller ensuite se coucher et se reposer, ensemble, mais visiblement Roman n'avait pas envie de le laisser partir. Il n'allait pas s'en plaindre, c'était rare même avant que Roman soit ainsi, selon lui, à chercher de lui-même autant d'affection et de gestes. Le retrouver ? Il aurait bien dit qu'ils ne s'étaient jamais vraiment perdus mais il avait la sensation que si malgré tout, ils s'étaient perdus en chemin et commençaient enfin à se retrouver. Pas totalement, mais il n'avait pas encore la tête à ça malgré tout, ce serait un peu trop facile si après tout ça ils se réconciliaient juste au lit, ça ne pouvait pas tout résoudre du tout, ils avaient encore besoin de parler avant de penser à ça.

Se reposer sur lui autant qu'il le veut ? Amen. Non, vraiment. Adel adorait dormir sur lui mais il savait que les mots de Roman n'étaient pas juste autour du fait de dormir contre lui, mais rien que ça il en avait besoin. Il avait entouré sa taille de ses bras, le gardant contre lui, caressant le bas de son dos d'une main. Mon coeur ? Oh. C'était bien une des première ou rare fois où Roman l'appelait comme ça au lieu de princesse ou chaton selon l'humeur et la phrase. Oh. Il répondait tendrement à son baiser, cette douceur qui revenait dans leur gestes ça lui faisait un bien fou. Cette douceur, cette tendresse... Dans leur gestes, dans leur baisers, il en avait tellement besoin... Visiblement, son homme aussi. Malgré le fait qu'ils soient enlacés debout dans le salon depuis plusieurs minutes, Adel le retenait encore avant de le laisser filer.

Je t'aime, mon amour. Je t'aime.

Forcément, Adel qui entendait tous ces noms, tous ces mots d'amour et se prenait toute cette tendresse en plein visage d'un coup, il ne pouvait pas faire autrement que vouloir garder Roman contre lui. Cette fois, c'était lui qui initiait un baiser, tendre. Parce qu'il en avait manqué beaucoup ces dernières semaines, de baisers, donc il fallait bien se rattraper. Il retenait juste encore un peu Roman, une main sur sa hanche, l'autre qui glissait dans son cou jusqu'à sa nuque pour la caresser du bout des doigts. Sa main sur la hanche le serrant, l'approchant un peu plus de lui encore. Il le laisserait filer, mais pas tout de suite. Quitte à être plus entreprenant par rapport à d'habitude, l'impression qu'il avait manqué quelque chose à vouloir trop laisser faire Roman ces derniers temps et qu'il était surtout temps pour lui de prendre les devants, montrer à Roman qu'il l'aime et pas forcément en le laissant faire à son rythme et ses envies, surtout si ça le mène à croire qu'Adel ne l'aime plus. Donc Adel n'avait pas d'autre choix qu'être entreprenant, garder son homme contre lui, chercher de nouveaux baisers. Il savait que la plupart des couples n'étaient pas si collants l'un envers l'autre, que le côté baiser passait souvent au fil des années, pourtant, Adel aimait toujours autant l'embrasser et il ressentait toujours ces même sensations dans le ventre. Et là, justement, il ressentait cette libération, les papillons dans le ventre, les picotements au bout des doigts, la chair de poule. Des sensations qui lui avaient manqués ce mois et demi passé. Un baiser à leur en couper le souffle, c'était l'idée. Même s'il y avait mieux pour un baiser tendre et langoureux que le salon, qu'importait. Besoin d'affection et besoin d'en donner. Combien de temps qu'il n'avait pas embrassé son mari comme ça ? Trop longtemps. Pourtant, il ne pensait pas à plus. Juste un baiser langoureux, amoureux. Garder Roman contre lui encore un peu. Lui montrer qu'il l'aimait avec les gestes plutôt que les mots. Et ça faisait un bien fou.

Il finissait par le relâcher, enfin. Un sourire aux lèvres après avoir rompu ce baiser.

Va...
(c) DΛNDELION


nothing else matters
♛ Listen, ain't no mountain high, ain't no valley low, ain't no river wide enough. If you need me call me no matter where you are, no matter how far don't worry. Just call my name I'll be there in a hurry, you don't have to worry. 'Cause baby there ain't no mountain high enough, ain't no valley low enough, ain't no river wide enough to keep me from getting to you.
Revenir en haut Aller en bas
Roman Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1145-roman-avilov-good- https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1152-roman-avilov-push-me-and-i-will-end-you-in-a-pacific-way-or-not#6704
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_ojjd7o6B7m1v0t5cvo4_540
LIEU ORIGINEL : Cette terre
D'OÙ VIENS-TU ? : Né en Russie, élevé en Australie
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Heaven ( avat)
AVENTURES : 304
DATE D'ARRIVEE : 17/12/2018
MULTIFACE : Steven & Loki & Ethan & Alekseï & Constantine & William
STATUT RP : Fermé
STATUT CIVIL : Au fond de lui, bien enfoui dans son inconscient, il se sait être en couple. Il n'en a juste pas encore percuté
AVEC : Adel Wayne, l'unique
METIER : Avocat dans un grand cabinet
Without you. | Romandel - Page 2 UETEmVb
CAMP : Dans un petit camp
LOCALISATION : Brisbane

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty18.07.19 17:34


Without you
Romandel

« The distance in your eyes. Oh no, I've said too much. I set it up. That's me in the corner. That's me in the spotlight. Losing my religion. Trying to keep up with you and I don't know if I can do it. Oh no, I've said too much. I haven't said enough. I thought that I heard you laughing. I thought that I heard you sing. I think I thought I saw you try. Every whisper of every waking hour I'm choosing my confessions. Trying to keep an eye on you, like a hurt lost and blinded fool, fool. Oh no, I've said too much. I set it up »
Roman a vraiment cru qu'il avait perdu Adel, l'homme de sa vie, qu'Adel ne ressentait plus d'amour pour lui et ça a été pire que tout. D'autant plus que cette idée est venue d'un coup, en une seule seconde, quand ils ont entendus la petite. Aux gestes d'Adel, à ses paroles derrière. Il ne comprend réellement que là, que ce n'était pas réel, qu'il a été trop extrême encore une fois. Mais en même temps le russe est ainsi, extrême, alors forcément vu comment il aime Adel, ça lui a fait d'autant plus mal. Lui qui pensait, il y a bien des années, qu'il ne serait jamais amoureux. Roman le lui avait dit pourtant en le demandant en mariage qu'il a peur de perdre Adel, qu'il sait qu'Adel mériterait mieux que lui. Surtout qu'il se sait invivable par moment, même encore maintenant. Et que finalement, ce n'était pas pour un autre homme qu'Adel ne voulait plus de lui mais pour un bébé, que tout l'amour d'Adel n'était maintenant plus que pour elle. Irrationnel et extrême, oui. Sauf qu'il n'a pas pu lutter contre ça. Surtout avec leurs habitudes de vie à deux, il a suffit d'un grain de sable pour que tout parte en live et que Roman se retrouve incapable de se raisonner, blessé, sa fierté a pris le dessus pour le protéger. Incapable aussi d'exprimer ce qu'il ressent, Adel a réussi à le faire s'ouvrir sur ce point là mais voilà, un rien et pouf, Roman se retrouve incapable de dire vraiment les choses. Le dire avec des mots ou le dire avec des gestes, même si Adel a réussi à lui faire aimer leurs câlins, leurs baisers, au point qu'il n'arrive plus à s'en passer...le russe reste très physique l'air de rien, comment montrer à Adel qu'il l'aime toujours autant alors qu'il ne pouvait plus le toucher comme il le voulait ? Oui, il ne parle pas de câlin là mais bien de sexe.

Donc, oui, Roman ne comprend vraiment que là, que rien était réel. Qu'au final, ils se sont entraînés l'un, l'autre vers la mauvaise pente en s'éloignant et toujours plus bas. Et donc, oui, pour le russe, il s'agit vraiment de retrouver son mari maintenant, là, aujourd'hui. De retrouver l'homme qu'il aime plus que tout, celui pour lequel il a déjà tout fait et ferait encore tout. Cela passant aussi par lui promettre qu'Adel peut de nouveau s'appuyer sur lui pour tout et n'importe quoi, ce qui inclut la petite l'air de rien. Roman espère que son homme va le comprendre ça, qu'il ne s'agit pas seulement de retrouver ses bras pour dormir mais bien de tout au quotidien. Oui, le russe reprend les choses en main, bien que sur le coup, Adel semble vouloir un peu la même chose et pour une fois Roman le laisse faire. Parce que l'air de rien, il en a besoin qu'Adel puisse prendre un peu les devants sur certains points. Il a besoin de retrouver son mari, celui sur lequel le russe a déjà pu s'appuyer lui aussi. Jamais, il n'en serait là aujourd'hui sans Adel, si Roman n'avait pas pu un peu s'appuyer sur lui. En commençant par retrouver son affection, retrouver ses bras, il n'y a pas que pour Adel que ça a été horrible ce dernier mois. Même si le russe ne doute pas que pour son homme cela a été pire encore que pour lui.

Retenant son homme une fois qu'ils sont debout, le retenir pour venir chercher de l'attention, des baisers, de la tendresse. Retrouver tout ça. Pour un peu, le russe pourrait en avoir de nouveau les larmes aux yeux en entendant les mots d'amour d'Adel. Puis avec ce baiser, cette manière dont son mari le retient à son tour. Son coeur se mettant à faire n'importe quoi pour ce baiser, pas forcément pour le baiser en lui-même mais pour sa signification. Le fait qu'Adel l'initie lui-même et oui, comment son homme le tient...Roman se sentant tout simplement de nouveau aimé, vraiment aimé. Il est pourtant censé de ne pas être aussi sensible et malgré tout ça lui fait un bien fou, indescriptible réellement comme sensation. Inutile de dire que oui, Roman répond à ce baiser langoureux, qu'il cherche à le prolonger également. Un baiser à couper le souffle ? Totalement oui, le laissant donc le souffle court et un sourire sur les lèvres quand son homme se recule.

Adel a beau lui dire d'y aller, Roman n'en a pas l'intention tout de suite du coup. Au contraire même, il rapproche son homme, glissant les mains sur ses hanches avant de les passer sous le haut d'Adel. Remontant son haut pour le lui ôter en premier lieu pour mieux retrouver ses lèvres. On pourrait croire que le russe cherche plus sauf que non, déjà parce que ses mains ne descendent pas sur les fesses d'Adel ou ailleurs. Et parce que sentir la peau de son homme sous ses doigts, contre la sienne lui a juste cruellement manqué. Retrouver la douceur et la chaleur de ses lèvres mais aussi de sa peau, c'est l'idée. L'admirer également, pouvoir le couver du regard. Tous ses gestes sont doux, tendres alors qu'il laisse courir ses doigts sur le torse de son homme, dans son dos aussi. Alors qu'il termine lentement par dévier ses baisers le long de la mâchoire d'Adel pour terminer dans son cou, essayant d'embrasser chaque centimètre carré de la peau de son mari. Le couvrir d'amour, de tendresse, de baisers.
(c) DΛNDELION


Say that you want me every day. That you want me every way. That you need me. Got me trippin' super psycho love. Aim, pull the trigger. Feel the pain getting bigger. Go insane from the bitter feeling. Trippin' super psycho love.


Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Adel Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1148-adel-wayne-i-m-not https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1149-adel-wayne-i-m-not-the-batman
Without you. | Romandel - Page 2 HeFsfeJ
LIEU ORIGINEL : Nul part.
D'OÙ VIENS-TU ? : Angleterre, cet univers.
AVATAR : Chris Evans.
COPYRIGHT : ichi ♥ (avatar)
AVENTURES : 224
DATE D'ARRIVEE : 22/10/2018
MULTIFACE : James Barnes, Daenerys Targaryen, Odin Thorson, Edrick Harrington, Connor, Billy Hargrove, Carol Danvers, Pamela Isley, Thor Odinson, Isaiah Warren, Dean Winchester.
STATUT RP : Ouvert
STATUT CIVIL : En couple. Même si l'homme avec qui il est ne semble pas s'en rendre compte.
AVEC : Roman Avilov, le seul et unique.
METIER : Chirurgien.
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_pxhttdKYK41qkl3pqo2_540
CAMP : Un petit camp de survivant dans un quartier de Brisbane.
LOCALISATION : Est.

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty21.07.19 2:32

without you
romandel

« Without you, there's no change, my nights and days are gray. If I reached out and touched the rain, it wouldn't feel the same. Without you, I'd be lost, I'd slip down from the top, I'd slide down so low, boy, you'd never, never know. Without you in my life, I'd slowly wilt and die, but with you by my side, you're the reason I'm alive. But with you in my life, you're the reason I'm alive. But without you...  »
Adel avait eu le temps, ces dernières années, d'ouvrir les yeux sur lui et sur Roman. Il avait par exemple compris une chose, c'était qu'il n'y avait pas eu besoin de l'apocalypse pour qu'il tombe amoureux du russe. Il l'aimait déjà bien avant, il était tombé sous son charme depuis longtemps mais avait juste retardé l'inévitable. Il avait toujours eu envie de lui, toujours eu envie de l'avoir avec lui et simplement parce qu'il avait compris qu'ils étaient liés. Des âmes-soeurs. Ils s'attiraient, il y croyait encore aujourd'hui, même avec tout ce qu'il s'était passé, qu'ils étaient fait l'un pour l'autre. Si opposés et pourtant ils se complétaient parfaitement.

Il ne se trouvait pas excessif quand il disait qu'il aimait Roman à en crever, parce que c'était la simple réalité. Il l'aimait à en crever. Il mourrait à petit feu ce mois ci avec son homme se tenant loin. Il mourrait à petit feu de ne pas pouvoir l'enlacer, se blottir contre lui, sentir son odeur. Il s'était habitué à ça toutes ces années. Même à l'odeur de transpiration, même au ronflement, même à tous les mauvais aspects, il s'y était habitué et en avait besoin pour s'endormir. Il n'avait pas beaucoup dormi mais pas juste à cause du manque de sommeil d'Ana, mais aussi parce qu'il n'avait plus son confort et ses habitudes. Il crevait à petit feu de ne recevoir aucune attention. Pas un regard, pas un baiser. Eux qui même après cinq années étaient toujours à s'embrasser langoureusement et à prendre leur temps au lit pour combler l'autre et ça qu'importe qu'ils se connaissent déjà par coeur. Pas un regard tendre, pas un regard doux, rien, le vide. Pas un mot non plus, pas un je t'aime, pas un mot affectueux. Et il n'était pas tout blanc puisque lui non plus n'avait pas dis de mots d'amour à celui qu'il aimait. Oh, il avait essayé mais comment faire face à un mur ? Il se rendait compte qu'au lieu de chercher à glisser sa main dans le boxer de Roman, il aurait tout aussi bien fais de lui dire qu'il l'aimait et le voulait.

Il initiait un baiser, de ce genre de baiser à couper le souffle. A laisser muet. Ce genre de baiser de cinéma, ce genre de baiser qui ne devrait pas connaître de fin. Un baiser langoureux, avec des gestes tout aussi significatif. Lui montrer qu'il l'aime, qu'il le désire, que rien au monde ne pourrait changer ce fait. Pas même Roman. Et il sentait Roman se prêter au jeu, ressentant les même choses émanant de lui. Tant mieux. Pour une fois, Roman lui facilitait les choses. Ils en avaient besoin, beaucoup trop besoin. Alors il l'embrassait. Ou alors Roman l'embrassait, impossible à savoir. Juste que ce baiser ne prenait fin que lorsqu'ils étaient à bout de souffle et qu'Adel l'enjoignait avec un peu d'amusement à repartir. Boire son café, finir son café et qu'ils aillent se coucher, se reposer, ils en avaient cruellement besoin.

Il l'avait plus ou moins vu venir, que Roman en redemanderait un peu, parce qu'il avait compris que son mari avait tout autant besoin que lui de tout ça. Il avait bien compris que Roman avait besoin qu'ils se retrouvent comme lui en avaient besoin, ça ne faisait jamais qu'accentuer ce "on a vraiment merdé". Il le laissait retirer son t-shirt, comprenant et ne comprenant pas à la fois tous les aboutissants. Roman ne lui retirait son haut que pour une chose en général, profiter de la vue pendant qu'ils ne faisaient qu'un. Sans vouloir se jeter de fleur. Il savait juste comment Roman fonctionnait. Il avait ouvert une brèche et s'en rendait compte alors que Roman ne descendait pas ses mains comme il aurait pu le faire normalement. Il gardait ses mains sur son torse, dans son dos mais rien de plus pour l'instant. Il le laissait faire. Il aurait pu le repousser ou mettre un frein, sachant que tôt ou tard ça finirait par dévier mais... Non, rien. Il avait besoin d'être touché, autant qu'il avait besoin de toucher son homme. Sentir ses mains sur sa peau, sentir un réel contact. Ca lui avait tellement manqué. Il se sentait enfin exister. Il ne pouvait pas le stopper là alors qu'il en avait besoin, comme lorsqu'il comprenait que le café ne serait certainement pas pour maintenant et qu'ils continueraient sur la lancée qu'il avait initié. Il lui rendait chaque baiser, chaque caresse. Regrettant un instant que Roman rompe le contact, jusqu'à sentir les baisers dévier dans son cou.

Il frissonnait, il soupirait déjà, plus que sensible. Ils n'avaient, depuis qu'ils étaient ensemble, jamais eu de pause aussi longue, sans se toucher, sans se sauter dessus. C'était inédit. Peut-être quelque fois sur la route, le temps de trouver de quoi se laver et reprendre des forces mais sinon, c'était vraiment rare que ça dépasse, aller, une semaine pour être vraiment large. Alors il frissonnait, était sensible et soupirait parce que ça faisait du bien et que c'était plus fort que lui.

La main dans son dos remontait pour se mettre au niveau de sa nuque, qu'il caressait du bout des doigts, invitant Roman à rester là par ce geste mais aussi en penchant un peu sa tête sur le côté pour lui laisser le champ libre. Il avait la chair de poule, il avait beaucoup de frissons, à cause des baisers comme du souffle de Roman contre sa peau, si chaud. Il se mordait la lèvre inférieur. Il avait besoin d'être touché ainsi, autant qu'il avait besoin de toucher Roman et le sentir contre lui. C'était son supplice qui prenait fin, c'était les larmes qui montaient aux yeux parce qu'il était proche de la fin, proche de savoir que le supplice s'arrêterait une bonne fois pour toute et qu'ils reprendraient où ils en étaient avant. Mais avec Ana en plus.

Pour autant, il n'incitait pas Roman à plus que ces baisers dans le cou, justement parce qu'il savait qu'ils devaient encore parler avant de terminer les choses autrement. Parce que même si Roman n'était pas explicite sur ça, il savait que ça finirait ainsi dès l'instant où son t-shirt avait volé, parce que ce geste chez son homme n'arrivait qu'à des moments bien précis. Il n'incitait pas à plus parce qu'ils avaient à parler et qu'Adel ne pourrait pas être complètement dans le bain tant qu'il aurait ça en tête, tant que ça planerait au dessus d'eux. C'était pour cela qu'il se reculait. Pas brutalement, au contraire, amenant doucement les choses en remontant le visage de Roman vers le sien et l'embrassant tendrement une énième fois. Un baiser, un autre puis un petit "je t'aime" entre deux autres baisers encore, pour qu'il se recule légèrement à nouveau.

Il faut encore qu'on parle mon amour...

Leur problèmes ne se régleraient pas juste comme ça et il ne voulait pas non plus que tout se passe "trop facilement". Roman l'avait tout de même privé un mois et demi de tout à cause de cette situation alors tout ne devrait pas se résoudre avec le retour de l'aspect physique de leur relation. Ca aurait été trop facile et ça aurait été trop bref et ça n'aurait absolument rien résolu. Ils avaient fait le tour pour eux mais pas pour Ana. Qu'allaient-ils faire maintenant ? Comment s'arranger avec la petite ? Adel voulait lui donner une éducation bien particulière, qu'il n'avait pas pu lui donner à cause du sommeil de Roman, qu'il ne voulait pas trop perturber.

Sauf si Roman préférait le retour de l'aspect physique de leur relation, le retour de leur intimité, celle dont ils manquaient cruellement depuis qu'ils avaient Ana. Il verrait bien. Il voyait surtout que c'était plus fort que lui que chercher les lèvres de Roman et les harceler de baisers. Ca allait être compliqué de répondre mais c'était plus fort que lui.
(c) DΛNDELION


nothing else matters
♛ Listen, ain't no mountain high, ain't no valley low, ain't no river wide enough. If you need me call me no matter where you are, no matter how far don't worry. Just call my name I'll be there in a hurry, you don't have to worry. 'Cause baby there ain't no mountain high enough, ain't no valley low enough, ain't no river wide enough to keep me from getting to you.
Revenir en haut Aller en bas
Roman Avilov
Admin ♚ Citizen
Voir le profil de l'utilisateur https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1145-roman-avilov-good- https://onceuponatragedy.forumactif.org/t1152-roman-avilov-push-me-and-i-will-end-you-in-a-pacific-way-or-not#6704
Without you. | Romandel - Page 2 Tumblr_ojjd7o6B7m1v0t5cvo4_540
LIEU ORIGINEL : Cette terre
D'OÙ VIENS-TU ? : Né en Russie, élevé en Australie
AVATAR : Sebastian Stan
COPYRIGHT : Heaven ( avat)
AVENTURES : 304
DATE D'ARRIVEE : 17/12/2018
MULTIFACE : Steven & Loki & Ethan & Alekseï & Constantine & William
STATUT RP : Fermé
STATUT CIVIL : Au fond de lui, bien enfoui dans son inconscient, il se sait être en couple. Il n'en a juste pas encore percuté
AVEC : Adel Wayne, l'unique
METIER : Avocat dans un grand cabinet
Without you. | Romandel - Page 2 UETEmVb
CAMP : Dans un petit camp
LOCALISATION : Brisbane

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty22.07.19 18:31


Without you
Romandel

« The distance in your eyes. Oh no, I've said too much. I set it up. That's me in the corner. That's me in the spotlight. Losing my religion. Trying to keep up with you and I don't know if I can do it. Oh no, I've said too much. I haven't said enough. I thought that I heard you laughing. I thought that I heard you sing. I think I thought I saw you try. Every whisper of every waking hour I'm choosing my confessions. Trying to keep an eye on you, like a hurt lost and blinded fool, fool. Oh no, I've said too much. I set it up »
Un baiser salvateur, un baiser plus que bien venu, un baiser remettant pas mal de choses en place. Surtout qu'il n'y a pas que ce dernier mois qui a pu marquer Roman mais aussi tout à l'heure alors que son homme a tardé à lui rendre son étreinte. Cela peut être rien pour beaucoup de gens mais pour le russe c'est marquant, c'est tellement loin du comportement habituel d'Adel et de ce qu'ils ont pu vivre ces dernières années. Un baiser qui lui fait retrouver tellement de sensations, son coeur qui fait le con, les papillons dans le ventre et compagnie.

Un baiser qui le laisse le souffle court mais lui fait en vouloir encore un peu plus. Roman ramenant son homme contre lui pour lui ôter son tee-shirt, pour pouvoir l'embrasser et faire dévier ses baisers dans le cou d'Adel. Besoin de l'avoir contre lui, besoin de pouvoir le toucher et savourer le contact de sa peau sous les doigts. Pouvoir savourer le goût de sa peau et sa chaleur. Voulant couvrir chaque centimètre carré de la peau de son homme de ses baisers, dans son cou pour le moment, profitant de son odeur aussi. Ou de ses caresses alors que ses doigts glissent sur le torse ou le dos d'Adel, traçant avec plaisir ses muscles du bout des doigts. Le russe les connaît par coeur les muscles de son homme et quel bonheur de retrouver cette sensation, de sentir le grain de sa peau, de sentir ses muscles bougeant sous sa peau. Et que dire du délice de sentir son mari frissonner à ses baisers et caresses, cela lui en arrachant un frisson également. Autant dire que Roman a encore plus envie de le couvrir d'amour, de baisers et qu'il pourrait totalement dévier ses baisers pour les descendre sur son torse. Bien qu'ils seraient mieux au lit pour ça.

Pourtant, il sent qu'Adel l'invite à rester dans son cou et poursuivre ainsi, Roman ne se fait pas prier pour qu'il en soit ainsi. Pour garder ses mains sages également. Oui, parce que le russe mentirait s'il disait que ça ne lui donne pas envie de plus que des baisers. Mais il l'a dit, pour lui, c'est son moyen de montrer vraiment à Adel à quel point il peut l'aimer, que lorsqu'ils ne font plus qu'un ce n'est pas que physiquement d'ailleurs. Adel est l'amour de sa vie, son véritable amour, son âme soeur et Roman n'a plus peur de le dire, de le reconnaître alors qu'avant son homme, il ne croyait pas en tout ça, disant que ce sont des conneries. Alors que si, c'est possible, ils en sont la preuve. Mais oui, pour le moment c'est montré ainsi qu'il aime Adel, en le couvrant de baisers, en dévorant la peau de son cou et en savourant chaque frisson qui parcoure son corps, chaque soupir qui passe les lèvres de son homme.

Ne comprenant pas au début pourquoi Adel l'incite à relever la tête, à revenir l'embrasser. Tu n'aimes plus ? Question qu'il se pose même avec leurs baisers, même avec les mots d'amour de son mari. Le sentant en même temps se reculer un peu puis...Ah.

- D'elle, je suppose...

Oui de quoi d'autre que de la petite veut-il parler ? Ils ne l'ont pas fait encore et le russe savait qu'ils allaient devoir passer par là, il aurait juste aimé que ça soit plus tard. Mais pas maintenant, pas alors qu'il commence à peine à retrouver son mari. Ayant du coup la sale sensation, qu'encore une fois, elle se met au milieu de leur couple, qu'elle les sépare. Difficile pourtant de répondre avec Adel qui le harcèle de baisers, Roman y répondant certes mais un poil plus distant. Oui, forcément, la petite reste un sujet plus que sensible et même si lui-même reconnait la nécessité d'en parler...

- Pas maintenant.

Cela pourrait être un ordre mais c'est surtout un "je t'en prie" qui se cache sous ces deux mots. Ramenant ses deux mains sur les hanches de son homme, déposant un baiser contre ses lèvres avant que ça ne soit Roman qui se recule un peu.

- Café, thé et reposons nous d'abord...

S'il te plait ? Cette demande n'est pas prononcée et pourtant là encore, elle est palpable.

- Au moins, ne remet pas ton tee-shirt.

C'est dit d'une moue légèrement boudeuse, qu'au moins Roman puisse profiter de la vue, à défaut de pouvoir toucher son homme comme il en a envie. Forcément, Adel ayant briser la magie du moment, le russe ne pourrait pas faire comme si de rien était n'est-ce pas et vraiment reprendre ses baisers et caresses.

Un dernier baiser contre les lèvres de son homme et Roman recule un peu plus encore pour partir vers la cuisine et cette fois vraiment se remettre à préparer le thé d'Adel et son café.

(c) DΛNDELION


Say that you want me every day. That you want me every way. That you need me. Got me trippin' super psycho love. Aim, pull the trigger. Feel the pain getting bigger. Go insane from the bitter feeling. Trippin' super psycho love.


Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Without you. | Romandel Without you. | Romandel - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Without you. | Romandel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♚ WE'RE ALL MAD HERE ♚ :: ☣ Australie - Post-apo Zone ☣ :: Campements-